Catégories :

Artistes similaires

Les albums

HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Symphonies - Paru le 24 août 2018 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res Livret Distinctions 4F de Télérama - Diapason d'or / Arte - 5 Sterne Fono Forum Klassik - Preis der deutschen Schallplattenkritik - 5 étoiles de Classica
La Deuxième Symphonie de Leonard Bernstein, « The Age of Anxiety », d’après le poème éponyme de W. H. Auden, est une œuvre de la relative jeunesse du compositeur-chef-d’orchestre, puisqu’elle date des années 1948-1949 – tout juste la trentaine donc. La symphonie se présente comme une suite de variations, mais non pas des variations à partir d’un thème initial. Non : chacune des variations reprend des éléments de la variation précédente, la varie à son tour, et ainsi de suite. On pourrait donc parler d’une forme de métamorphose ininterrompue. Comme on peut se l’imaginer, Bernstein mêle des éléments symphoniques classiques avec des éléments de jazz, en particulier dans la partie de piano solo – ici tenue par Krystian Zimerman, qui eut la chance de se produire maintes fois avec Bernstein. C’est à sa manière une sorte d’hommage pour le centenaire de la naissance du compositeur, d’autant que, selon ce qu’indique Zimerman dans le livret, Bernstein lui aurait demandé « s’il voulait bien jouer cette symphonie avec lui pour ses cent ans ». Promesse presque tenue, si ce n’est que l’orchestre est le Philharmonique de Berlin, le chef Sir Simon Rattle. © SM/Qobuz« Trente ans après l'avoir donnée avec Bernstein, Zimerman magnifie avec Rattle cette symphonie concertante, déambulation existentielle et nocturne trouée de silences. » (Diapason, décembre 2018)
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Piano solo - Paru le 8 septembre 2017 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res Livret Distinctions Gramophone Record of the Month - Choc de Classica - Choc Classica de l'année
À l’approche de son soixantième anniversaire, le pianiste polonais Krystian Zimerman a estimé qu’il était temps de « trouver le courage de s’attaquer à ces œuvres de Schubert et aux dernières sonates de Beethoven. » Certes il joue ces partitions depuis trente ans mais affirme les avoir toujours craintes énormément du fait de son grand respect pour leurs auteurs. Peut-être a-t-il eu peur, précise-t-il, qu’il soit trop tard s’il attendait plus longtemps. Zimerman joue sur un piano moderne certes, mais conçu pour avoir les mêmes caractéristiques que les instruments que jouait Schubert. Par rapport à un piano à queue d’aujourd’hui, les marteaux frappent les cordes à un autre endroit et augmentent ainsi la capacité de celles-ci à soutenir un son chantant – il est vrai que cela met aussi en vibration des harmoniques différentes et que le piano peut paraître bizarrement accordé. La mécanique est en outre plus légère. Sur un piano à queue moderne, « les nombreuses notes répétées de Schubert risquent de se transformer en du Prokofiev », précise le pianiste, et en effet de la sorte son Schubert sonne bien comme du Schubert, quand bien même sur piano moderne et pas sur fortepiano. Zimerman estime que ces deux ultimes sonates contribuent énormément à nous montrer la grandeur de Schubert, et qu’avec elles, le compositeur « passe à la vitesse supérieure, ose des choses radicalement nouvelles d’un point de vue harmonique et polyphonique. Par rapport à ses sonates antérieures, on pourrait presque imaginer qu’elles sont d’un autre compositeur. »« On ne marque pas avec plus de juste sensibilité que ne le fait Zimerman la géniale complémentarité qu'il y a dans ce diptyque, et peut-être bien (à quelques exceptions beethovéniennes près) ce qu'il y a de plus souverain dans le piano classique. [...] Voici un maître. [...] » (Classica, octobre 2017 / André Tubeuf)
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Classique - Paru le 14 août 2015 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or de l'année - Diapason d'or
On n’oubliera jamais que Krystian Zimerman avait créé (à Salzbourg en 1988) puis enregistré le concerto pour piano de Lutosławski, dont il est le dédicataire, avec le compositeur en personne à la baguette : c’est dire si le soliste peut nous faire partager de première(s) main(s) la parole du maître. Le revoici dans ce même concerto, accompagné par le Philharmonique de Berlin et Sir Simon Rattle, encore une magnifique expérience d’osmose entre un soliste et les quatre-vingt musiciens berlinois. Bien plus tardif dans le geste créatif du compositeur que la deuxième symphonie – écrite en 1967 dans un langage plus inspiré par l’avant-garde que le Polonais venait récemment de découvrir, le rideau de fer que l’on sait ayant retardé l’arrivée des nouveautés « de l’Ouest » : la rupture avec son langage antérieur fut radicale –, le Concerto n’hésite pas à renouer avec Bartók de par le délicat tissu pianistique, ou avec Prokofiev pour certains accents plus musclés. C’est là le plus génial Lutosławski de la période tardive. On notera que sur cet enregistrement, la symphonie est enregistrée en concert. © SM/Qobuz« [...] Vingt-quatre ans après l'avoir magistralement enregistré avec le compositeur et le BBC Symphony (DG), Zimerman récidive avec Rattle et les Berliner Philharmoniker dans une lecture également épurée, lucide, intense. [...] Dans leur lecture à la fois fluide et électrique, Krystian Zimerman et Simon Rattle se gardent de suggérer un quelconque adieu nostalgique au vieil univers postromantique. Par leur complicité coloriste, leur puissance contenue, leur palette dynamique idéalement contrôlée, ils privilégient à l'inverse le propos enflammé et direct du compositeur. Le couplage avec la Symphonie n°2, première partition orchestrale d'envergure de Lutoslawski après le Concerto pour orchestre, et premier chef-d'œuvre de sa maturité, est pertinent. D'autant que l'interprétation de Rattle et des Berliner [...] est traversée par un souffle impétueux. [...] (Diapason, octobre 2015 / Patrick Szersnovicz)
CD13,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 1988 | Deutsche Grammophon (DG)

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Avec le mélange d'extrême rigueur et de liberté qui le caractérisent, le pianiste Krystian Zimerman nous livre ici le Chopin le plus extrême. Les quatre Ballades, la Fantaisie en fa mineur et la Barcarolle sont en effet les oeuvres où Chopin est probablement le plus personnel, le plus profond et le plus original. Ce disque est d'une très haute tenue, un rien hautain, bouleversant de musicalité et de spiritualité. Un récital exigeant tout autant que fascinant à posséder absolument. FH
CD24,99 €

Classique - Paru le 18 novembre 1993 | Deutsche Grammophon (DG)

Distinctions Gramophone Record of the Year
HI-RES15,49 €
CD10,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 1986 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res Distinctions Hi-Res Audio
Frédéric Chopin : Concerto pour piano n°1 Op. 11 - Concerto pour piano n°2 Op. 21 / Krystian Zimerman
HI-RES15,49 €
CD10,99 €

Concertos pour clavier - Paru le 1 janvier 2012 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res Distinctions Hi-Res Audio
CD14,99 €

Classique - Paru le 24 août 2018 | Deutsche Grammophon (DG)

Livret Distinctions Preis der deutschen Schallplattenkritik
CD13,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 1998 | Deutsche Grammophon (DG)

Une rencontre d'anthologie, enregistrée entre 1994 et 1996, entre la direction transparente, précise et colorée de Pierre Boulez et le clavier poétique mais acéré de Krystian Zimerman.L'orchestre de Cleveland des meilleurs jours trouve un style idéal tant pour les concertos que pour des pièces orchestrales lumineuses.J.B
CD13,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 1991 | Deutsche Grammophon Classics

CD13,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2003 | Deutsche Grammophon (DG)

Serge Rachmaninov : Concertos pour piano n°1 Op. 1 - Concertos pour piano n°2 Op. 18 / Krystian Zimerman, piano - Orchestre symphonique de Boston - Seiji Ozawa, direction / Disque enregistré au Symphony Hall, Boston en décembre 1997 et décembre 2000
CD17,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 1999 | Deutsche Grammophon (DG)

Frédéric Chopin : Ballades n°1-4 - 12 Études Op. 10 - 12 Études Op. 25 - Barcarolle Op. 60 / Krystian Zimerman, piano - Anatol Ugorski, piano - Maurizio Pollini, piano
CD13,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 1988 | Deutsche Grammophon (DG)

CD24,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2011 | Deutsche Grammophon (DG)

Livret
CD13,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 1985 | Deutsche Grammophon (DG)

CD13,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 1992 | Deutsche Grammophon (DG)

CD13,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 1982 | Deutsche Grammophon (DG)

CD13,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2005 | Deutsche Grammophon (DG)

CD13,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 1992 | Deutsche Grammophon Classics

CD14,99 €

Classique - Paru le 8 septembre 2017 | Deutsche Grammophon (DG)

Livret

L'interprète

Krystian Zimerman dans le magazine
  • Le nouveau Zimerman ?
    Le nouveau Zimerman ? La Pologne l’attendait depuis 30 ans : avant Rafal Blechacz en 2005, la palme du Concours Chopin n’avait plus été attribuée à un Polonais depuis… Zimerman !
  • Rafal Blechacz, nouveau Zimerman ?
    Rafal Blechacz, nouveau Zimerman ? Alors qu'il publie un noubel album composé de sonates de Beethoven, Haydn et Mozart, le jeune prodige polonais est en récital parisien le 27 mars au Théâtre des Champs-Elysées.