Votre panier est vide

Catégories :

Artistes similaires

Les albums

A partir de :
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 11 décembre 2020 | Anti - Epitaph

Hi-Res
Pour oser aujourd’hui reprendre en entier l’album Lady in Satin de Billie Holiday, tardif chef d’œuvre (comme on dit vendange tardive) sorti peu avant la mort de la légendaire chanteuse, il faut être ambitieux jusqu’à la prétention, ou le faire en douce. Le guitariste chanteur M. Ward, référence discrète de la pop américaine et de l'americana depuis une vingtaine d’années, a bien sûr choisi la deuxième solution : en douce et en douceur. Alors que Billie Holiday chantait en 1958 au milieu d’un orchestre de quarante musiciens, comme une naufragée dans la tempête, M. Ward aborde les chansons de Lady in Satin seul avec une guitare sèche et un magnéto Tascam 4 pistes. Depuis toujours, M. Ward est l’ami des chanteuses. Il a joué avec Cat Power, Norah Jones ou Zooey Deschanel dans le duo She & Him. Peut-être qu’en plus de penser au printemps, il rêvait d’accompagner Billie Holiday sur ce disque. En tout cas, dans son chant de chat, il retrouve de la torpeur et du détachement des versions de Lady Day. Son jeu de guitare est faussement simple et minimaliste, façon accords gratouillés chez soi quand personne n’écoute. On dirait parfois des petites bossas jazz enrouées, suspendues hors du temps. Enregistré avec de petits moyens et terminé pendant l’épidémie de Covid alors que M. Ward ne pouvait plus faire de concerts, Think of Spring sonne comme un album de démos domestiques, un disque en pyjama. © Stéphane Deschamps/Qobuz.
A partir de :
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 3 avril 2020 | Anti - Epitaph

Hi-Res
Électron libre polyvalent et ami de Cat Power, Neko Case, Conor Oberst, Mavis Staples, Jenny Lewis, Norah Jones, Lucinda Williams et de la clique de Tucson (Giant Sand/Calexico), Matthew Stephen Ward alias M. Ward poste régulièrement d’étonnantes cartes postales sépia. Des ovnis discographiques entrecoupés par son duo She & Him avec Zooey Deschanel… S’éloignant progressivement d’une certaine impression début de siècle dernier avec production éthérée et cotonneuse qui faisait le charme de Transistor Radio, son chef-d’œuvre de 2005, ce vrai-faux crooner continue à déambuler tel un Roy Orbison sous cortisone. Dans ses ballades faussement rock, parfois jazz et pas totalement country, Ward ne se contente jamais de vivre et respirer en noir et blanc. Et son art aux accents “anciens” n’est jamais taxidermiste, même s’il fleure parfois bon le poste à galène.Pour ces Migration Stories, il a jeté l’ancre au Québec pour travailler avec Tim Kingsbury et Richard Reed Parry d’Arcade Fire ainsi que le producteur Craig Silvey (Arcade Fire, Arctic Monkeys, Florence + The Machine). Ensemble, ils ont enregistré 11 titres assez langoureux, inspirés d'histoires sur les migrations humaines issues de photos de journaux et de reportages télé, d’anecdotes racontées par des amis et de récits de la propre famille de Ward. Dans les studios montréalais d’Arcade Fire sont ainsi nées ces ballades folk souvent touchantes. Au cœur de ce paysage, M. Ward a glissé une reprise qui lui va bien. Celle d’Along the Santa Fe Trail, obscure ballade de cow-boy des années 40 popularisée par Glenn Miller et que Clint Eastwood chantera sur son album Rawhide's Clint Eastwood Sings Cowboy Favorites de 1963. Une chanson qui colle parfaitement au personnage de Ward traversant les années avec l’aisance d’un flamboyant poor lonesome cow-boy imperméable à l’éphémère air du temps… © Marc Zisman/Qobuz
A partir de :
CD11,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 18 mars 2003 | Bella Union

M. Ward's Transfiguration of Vincent is nothing less than spectacular. From the buoyant, late-Beatlesque "Vincent O'Brien" to the dank, shuffling, south of the border groove on "Sad, Sad Song," the troubadour manages to capture a timeless folkiness and match it with a surreal and sparkling sense of nostalgia that clearly echoes Tom Waits. Recorded with the Old Joe Clarks as the backup band, Transfiguration is rooted firmly in old-time Americana, yet M. Ward's take on country and particularly his vocals somehow fit perfectly with Giant Sand, Sparklehorse, and California's surreal, pastoral psych-pop outfit Grandaddy (whose Jason Lytle contributed some field recordings). Just check M. Ward's stunning transformation of Bowie's "Let's Dance," which proves there's some deeply buried pop beneath these honest folk tunes. Transfiguration is a quiet record and might lose some listeners in it's sleepy summer melancholy, but M. Ward is the real deal -- and he's surely worthy of heaps of attention and acclaim. © Charles Spano /TiVo
A partir de :
CD11,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 22 février 2005 | Bella Union

Listening to M. Ward's breezy ode to radio's forgotten heydays is a lot like taking in a huge breath of dust-bowl wind -- however, its charms are rooted in the hazy lemonade-sipping of summer rather than the great depression-obsession of the post-O Brother, Where Art Thou? mainstream. Ward's voice is a slap-delayed pastiche of Ron Sexsmith's easygoing croon and Andrew Bird's closed-mouth drawl, and like his front-porch fingerpicking, it's as effortless as it is effective. Transistor Radio begins with a lovely instrumental version of the Pet Sounds classic "You Still Believe in Me," then drops the needle on "One Life Away," a lo-fi shout-out to the radio towers of old that centers around the sly and condemning lines "To all the people in the ground/Listening to the sound of the living people walking up and down the graves/Well one of them is mine/I'm visiting my fräulein/She's only one breath away." Many have used the "fake old 78" approach before, but in Ward's hands it sounds truly genuine, and his falsetto harmonizing is as spooky as the song is sweet. While the rest of Radio plays out like a sequel to 2003's excellent Transfiguration of Vincent, with standout cuts like "Sweethearts On Parade," "Hi-Fi," and "Paul's Song" echoing that record's marvelous title track ("Vincent O'Brien"), there's a subtle optimism at work here that was only hinted at on previous recordings, and by the time he wraps the whole thing up with a gorgeous rendition of J.S. Bach's "The Well-Tempered Clavier," it's become apparent which fork in the road this eccentric troubadour has chosen, and it's generously dotted with pregnant storm clouds. © James Christopher Monger /TiVo
A partir de :
CD13,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 4 septembre 2006 | 4AD

Toujours allumé depuis plus d'un an et demi, le Transistor Radio de M Ward demeure le chef d'œuvre de cet électron libre, ami de Cat Power, Neko Case, de la clique de Tucson (Giant Sand, Calexico), de Grandaddy et de quelques autres zozos fréquentables. Avec cet autre voyage spatiotemporel, Post-War, on ne retrouve guère cette impression début de siècle, cette production éthérée et cotonneuse, qui faisait le charme de Transistor Radio. Même la sensation d'Aaron Neville lynchien semble un souvenir flou. Ce qui demeure, ce sont clairement ces instants de Roy Orbison sous cortisone. Ces moments de grâce où les ballades faussement jazz (sublime Eyes On The Prize) et pas réellement country (Rollercoaster) façonnent cet univers unique. M Ward ne se contente jamais de vivre et respirer en sépia, et ses albums sont tout sauf taxidermistes. D'ailleurs, Post-War est son opus le plus “moderne”. Celui qui sent le moins le poste à galène… Flagrant sur le final limite métal de Requiem ou lorsqu'il revisite To Go Home de Daniel Johnston façon early-Wilco… Bref, M Ward confirme son statut de génial touche à tout… © MZ
A partir de :
CD8,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 8 juin 2018 | M.Ward Records

A partir de :
HI-RES14,99 €
CD10,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 9 avril 2012 | Bella Union

Hi-Res
A Wasteland Companion, premier album solo de M. Ward depuis Hold Time en 2009 (il a sorti trois albums avec l'actrice/chanteuse Zooey Deschanel sous le pseudo She & Him entre 2008 et 2011) a été enregistré dans huit différents studios et comprend les contributions de 18 musiciens dont Howe Gelb (Giant Sand), Mike Mogis (Bright Eyes), Steve Shelley (Sonic Youth), Tom Hagerman (Devotchka) ou encore Zooey Deschanel. © TiVo
A partir de :
CD8,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 17 juillet 2001 | M.Ward Records

A partir de :
CD13,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 17 février 2009 | 4AD

A chaque nouvelle livraison, M Ward a beau chanter toujours et encore en sépia, il ne radote pourtant jamais ! Surtout que ce sixième album offre des chansons mélodiquement démoniaques, qu’elles lorgnent vers une country de poste à galène, une valse rock désuète ou un Broadway délavé… Évidemment, la voix soutient une bonne partie de l’édifice ; ce filet aux facultés hypnotiques, entre Aaron Neville lynchien, Roy Orbison sous Lexomile et cousin éloigné de Devendra Banhart… Après la parenthèse She & Him avec Zooey Deschanel, M Ward revient ici à ses démons d’antan, signant le nouveau score d’un long métrage jamais filmé… Ce rock 50’s vaguement new age, cette surf music chloroformée, il l’orchestre même en compagnie de la Deschanel, de Lucinda Williams et de Jason Lytle de Grandaddy, donnant à sa superproduction cotonneuse des saveurs harmoniques dignes d’un Brian Wilson du Troisième Millénaire. Hold Time n’est pas un joli machin rétro, un beau joujou pour geek bloqué à Buddy Holly (d’ailleurs génialement relu sur Rave On) ou le disque d’un énième « fan de musique ». Juste le grand œuvre d’un grand songwriter. Et d’un grand metteur en scène. © Marc Zisman/Qobuz
A partir de :
HI-RES1,94 €
CD1,29 €

Alternatif et Indé - Paru le 15 octobre 2020 | Anti - Epitaph

Hi-Res
A partir de :
CD11,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 4 mars 2016 | Bella Union

A partir de :
HI-RES1,94 €
CD1,29 €

Alternatif et Indé - Paru le 3 décembre 2020 | Anti - Epitaph

Hi-Res
A partir de :
CD11,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 16 avril 2012 | Bella Union

A Wasteland Companion, premier album solo de M. Ward depuis Hold Time en 2009 (il a sorti trois albums avec l'actrice/chanteuse Zooey Deschanel sous le pseudo She & Him entre 2008 et 2011) a été enregistré dans huit différents studios et comprend les contributions de 18 musiciens dont Howe Gelb (Giant Sand), Mike Mogis (Bright Eyes), Steve Shelley (Sonic Youth), Tom Hagerman (Devotchka) ou encore Zooey Deschanel. © TiVo
A partir de :
HI-RES1,94 €
CD1,29 €

Alternatif et Indé - Paru le 3 décembre 2019 | Anti - Epitaph

Hi-Res
A partir de :
HI-RES1,94 €
CD1,29 €

Alternatif et Indé - Paru le 18 novembre 2020 | Anti - Epitaph

Hi-Res
A partir de :
HI-RES1,94 €
CD1,29 €

Alternatif et Indé - Paru le 9 mars 2020 | Anti - Epitaph

Hi-Res
A partir de :
CD3,24 €

Alternatif et Indé - Paru le 29 janvier 2007 | 4AD

A partir de :
HI-RES1,95 €
CD1,29 €

Rock - Paru le 8 juillet 2020 | M.Ward Records

Hi-Res
A partir de :
HI-RES1,94 €
CD1,29 €

Alternatif et Indé - Paru le 22 janvier 2020 | Anti - Epitaph

Hi-Res
A partir de :
HI-RES1,94 €
CD1,29 €

Alternatif et Indé - Paru le 31 mars 2020 | Anti - Epitaph

Hi-Res

L'interprète

M. Ward dans le magazine
  • M. Ward, migrant folk
    M. Ward, migrant folk Avec "Migration Stories" qu'il a enregistré chez Arcade Fire, le songwriter américain signe un grand disque de folk rock onirique sur la thématique des migrations humaines...
  • Elle, lui et le Père Noël
    Elle, lui et le Père Noël Quand She & Him roucoulent au pied du sapin…