Catégories :

Artistes similaires

Les albums

HI-RES31,49 €
CD19,99 €

Classique - Paru le 27 septembre 2012 | Challenge Classics

Hi-Res Distinctions 5 de Diapason - Prise de son d'exception
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 8 février 2013 | Challenge Classics

Hi-Res Distinctions Gramophone Editor's Choice
Après sa passionnante intégrale des Symphonies de Beethoven, Jan-Willem de Vriend se lance dans celle des Symphonies de Felix Mendelssohn. On y entend une même ardeur, un même sens de la couleur, une même énergie au service de cette Symphonie no 2, sous-titrée « Lobgesang » (Chant de louange). Ecrite à la manière de la 9e de Beethoven, cette symphonie-cantate résulte d’une commande destinée à commémorer les 400 ans de l’invention de l’imprimerie par Gutenberg. Accueillie en son temps avec ferveur, elle est aujourd’hui largement méconnue dans les pays francophones et c’est presque une redécouverte que nous proposent ici les musiciens néerlandais. FH
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Messes, Passions, Requiems - Paru le 7 octobre 2016 | Challenge Classics

Hi-Res Distinctions 5 de Diapason
« L’introduction orchestrale, sans vibrato aux cordes, sonne avec plénitude et transparence [...] Si De Vriend ne tente pas de réduire l’étoffe chorale (comme un Bernius), il modèle ses presque soixante-dix chanteurs avec un soin extrême du phrasé. Hormis quelques ricochets, les contours sont nets et les voix – droites – mettent en lumière la polyphonie. De Vriend ne néglige aucune ligne secondaire, et accentue discrètement les incises. Les équilibres grandioses qu’il sait doser servent un contrepoint toujours en action [...] Des tempos allants (on frôle les soixante minutes) donnent une ferveur fantastique à Denn wir haben hie ; les musiciens du The Hague Philharmonic y respirent de concert dans de grands soufflets expressifs. [...] Deux solistes de premier ordre (une étonnante et souple Renate Arends, un Oliemans au legato sophistiqué) complètent cette version dont la prise de son, spacieuse, est assise sur d’impressionnantes basses. » (Diapason, janvier 2017 / Julien Hanck)
CD10,99 €

Classique - Paru le 6 mai 2016 | Challenge Classics

CD14,99 €

Messes, Passions, Requiems - Paru le 13 mars 2015 | Challenge Classics

Bien que le précédent chef d'orchestre de la Singakademie, Carl Friedrich Zelter, avait décrété que la Passion selon Saint Matthieu était trop difficile pour être exécutée en public, Mendelssohn (qui fut son élève) avait une opinion différente. En 1828, il se met au travail sur la partition, apportant des modifications adaptées aux instruments alors en usage — les hautbois d'amour, hautbois de chasse, viole de gambe et luth n'existant plus au XIXe siècle —, mais aussi élaguant un bon quart de l'original (dix airs et cinq chorals), afin de rendre l'œuvre plus accessible au public. Le 11 mars 1829, presque cent ans après la dernière exécution de l'œuvre qui n'a plus été jouée depuis la mort de son auteur en 1750, le jeune Mendelssohn de vingt ans dirigeait la Passion selon Saint Matthieu dans la salle de concert de la Singakademie (Académie de chant) de Berlin. À l'ampleur du battage médiatique qui l'a précédé répond un succès tel qu'elle est redonnée le 21 mars, jour anniversaire de Bach, dans une salle comble, ainsi que dans un certain nombre de villes allemandes ; l'événement fut annoncé en ces termes : « Avis. Un événement important et heureux est sur le point d’arriver pour le monde musical, mais d’abord pour Berlin. Dans les premiers jours de mars la "Musique de la Passion selon l’Évangéliste Matthieu" de Johann Sebastian Bach sera donnée sous la direction de Monsieur Félix Mendelssohn Bartholdy. L’œuvre la plus importante et la plus sacrée du plus grand musicien voit ainsi le jour après avoir été dissimulée pendant près d’un siècle, une grande fête de la religion et de l’art [...] Cent ans plus tard, ce que l’art musical a produit de plus grand et de plus sacré ressuscite, et comme le premier lever de soleil après les brumes du déluge il annonce un jour nouveau, plus rayonnant ». En 1841, Mendelssohn la dirige à nouveau, cette fois à Leipzig dont il était alors le Kapellmeister, et bien entendu en l'église Saint Thomas où l'ouvrage fut joué pour la toute première fois. À cette occasion, Mendelssohn apporta à nouveau des retouches, mais moindres qu'en 1828/29 et remit quatre airs ; c'est cette dernière version qui est proposée ici. Magnifique soprano, Judith van Wanroij justifie à elle seule d'écouter cet enregistrement "live" (avril 2014). Mendelssohn octroie, d'ailleurs, à cette tessiture deux airs que Bach a destinés à l'alto ("Buss und Reu" et "Erbame dich").«... Jan Willem de Vriend ne fait pencher la balance ni vers la pompe et le lyrisme de l'oratorio romantique, ni vers un baroque tardif. S'il connaît tous les codes "historiquement informés", il veille surtout à maintenir avec l'orchestre néerlandais et une distribution modeste mais assurée, une tension égale au fil du récit — Mendelssohn lui facilite la tâche. L'accompagnement des récitatifs par deux violoncelles en doubles-cordes (seuls en 1829, soutenus par une contrebasse en 1841) élargit une palette utile sous l'Evangéliste énergique et vocalement tendu de Jörg Dürmüller.» (Diapason, Juillet-Août 2015 / Gaëtan Naulleau)
CD14,99 €

Classique - Paru le 22 juin 2007 | Challenge Classics

La Résurrection, oratorio / Nancy Argenta & Maria Cristina Kiehr, sopranos - Marijana Mijanovic, mezzo-soprano - Marcel Reijans, ténor - Klaus Mertens, baryton - Combattimento Consort Amsterdam, dir. Jan Willem de Vriend
HI-RES8,49 €
CD5,99 €

Classique - Paru le 29 octobre 2010 | Challenge Classics

Hi-Res
CD9,99 €

Classique - Paru le 15 juillet 2015 | CRYSTON

HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Musique symphonique - Paru le 13 juin 2011 | Challenge Classics

Hi-Res
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 20 janvier 2012 | Challenge Classics

Hi-Res
HI-RES14,49 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 4 juin 2010 | Challenge Classics

Hi-Res
HI-RES14,49 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 7 janvier 2011 | Challenge Classics

Hi-Res