Votre panier est vide

Catégories :

Artistes similaires

Les albums

A partir de :
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Rock - Paru le 1 septembre 1973 | Geffen

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Hi-Res Audio
Premier album studio de Lynyrd Skynnyrd après presque huit ans d’existence sans enregistrements, Pronounced leh-‘nérd ‘skin-nérd annonce ce qui aurait dû être la composition idéale, pour ne pas dire définitive du groupe : Ronnie Van Zant au chant, Gary Rossington, Allen Collins, Ed King aux guitares, Billy Powell au claviers, Bob Burns à la batterie et Leon Wilkeson à la basse. Après avoir beaucoup tâtonné, Lynyrd Skynyrd avait enfin trouvé son style, mêlant rock lourd et country dans un style bien personnel, qui sera à l’origine du mouvement « rock sudiste ». Considéré comme l’un des 500 meilleurs albums de tous les temps par le magazine Rolling Stone, Pronounced leh-‘nérd ‘skin-nérd permettait à un groupe unique de percer en dehors des quelques Etats de l’ancienne Confédération. © ©Copyright Music Story Benjamin D'Alguerre 2021
A partir de :
CD13,99 €

Rock - Paru le 1 janvier 2001 | Geffen*

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Stereophile: Record To Die For
Premier album studio de Lynyrd Skynnyrd après presque huit ans d’existence sans enregistrements, Pronounced leh-‘nérd ‘skin-nérd annonce ce qui aurait dû être la composition idéale, pour ne pas dire définitive du groupe : Ronnie Van Zant au chant, Gary Rossington, Allen Collins, Ed King aux guitares, Billy Powell au claviers, Bob Burns à la batterie et Leon Wilkeson à la basse. Après avoir beaucoup tâtonné, Lynyrd Skynyrd avait enfin trouvé son style, mêlant rock lourd et country dans un style bien personnel, qui sera à l’origine du mouvement « rock sudiste ». Considéré comme l’un des 500 meilleurs albums de tous les temps par le magazine Rolling Stone, Pronounced leh-‘nérd ‘skin-nérd permettait à un groupe unique de percer en dehors des quelques Etats de l’ancienne Confédération. © ©Copyright Music Story Benjamin D'Alguerre 2021
A partir de :
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Rock - Paru le 1 avril 1974 | Geffen

Hi-Res Distinctions Hi-Res Audio
L’album par lequel le scandale est arrivé... Techniquement plus abouti que son prédécesseur (Pronounced leh-‘nérd ‘skin-nérd, paru l’année précédente), cet opus de Lynyrd Skynyrd est surtout resté célèbre pour la polémique créée autour de la chanson « Sweet Home Alabama », réponse de la formation de Jacksonville aux chansons « Alabama » et « Southern Man » de Neil Young (sur l’album Harvest, grand succès de l’année 1972), critiquant le racisme viscéral des gens du Sud. Bien qu’inoffensive et simplement patriotique vue d’aujourd’hui, « Sweet Home Alabama » devint vite – malgré les intentions du groupe – la chanson de référence de membres du Ku Klux Klan, imposant pour longtemps dans les esprits l’équation « Lynyrd Skynyrd = Croix qui brûle devant une église afro-américaine ». La sale réputation collera longtemps aux basques du groupe qui aura toutes les peines du monde à s’en débarrasser par la suite. © ©Copyright Music Story Benjamin D'Alguerre 2021
A partir de :
HI-RES22,49 €
CD19,49 €

Rock - Paru le 21 août 2012 | Roadrunner Records - Loud & Proud

Hi-Res Livret Distinctions Hi-Res Audio
A partir de :
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Rock - Paru le 24 mars 1975 | Geffen

Hi-Res Distinctions Hi-Res Audio
A partir de :
HI-RES22,49 €
CD19,49 €

Rock - Paru le 21 août 2012 | Roadrunner Records - Loud & Proud

Hi-Res Livret Distinctions Hi-Res Audio
A partir de :
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Rock - Paru le 1 septembre 1973 | Geffen

Hi-Res
Premier album studio de Lynyrd Skynnyrd après presque huit ans d’existence sans enregistrements, Pronounced leh-‘nérd ‘skin-nérd annonce ce qui aurait dû être la composition idéale, pour ne pas dire définitive du groupe : Ronnie Van Zant au chant, Gary Rossington, Allen Collins, Ed King aux guitares, Billy Powell au claviers, Bob Burns à la batterie et Leon Wilkeson à la basse. Après avoir beaucoup tâtonné, Lynyrd Skynyrd avait enfin trouvé son style, mêlant rock lourd et country dans un style bien personnel, qui sera à l’origine du mouvement « rock sudiste ». Considéré comme l’un des 500 meilleurs albums de tous les temps par le magazine Rolling Stone, Pronounced leh-‘nérd ‘skin-nérd permettait à un groupe unique de percer en dehors des quelques Etats de l’ancienne Confédération. © ©Copyright Music Story Benjamin D'Alguerre 2021
A partir de :
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Rock - Paru le 1 avril 1974 | Geffen

Hi-Res
L’album par lequel le scandale est arrivé... Techniquement plus abouti que son prédécesseur (Pronounced leh-‘nérd ‘skin-nérd, paru l’année précédente), cet opus de Lynyrd Skynyrd est surtout resté célèbre pour la polémique créée autour de la chanson « Sweet Home Alabama », réponse de la formation de Jacksonville aux chansons « Alabama » et « Southern Man » de Neil Young (sur l’album Harvest, grand succès de l’année 1972), critiquant le racisme viscéral des gens du Sud. Bien qu’inoffensive et simplement patriotique vue d’aujourd’hui, « Sweet Home Alabama » devint vite – malgré les intentions du groupe – la chanson de référence de membres du Ku Klux Klan, imposant pour longtemps dans les esprits l’équation « Lynyrd Skynyrd = Croix qui brûle devant une église afro-américaine ». La sale réputation collera longtemps aux basques du groupe qui aura toutes les peines du monde à s’en débarrasser par la suite. © ©Copyright Music Story Benjamin D'Alguerre 2021
A partir de :
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Rock - Paru le 24 mars 1975 | Geffen

Hi-Res
A partir de :
CD21,99 €

Rock - Paru le 13 septembre 1976 | Geffen*

A partir de :
CD21,99 €

Rock - Paru le 25 août 1998 | Geffen

A partir de :
CD14,99 €

Rock - Paru le 17 octobre 1977 | Geffen

Dernier album de la formation originelle de Lynyrd Skynyrd avant le crash qui survient trois jours après sa sortie, Street Survivors est donc le dernier album « historique » du groupe tel qu’il était alors constitué. Ironiquement, la pochette de disque présentait les membres de la bande à Ronnie Van Zant entourés de flammes ardentes, sans imaginer à quel point cette vision était prophétique. Musicalement, Street Survivors se classe dans la lignée de Gimme Back My Bullets et n’atteint pas les fulgurances de Second Helping, beaucoup plus inspiré. Précocement tragique comme un mauvais rêve prémonitoire, il n’empêche que l’accident d’avion tragique fait énormément pour la médiatisation de l’album. Cynique, mais réaliste. © ©Copyright Music Story Benjamin D'Alguerre 2021
A partir de :
CD14,49 €

Rock - Paru le 13 novembre 1994 | Volcano

A partir de :
CD21,99 €

Rock - Paru le 17 octobre 1977 | Geffen

Dernier album de la formation originelle de Lynyrd Skynyrd avant le crash qui survient trois jours après sa sortie, Street Survivors est donc le dernier album « historique » du groupe tel qu’il était alors constitué. Ironiquement, la pochette de disque présentait les membres de la bande à Ronnie Van Zant entourés de flammes ardentes, sans imaginer à quel point cette vision était prophétique. Musicalement, Street Survivors se classe dans la lignée de Gimme Back My Bullets et n’atteint pas les fulgurances de Second Helping, beaucoup plus inspiré. Précocement tragique comme un mauvais rêve prémonitoire, il n’empêche que l’accident d’avion tragique fait énormément pour la médiatisation de l’album. Cynique, mais réaliste. © ©Copyright Music Story Benjamin D'Alguerre 2021
A partir de :
HI-RES17,49 €
CD12,49 €

Rock - Paru le 2 février 1976 | Geffen

Hi-Res
A partir de :
CD13,99 €

Rock - Paru le 1 janvier 1999 | Geffen*

A partir de :
CD13,99 €

Pop - Paru le 1 janvier 1997 | Geffen*

L’album par lequel le scandale est arrivé... Techniquement plus abouti que son prédécesseur (Pronounced leh-‘nérd ‘skin-nérd, paru l’année précédente), cet opus de Lynyrd Skynyrd est surtout resté célèbre pour la polémique créée autour de la chanson « Sweet Home Alabama », réponse de la formation de Jacksonville aux chansons « Alabama » et « Southern Man » de Neil Young (sur l’album Harvest, grand succès de l’année 1972), critiquant le racisme viscéral des gens du Sud. Bien qu’inoffensive et simplement patriotique vue d’aujourd’hui, « Sweet Home Alabama » devint vite – malgré les intentions du groupe – la chanson de référence de membres du Ku Klux Klan, imposant pour longtemps dans les esprits l’équation « Lynyrd Skynyrd = Croix qui brûle devant une église afro-américaine ». La sale réputation collera longtemps aux basques du groupe qui aura toutes les peines du monde à s’en débarrasser par la suite. © ©Copyright Music Story Benjamin D'Alguerre 2021
A partir de :
CD13,99 €

Rock - Paru le 1 janvier 1998 | Geffen*

A partir de :
CD14,99 €

Rock - Paru le 1 avril 1989 | Geffen

Skynyrd's Innyrds: Their Greatest Hits comes close to being a solid single-disc overview of the Southern rockers' biggest hits, but it falls short in a number of important ways. Most notably, "Free Bird" is not in either its studio or live incarnations; it's presented as an outtake, something that will only be of interest to hardcore Lynyrd Skynyrd fans, just like the outtake of "Double Trouble." Also, several major songs -- "Down South Jukin'," "You Got That Right," "Whiskey Rock-a-Roller," "Simple Man," "Tuesday's Gone," "I Know a Little" -- are missing, with album cuts in their place. That said, it has most of the big hits -- "Sweet Home Alabama," "Gimme Three Steps," "Saturday Night Special," "What's Your Name," "That Smell," plus "Workin' for MCA" and "Call Me the Breeze," which were not on Gold & Platinum -- which is enough to make it a good sampler, even if it doesn't provide as complete an introduction as Gold & Platinum. © Stephen Thomas Erlewine /TiVo
A partir de :
CD19,49 €

Rock - Paru le 24 juillet 2015 | Loud & Proud Records

Capturing a tribute concert held on November 12, 2014 at the Fox Theatre in Atlanta, Georgia, the double-disc One More for the Fans is studded with Southern rock stars, along with a bunch of country acts, bluesmen, Cheap Trick, and John Hiatt. The whole thing culminated with Skynyrd coming out for the close -- the headlines came from Johnny Van Zant duetting with footage of a departed Ronnie on the big screen but the closing "Free Bird" and "Sweet Home Alabama" worked better -- but this is best heard as a ragged tribute by acts that either play it straight or enjoy getting a little rowdy with the legacy. Jamey Johnson picks an obscurity in "Four Walls of Raiford" but this pretty much consists of the basic canon, which is by no means a complaint, particularly when Randy Houser tears into "Whiskey Rock-A-Roller," Blackberry Smoke beefs up "Workin' for MCA," and Jason Isbell swings on "I Know a Little." Maybe this isn't a flat-out classic but anybody who's enjoyed Skynyrd over the years will find something to enjoy here. © Stephen Thomas Erlewine /TiVo