Votre panier est vide

Catégories :

Artistes similaires

Les albums

A partir de :
HI-RES15,99 €
CD13,49 €

Hard Rock - Paru le 3 septembre 2021 | Parlophone UK

Hi-Res Vidéo
Il aura fallu six ans à Iron Maiden pour donner un successeur au tentaculaire The Book of Souls (2015). Lorsqu'on y pense bien, ce n'est pas énorme : The Book of Souls était un double album, et son successeur Senjutsu l'est aussi. Si l'on veut bien prendre en compte un an et demi de pandémie durant lequel tout a fonctionné au ralenti, il est même spectaculaire de voir le groupe aussi productif, compte tenu de l'âge de ses membres, de leurs nombreuses activités parallèles, et d'un passé qui semble tellement rempli qu'on se demande bien ce que les six lascars vont encore bien pouvoir nous raconter de nouveau. Senjutsu nous donne assez vite une réponse sur ce point précis : à l'instar d'un AC/DC ou de feu-Motörhead, l'univers du groupe est aujourd'hui tellement balisé qu'il « suffit » à Maiden de cocher des cases pour que les titres qu'il écrit lui ressemblent et ravissent les fans. Nous ne sommes bien sûr jamais dans l'écriture automatique, mais force est de reconnaître que tous les ingrédients sont là : le côté épique, quelques cavalcades de bon aloi, des twin guitars à tire-larigot, la basse du leader Steve Harris aux avant-postes, et un Bruce Dickinson (chant) toujours classieux dans son rôle de maître de cérémonie, qui sait qu'aujourd'hui, ses 63 ans et le cancer dont il est sorti victorieux ne lui permettent plus forcément les cascades vocales de 1982 – ce qui est une belle preuve d'intelligence. Donc, question : que faisons-nous de tout cela ? Un disque ambitieux de par sa durée (les trois derniers titres culminent à plus de dix minutes chacun), qui contient de très belles réussites (le single The Writing on the Wall, ou le magnifique Darkest Hour, tous deux co-écrits par Dickinson et le guitariste Adrian Smith), mais aussi des titres qui auraient gagné en efficacité en perdant quelques minutes avec un programme d'amincissement adapté. Il est un moment où un riff répété à l'envi devient redondant, voire répétitif, et si les titres de Maiden ont souvent été longs et « à tiroirs », ils sont aujourd'hui toujours plus longs, mais le nombre de tiroirs diminue. Senjutsu n'est pas un mauvais disque, bien loin de là, car Iron Maiden est un groupe bien trop intelligent (et trop bien entouré) pour ne jamais commettre un disque vain ou le fameux « album de trop » que guettent les méchants dès lors que l'on parle d'un « groupe-dinosaure ». Il s'inscrit juste dans une continuité que les fans absolus du groupe – ils sont des millions – vont déguster avec le sourire. La performance est déjà éminemment respectable. © Charlélie Arnaud/Qobuz
A partir de :
HI-RES14,49 €15,99 €(9%)
CD12,49 €13,99 €(11%)

Hard Rock - Paru le 29 mars 1982 | Parlophone UK

Hi-Res
Sorti en 1982, The Number of the Beast reste l’un des plus grands classiques de heavy metal de tous les temps. Le quintet ne fait que savourer ses premiers succès internationaux lorsque son chanteur d’origine, Paul Di’Anno, quitte brusquement le groupe et se fait remplacer par le tonitruant Bruce Dickinson. Choix plus que judicieux puisque la voix de ce dernier devient rapidement l’un des éléments les plus indispensables de l’identité du groupe. Le disque comporte une flopée de titres incontournables : la chanson titre, Run to the Hills, Children of the Damned ou encore l’épique Hallowed Be Thy Name rendent cet album essentiel à toute bonne discographie. © LG/Qobuz
A partir de :
HI-RES19,49 €22,49 €(13%)
CD16,99 €19,49 €(13%)

Hard Rock - Paru le 20 novembre 2020 | Parlophone UK

Hi-Res
Iron Maiden est en passe de battre des records : ce concert enregistré en 2019 au Mexique est en effet son onzième album live officiel ! C'est même devenu une marque de fabrique : chaque tournée du groupe donne lieu à son témoignage audio ou vidéo. Avait-t-on besoin d'un énième live de Maiden ? La question mérite d'être posée, sachant que celui-ci se présente à nouveau comme un best of à peine amélioré, ce qu'étaient déjà bon nombre de ses prédécesseurs. Et la réponse est affirmative. Ce Nights of the Dead, Legacy of the Beast se justifie pleinement pour au moins deux raisons intrinsèquement liées. Tout d'abord, rappelons que la tournée ici documentée fait suite aux déboires de santé connus par Bruce Dickinson et qu'il était évidemment important pour le groupe de prouver aux fans que son cancer de la gorge n'avait en rien entamé ses mythiques capacités vocales. Ensuite, ce n'est un secret pour personne, ladite tournée fut de l'avis général une éclatante réussite, tant en termes de scénographie que de performance strictement musicale. Les fans eurent sans aucun doute préféré avoir l'image en plus du son, mais soyons beaux joueurs : le contrat est parfaitement rempli. Iron Maiden passe ici en revue une période de sa carrière artistiquement irréprochable et l'interprète avec une fougue, un feeling et un niveau technique que personne d'autre aujourd'hui sur la scène metal n'est en mesure de soutenir après une carrière de quarante ans. Dickinson s'approprie même avec une facilité insolente The Clansman et The Sign Of The Cross, initialement chantés en studio par Blaze Bayley durant sa courte période d'intérim (de 1994 à 1999). De même, les plus rares For the Greater Good of God, Where Eagles Dare et Revelations font office de vraie valeur ajoutée sur une set list qui fait évidemment la part belle aux tubes incontournables sous peine d'émeute : Aces High, The Trooper, The Number of the Beast, Run To The Hills, 2 Minutes To Midnight... Autant de pierres angulaires de l'histoire du heavy metal reproduits avec la hargne indéboulonnable des premiers jours. Si besoin était, ce nouveau live vient donc confirmer une fois de plus l'hégémonie absolue du géant anglais, et conforter le profond respect qui lui est dû pour cette trajectoire aussi incroyable qu'exemplaire. © Charlélie Arnaud/Qobuz
A partir de :
HI-RES14,49 €15,99 €(9%)
CD12,49 €13,99 €(11%)

Hard Rock - Paru le 1 mai 1992 | Parlophone UK

Hi-Res
A partir de :
HI-RES14,49 €15,99 €(9%)
CD12,49 €13,99 €(11%)

Hard Rock - Paru le 1 avril 1988 | Parlophone UK

Hi-Res
Septième album en studio des rois du heavy metal britannique, Seventh Son…est un album conceptuel. Cela n’a l’air de rien, dit comme cela, mais beaucoup de confrères d’Iron maiden (jusqu’aux petits cousins du rock progressiste) se sont considérablement désintégrés dans ce type d’exercice. Donc, le disque offre la traditionnelle histoire ampoulée d’un personnage extraordinaire (ici, un prophète, que, bien évidemment, personne n’écoute dans son pays), et d’un péril, tout aussi extraordinaire (voire, définitif). Mais la qualité incomparable de cet opus reste que l’on peut écouter – et goûter - les diverses chansons séparément, en se moquant absolument des tentations esthétisantes des musiciens : « Can I Play With Madness ? » et « The Evil That Men Do » assurent en ce sens leurs fonctions de rocks déboulant et nerveux, la dimension épique, voire grandiloquente, étant confiée aux près de dix minutes de la chanson-titre. Pris dans son entièreté, l’album permet de réaffirmer la capacité du quintet (en fait, ici essentiellement Bruce Dickinson et Steve Harris) à composer une œuvre ambitieuse et protéiforme. Échantillonné, il conserve cette faculté roborative de donner envie de taper du pied. Á noter qu’à l’issue des sessions, le guitariste Adrian Smith transportera ailleurs ses guêtres. Les singles « Can I Play With Madness ? », « The Evil That Men Can Do », « Infinite Dreams » et « The Clairvoyant » se classeront tous dans le Top 10 des charts britanniques de la catégorie, alors que Seventh Son Of A Seventh Son parviendra au sommet des classements anglais (et en douzième position aux États-Unis).   © ©Copyright Music Story Christian Larrède 2015
A partir de :
HI-RES14,49 €15,99 €(9%)
CD12,49 €13,99 €(11%)

Hard Rock - Paru le 1 mai 1983 | Parlophone UK

Hi-Res
Piece Of Mind n’est peut-être pas le meilleur album du groupe (chacun a son favori en la matière), mais introduit indubitablement le cinq majeur des rois du heavy metal mondial. Les deux guitares duelles d’Adrian Smith et de Dave Murray sont parvenues à un niveau de complémentarité tout à fait épatant. Bruce Dickinson tient l’ensemble d’une voix de rogomme. Le bassiste et compositeur Steve Harris (qui laisse ici pourtant plus souvent qu’à son tour la responsabilité de l’écriture des chansons aux autres membres du groupe) passe gaiement de la symbolique du feu aux lignes harmoniques sautillantes sur le manche de son instrument, en passant par une relecture très personnelle du roman culte de Frank Herbert Dune. Quant à la nouvelle recrue, le batteur Nicko McBrain (transfuge du Pat Travers Band et de Trust), il compile les vertus d’un bâton de dynamite vivant et d’un impayable boute-en-train (toute l’histoire du groupe sera désormais jalonnée de ses facéties). La fine équipe britannique déroule donc son savoir-faire dans certaines pièces qui ne manquent pas d’ambition (« The Trooper »), et qui démontrent, si besoin était, que le heavy metal n’est jamais très éloigné du rock progressiste. Entraîné par les singles « The Trooper » et « Flight Of Icarus », Piece Of Mind se classera en troisième position des charts britanniques (70ème place des classements américains), et sera certifié disque de platine au Canada, aux États-Unis, et, bien naturellement, dans le pays d’origine du groupe.   © ©Copyright Music Story Christian Larrède 2015
A partir de :
HI-RES14,49 €15,99 €(9%)
CD12,49 €13,99 €(11%)

Hard Rock - Paru le 1 septembre 1984 | Parlophone UK

Hi-Res
A partir de :
HI-RES14,49 €15,99 €(9%)
CD12,49 €13,99 €(11%)

Hard Rock - Paru le 1 avril 1980 | Parlophone UK

Hi-Res
Ce qui fait la grandeur, enfin, l’importance, enfin, le caractère historique, de ce premier effort, reste que tout Iron Maiden est dans Iron Maiden : un membre fondateur du mouvement heavy metal britannique, une entité esthétique parfaitement définie (de l’iconographie – avec la mascotte Eddie – à l’imaginaire revendiqué et référencé, très proche des romans populaires des siècles précédents, et en particulier de la verve horrifiante de Gaston Leroux, et des déclinaisons vampiresques d’un cinéma de série B), et une musique qui ne laisse pas grande place à autre chose qu’à l’excitation électrique. Sans oublier un humour irrévérencieux qui fait souvent défaut dans le genre, comme en témoigne la pochette du 45 tours « Sanctuary », charge acide contre le premier ministre britannique de l’époque, Margaret Thatcher. En outre, plusieurs des morceaux figurant ici seront de nombreuses années durant des favoris du groupe en concert, et, partant, des fans. Par ailleurs, intituler un instrumental « Transylvania », ou consacrer plus de sept minutes à la saga du « Phantom Of The Opera » n’est pas faire preuve de duplicité. Enfin, le groupe répartit ses taches de manière aussi efficace que précise : Paul Di’Anno reste le chanteur emblématique de ce premier volet, largement surexposé, même si bientôt brûlé par trop de tout. Dave Murray est le guitar hero indispensable au genre. Et le bassiste Steve Harris, fondateur du groupe, endosse la défroque de l’homme de l’ombre, par ailleurs compositeur de la plus grande partie du répertoire. Á noter que c’est dans ce disque que débute une saga en plusieurs mouvements (qui se déploiera au fil des enregistrements du groupe), consacrée au personnage récurrent de « Charlotte The Harlot » (Charlotte la catin). Iron Maiden sera une indubitable source d’inspiration pour toute une génération de groupe de heavy metal, et d’une influence considérable à travers les frontières. Certifié Disque de platine au Canada (score triplement atteint en Grande-Bretagne), Iron Maiden parviendra à la quatrième place des charts anglais.   © ©Copyright Music Story Christian Larrède 2015
A partir de :
HI-RES14,49 €15,99 €(9%)
CD12,49 €13,99 €(11%)

Hard Rock - Paru le 1 février 1981 | Parlophone UK

Hi-Res
Dernier album avant qu’Iron Maiden soit propulsé parmi les meilleures groupes du monde grâce à The Number of the Beast, Killers est aussi le dernier sur lequel figure le chanteur Paul Di’Anno. Le disque, sorti en 1981, opère un changement de son par rapport au premier opus du groupe, la production est plus soignée et le rendu est bien plus propre. Il faut dire qu’Iron Maiden a fait appel à un expert en la matière : Martin Birch, collaborateur notamment sur le Machine Head de Deep Purple. L’album est aussi le début de l’un des plus grands duos de guitaristes de l’histoire du heavy metal puisqu’Adrian Smith, fraichement intégré dans le groupe, fait des merveilles aux côtés de Dave Murray. Killers est un parfait aperçu de ce qu’Iron Maiden est capable de faire et ouvre la voie à la carrière remarquable que le groupe connaitra ensuite. © LG/Qobuz
A partir de :
HI-RES14,49 €15,99 €(9%)
CD12,49 €13,99 €(11%)

Hard Rock - Paru le 1 septembre 1986 | Parlophone UK

Hi-Res
A partir de :
HI-RES17,49 €20,49 €(15%)
CD14,99 €17,49 €(14%)

Hard Rock - Paru le 1 octobre 1985 | Parlophone UK

Hi-Res
On ne connaîtra plus d’épopées comme le World Slavery Tour, invraisemblable marathon qui, d’août 1984 à juillet 1985, transportera Iron Maiden, alors premier groupe au monde de heavy metal, dans le moindre recoin de la planète (Pologne et Yougoslavie d’alors incluses), où des jeunes à cheveux longs l’attendent comme l’ultime prophète. Cette tournée laissera par ailleurs les musiciens sur le flanc, contraints à un break (une première pour ces jeunes gens britanniques) de plus d’un semestre. Mais, pour l’heure, Life After Death, enregistré pour partie à l’Hammersmith Odeon de Londres, et pour partie dans la Californienne Long Beach Arena (un pied dans la mère patrie, un pied dans le plus gros marché mondial : on appelle cela du marketing bien compris) témoigne de ce qu’est à l’époque le groupe de Steve Harris : un combo apte à faire revivre en concert les très riches heures de leurs albums précédents, tout en surfant sur la valeur ajoutée du contact avec le public. Dix-huit titres donc, à de très rares exceptions près signés de la main du leader, et en manifeste best of live des opus précédents , des pures décharges d’adrénaline (« 2 Minutes To Midnight ») aux grandes envolées lyriques (« Phantom Of The Opera », ou le presque quart d’heure de « Rime Of The Ancient Mariner »), pour rappeler qui sont les patrons effectifs d’un rock extrême supposé sataniste (certes, on cite ici l’écrivain H.P. Lovecraft), mais en fait plutôt bon enfant (c’est toujours la névrose des musiciens qui gagne, à la fin). Et en fait toujours en phase avec l’histoire, puisqu’on peut y entendre l’extrait d’un discours, prononcé pendant la guerre par le premier ministre britannique Winston Churchill. Considéré par la critique de l’époque (qui n’a pas varié d’un iota depuis) comme l’un des albums en public les plus importants du heavy metal, Life After Death, subjugué par les singles « Running Free » et « Run To The Hills », atteindra la deuxième position des charts britanniques (dix-neuvième place outre Atlantique), et sera particulièrement bien placé dans des pays aussi divers que la Norvège, la Suisse, ou la Suède, comme une internationale du binaire électrique. De même, l’album sera certifié disque de platine aux États-Unis, Double disque de platine au Canada, et Disque d’or en Grande-Bretagne.  © ©Copyright Music Story Christian Larrède 2015
A partir de :
HI-RES14,49 €17,49 €(17%)
CD12,49 €14,99 €(17%)

Hard Rock - Paru le 4 septembre 2015 | Parlophone UK

Hi-Res Livret
Enregistré eu studio Guillaume Tell à Paris fin 2014, The Book Of Souls est une nouvelle œuvre gargantuesque des papes du hard britannique. Sans pour autant s’être mise au zouk, au dubstep ou au free jazz, la bande de Bruce Dickinson réussit à peaufiner une fois de plus son rock métallique au cœur duquel les guitares brillent de mille feux. Avec leur producteur attitré Kevin "Caveman" Shirley, Maiden a mis ici en boite onze chansons pour plus de 90 minutes de musique ! The Book Of Souls est ainsi le premier double-album de la formation britannique ! Autre innovation avec une participation plus active de tous les membres du groupe à l’écriture. Le bassiste Steve Harris est ainsi à l'origine de sept compositions dont six co-signées avec les guitaristes du groupe. C’est aussi la première fois depuis Powerslave (1984) qu'un album studio d’Iron Maiden comporte deux titres écrits par Bruce Dickinson seul. Harris raconte au sujet de cet opus : « Nous avons entamé l'enregistrement de cet album avec une approche différente de ce que nous avions fait dans le passé. La plupart des titres ont été écrits pendant que nous étions en studio et nous les avons répétées et enregistrées dans la foulée tant qu'ils étaient encore frais, et je pense que cette immédiateté se ressent vraiment dans les chansons, qui ont presque un côté live. » Au final, un album qui comblera les fans de la première heure. © CM/Qobuz
A partir de :
HI-RES14,49 €15,99 €(9%)
CD12,49 €13,99 €(11%)

Hard Rock - Paru le 29 mai 2000 | Parlophone UK

Hi-Res
A partir de :
HI-RES17,49 €20,49 €(15%)
CD14,99 €17,49 €(14%)

Hard Rock - Paru le 25 mars 2002 | Parlophone UK

Hi-Res
A partir de :
HI-RES14,49 €15,99 €(9%)
CD12,49 €13,99 €(11%)

Hard Rock - Paru le 5 septembre 2006 | Parlophone UK

Hi-Res
A partir de :
HI-RES14,49 €15,99 €(9%)
CD12,49 €13,99 €(11%)

Hard Rock - Paru le 12 mai 2008 | Parlophone UK

Hi-Res
A partir de :
HI-RES14,49 €15,99 €(9%)
CD12,49 €13,99 €(11%)

Hard Rock - Paru le 8 septembre 2003 | Parlophone UK

Hi-Res
A partir de :
HI-RES2,99 €
CD2,29 €

Hard Rock - Paru le 15 juillet 2021 | Parlophone UK

Hi-Res
A partir de :
HI-RES14,49 €15,99 €(9%)
CD12,49 €13,99 €(11%)

Hard Rock - Paru le 16 août 2010 | Parlophone UK

Hi-Res
Cela ne rajeunit personne, mais on évoque ici le quinzième album en studio d’Iron Maiden, et convenons qu’on n’a pas vu le temps passer depuis 1975. S’appuyant toujours sur les poutres maîtresses que constituent le bassiste Steve Harris et Dave Murray à la guitare (Bruce Dickinson de retour au micro de chanteur depuis désormais plus de dix années), Iron Maiden aurait légitimement pu revendiquer une livraison de fonctionnaires. Sauf que…. Sauf que, voulu comme une délicate synthèse entre des rocks sans arrière-pensée (i.e. en chamboule-tout) et des pièces à l’instrumentation plus complexe, voire épique, The Final Frontier trouve le combo au meilleur de sa forme. Même si (Harris ayant jadis annoncé que son groupe réaliserait quinze productions, point final), le programme – et son intitulé définitif – ne laissent pas de soulever de profondes interrogations dans le cœur des fans, ce disque s’avère avant tout éléphantesque. Dans sa durée, car avec plus de 75 minutes de musique, on ne peut nier que ces musiciens blanchis sous le harnais aient rechigné à leur peine. Et dans son approche musicale, car, entraînée par deux titres finalement assez conventionnels (le solide « El Dorado » en premier single, et l’onirique « Satellite 15…The Final Frontier »), la sélection s’avère d’une redoutable efficacité en matière d’union (pas si contre-nature que cela) entre l’implacable brutalité du heavy metal, et le caractère savant et la virtuosité de la musique progressive. Aucun groupe jusqu’alors n’avait marié avec autant de talent chant dévastateur (« Coming Home ») et bande originale de film d’horreur (« Mother Of Mercy »), sens de la cavalcade (« The Alchemist »), et goût du risque (« Isle Of Avalon » et sa mélodie décalée). L’auditeur se retrouve cerné par les deux guitares en rets à petites mailles, et le chant modulant à merveille entre murmures et hurlements, jusqu’au pandémonium des onze minutes conclusives de « When The Wild Wind Blows » (d’après le roman apocalyptique et éponyme de Raymond Briggs). A son niveau de carrière (considérons que le groupe n’a plus rien à prouver), Iron Maiden prend ici le risque d’un disque à l’univers profondément original, exigeant car situé quelque part entre le mélodique Brave New World et la brutalité belliciste d’un A Matter Of Life And Death. Les fans vont adorer. Et tous les autres aussi, d’ailleurs, grâce à un album que plus personne, laudateurs ou simples spectateurs, ne pouvaient encore espérer. © ©Copyright Music Story 2015
A partir de :
HI-RES14,49 €15,99 €(9%)
CD12,49 €13,99 €(11%)

Hard Rock - Paru le 1 octobre 1990 | Parlophone UK

Hi-Res

L'interprète

Iron Maiden dans le magazine
  • Iron Maiden voit double
    Iron Maiden voit double Pour leur 17e album studio, les indéboulonnables maîtres du hard rock "made in UK" signent un nouveau double album de plus d'une heure vingt !
  • Toujours vierge
    Toujours vierge Le 16e album des indestructibles Iron Maiden...
  • QIBUZ / Lundi 18 mars 2013
    QIBUZ / Lundi 18 mars 2013 Chaque lundi, QIBUZ soulève les cartes et interroge l’actualité musicale. Indiscrétions et confidences, décryptages et relectures, révélations et révolution : voici la rubrique coquine de Qobuz.com...