Catégories :

Artistes similaires

Les albums

HI-RES14,99 €
CD10,99 €

Jazz vocal - Paru le 24 janvier 2020 | Rue bleue

Hi-Res Distinctions 4F de Télérama
Le “joy” du titre n’est pas là par hasard. Car avec son troisième album, Macha Gharibian n’a jamais paru aussi épanouie et pleine de vie. Jusqu’ici, la pianiste et chanteuse d’origine arménienne mélangeait les genres avec un raffinement divin, évitant l’indigeste mille-feuille jazz’n’world convenu ou cliché. Jazz et musiques improvisées comme colonne vertébrale, folklore arménien en filigrane, approche presque pop de certaines mélodies, sonorités parfois orientalisantes, incantations vocales graves et déchirées, tout s’est toujours assemblé avec aisance. Et son éducation au piano classique comme ses études aux côtés de Ravi Coltrane, Craig Taborn, Jason Moran et Andy Milne lui ont permis de façonner un jazz nomade, instrumental ou chanté très original. Cette fois, avec l’aide d’une rythmique d’exception composée du batteur belge Dré Pallemaerts et du contrebassiste canadien Chris Jennings, son univers accueille davantage de groove (le funky Fight) et de furie incantatoire (Freedom Nine Dance). Ce qui n’empêche pas la trompette de Bert Joris de rendre encore plus magnifique la ballade The Woman I Am Longing to Be et le doudouk d’Artyom Minasyan de transcender la force déjà quasi mystique de Sari Siroun Yar. Ajoutez une belle et sage reprise du classique de Paul Simon 50 Ways to Leave Your Lover ponctuée par quelques étincelles de Fender Rhodes et Macha Gharibian signe ici un disque dense et attachant rappelant qu’elle est une personnalité joliment singulière de la scène jazz actuelle. © Marc Zisman/Qobuz
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Jazz vocal - Paru le 14 octobre 2016 | Jazz Village

Hi-Res Livret
Macha Gharibian a toujours brassé des musiques venues d’horizons divers. Mais ce que la pianiste et chanteuse d’origine arménienne mélange avec un raffinement divin n’est jamais une indigeste mille-feuille jazz’n’world convenu ou cliché… Le jazz et les musiques improvisées comme colonne vertébrale, le folklore arménien en filigrane, l’approche presque pop de certaines mélodies, les sonorités parfois orientalisantes, les incantations vocales graves et déchirées, tout s’assemble chez elle avec belle aisance. Son éducation au piano classique comme ses études aux côtés de Ravi Coltrane, Craig Taborn, Jason Moran et Andy Milne ont donné naissance à un jazz nomade, instrumental ou chanté. Un chant troublant et beau, dans la mélancolie duquel il fait bon s’abandonner. Peu d’albums ressemblent à cet apatride et beau Trans Extended sur lequel on entend aussi bien du Fender Rhodes et du Wurlitzer que du trombone ou du kaval. © MZ

L'interprète

Macha Gharibian dans le magazine