Catégories :

Artistes similaires

Les albums

HI-RES15,99 €
CD13,49 €

Musique vocale (profane et sacrée) - Paru le 26 octobre 2018 | Warner Classics

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - Prise de Son d'Exception - 5 Sterne Fono Forum Klassik
Deux compositeurs qui d’une manière ou d’une autre chantèrent les épouvantes de la guerre, deux qui y perdirent la vie, voilà le pari tout à fait gagné d’Ian Bostridge accompagné au piano – avec maestria ! – par Antonio Pappano. Les deux premiers sont Kurt Weill et ses Four Walt Whitman Songs dans lesquels le poète lamente les soldats tombés lors de la Guerre de Sécession, puis Gustav Mahler dont trois des Lieder tirés du Knaben Wunderhorn évoquent avec cruauté et révolte la vie des pauvres jeunots, paysans, apprentis, à peine plus que des écoliers, envoyés se faire déchiqueter sur tous les fronts possibles et imaginables. Plus directement concernés, si l’on ose dire, sont George Butterworth – tombé sur la Somme en 1916, à trente-et-un ans, et dont A Shropshire Lad est sans conteste le plus grand chef-d’œuvre. Quant à Rudi Stephan, il est tombé sur le front Galicien en 1915 à vingt-huit ans. Son cycle Ich will dir singen ein Hohelied est un sommet d’érotisme trouble… Le destin de la musique allemande en aurait-il été différent si ce génie avait pu faire contrepoids, par exemple, au dodécaphonisme naissant ? Bostridge se donne à fond dans ce triste centenaire de la fin de la Der des Ders, dont on sait qu’elle ne le fut guère. © SM/Qobuz
HI-RES15,99 €
CD13,49 €

Musique vocale (profane et sacrée) - Paru le 2 septembre 2016 | Warner Classics

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - Gramophone Editor's Choice - 5 Sterne Fono Forum Klassik
De l’époque élisabéthaine jusqu’à nous jours, le divin barde de Stratford inspire encore et toujours les compositeurs de toutes les nations ; dès Byrd – né quelque vingt-cinq ans avant Shakespeare, c’est dire qu’ils furent contemporains ! – et Thomas Morley, lui-même disparu quatorze ans avant le poète, jusqu’à Stravinski, Finzi, Poulenc, voici un superbe éventail d’ouvrages shakespeariens pour voix de ténor – celle d’Ian Bostridge, en l’occurrence –, accompagné au piano par Antonio Pappano. Le hasard fait que la majorité des ouvrages sont soit fort anciens, soit écrits aux alentours du XXe siècle ; cela n’implique pas du tout que le Romantisme ait négligé Shakespeare (Berlioz ! Liszt ! Gounod ! Verdi ! Tchaikovsky ! Mendelssohn !), même s’il est vrai que l’époque classique ne s’y est guère penché. Non, c’est là le choix de Bostridge qui a souhaité mettre en avant nombre de compositeurs britanniques moins représentés, tels que Gurney, Warlock, Finzi ou Tippett, tout en les entourant d’un solide coussin élisabéthain d’une part, et d’un autre avec Stravinski (dont les trois Sonnets sont d’ailleurs accompagnés non pas au piano mais par flûte, clarinette et alto) et Korngold. Superbe choix, éclectique certes et pourtant si cohérent. © SM/Qobuz
HI-RES15,99 €
CD13,49 €

Musique vocale (profane et sacrée) - À paraître le 24 juillet 2020 | Warner Classics

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
Le chef d’orchestre Antonio Pappano troque volontiers sa baguette contre le clavier d’un piano pour accompagner avec gourmandise quelques grandes voix d’aujourd’hui. Le voici en parfaite complicité avec le ténor anglais Ian Bostridge dans un programme passionnant consacré à un choix de lieder de Beethoven. Le centre de cet album est évidemment constitué par An Die Ferne Geliebte (« À la bien aimée lointaine ») que l’on considère comme le premier cycle de lieder de l’histoire de la musique. Les six poèmes sont dominés par l’image de la femme idéalisée et distante depuis la première rencontre, vite suivie de la séparation et du tourment provoqué par le désir de l’autre. Et ce n’est pas la venue du gai printemps qui éloignera la mélancolie de cette poignante plainte amoureuse. Une vingtaine d’autres lieder, dont le fameux Adelaide, également mis en musique par Schubert, viennent nous prouver combien Beethoven était aussi le maître du lied et de chants populaires qu’il se plaisait à harmoniser. Ian Bostridge et Antonio Pappano sont les interprètes sensibles et raffinés de ces perles rares. © François Hudry/Qobuz
HI-RES17,99 €
CD11,99 €

Classique - Paru le 23 août 2019 | PentaTone

Hi-Res Livret
Comme autrefois Pears et Britten, Ian Bostridge s’associe au compositeur Thomas Adès pour cet enregistrement du Voyage d’hiver de Schubert, capté lors d’un concert au fameux Wigmore Hall de Londres, en 2018. Avec sa voix et son style atypiques, le chanteur britannique divise les avis. On aime ou l'on déteste sans réserve. Étant plutôt dans la première catégorie, nous ne saurions trop conseiller cet enregistrement très différent de la version en studio enregistrée il y a quelques années pour EMI avec le grand pianiste norvégien Leif Ove Andsnes. Par rapport à ce disque splendide, cette nouvelle version est plus simple, comme apaisée. Thomas Adès s’est appuyé sur les manuscrits originaux pour construire un accompagnement tout en finesse où plane l’indicible mélancolie du jeune compositeur se sachant condamné. Une mortelle randonnée vue ici sous l’angle de la solitude, du regret et de la résignation. Le premier volet d’une trilogie qui regroupera à terme les trois grands cycles de Schubert enregistrés en live par les mêmes musiciens. © François Hudry/Qobuz
CD14,99 €

Classique - Paru le 30 janvier 2009 | Warner Classics

Livret
CD12,49 €

Musique de chambre - Paru le 4 juillet 2005 | Warner Classics

CD14,99 €

Classique - Paru le 1 octobre 1999 | Warner Classics

CD13,49 €

Classique - Paru le 31 décembre 1998 | Warner Classics

HI-RES14,49 €
CD9,99 €

Musique vocale (profane et sacrée) - Paru le 13 avril 2018 | Wigmore Hall Live

Hi-Res Livret
Ce quatrième volume de Lieder enregistré au cours d’un concert le 16 mai 2015 au célèbre Wigmore Hall, ce véritable temple de la musique de chambre à Londres construit à l’origine par le fabriquant de pianos allemand Bechstein, nous fait voyager tel le Wanderer romantique de la ballade dramatique Der Zwerg (Le Nain) à la tendresse mélancolique de An den Mond, cette lune inséparable du romantisme allemand, tour à tour maléfique ou bienfaisante. Avec le temps, la voix de Ian Bostridge a gagné en profondeur jusqu’à être parfois barytonnante, mais toujours avec cette interprétation déchirante, mélange unique de sophistication, de poésie pure et de révolte. Au piano, Julius Drake est beaucoup plus qu’un accompagnateur, c’est un partenaire à part entière qui dialogue et épouse les moindres intentions du chanteur. Il est également professeur au Royal College of Music de Londres, directeur de festivals et concepteur de soirées de Lieder pour le Wigmore Hall et également à la BBC et au Concertgebouw d’Amsterdam avec les nombreux artistes lyriques qui sont ses partenaires habituels. Ce nouveau volume confirme si besoin était que Ian Bostridge est bien aujourd’hui un des plus grands interprètes de Lieder. Ses interprétations sont de plus en plus intenses et repoussent sans cesse les limites des convenances souvent liées à ce répertoire, comme cet Erlkönig (Le Roi des aulnes) qui flirte avec l’expressionisme du jeune Schönberg. Interprétation audacieuse qui souligne d’éloquente manière la continuité existant en art et spécifiquement en musique. © François Hudry/Qobuz
CD14,99 €

Classique - Paru le 16 juillet 2007 | Warner Classics

Airs de Semele, Le Messie, Serse, La Résurrection, Acis et Galatée, Ariodante, Samson, Jephté L'Allegro, il Penseroso ed il Moderato / Kate Royal, soprano - Ian Bostridge, ténor - Orchestre de l'âge des Lumières - Harry Bicket, direction
CD14,99 €

Classique - Paru le 31 décembre 2001 | Warner Classics

HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 9 septembre 2016 | Globe Music

Hi-Res
CD14,99 €

Classique - Paru le 22 avril 2013 | Warner Classics

Livret
Le premier cycle de mélodies que Britten écrivit pour Peter Pears, sur des sonnets de Michel Ange, est une véritable déclaration d'amour. La voix et le style de Ian Bostridge reprennent tout naturellement le flambeau du grand ténor disparu. Les Six Fragments de Hölderlin composés directement sur les textes allemands d'origine sont des miniatures très précieuses. Ce programme admirablement composé souligne combien la culture de Britten était vaste et polyglotte. Un bémol à notre enthousiasme ; la voix de Ian Bostridge est comme étouffée sous le piano envahissant d'Antonio Pappano. FH
CD12,49 €

Classique - Paru le 4 juillet 2005 | Warner Classics

HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 25 janvier 2019 | Seattle Symphony Media

Hi-Res Livret
CD13,49 €

Classique - Paru le 1 mai 1998 | Warner Classics

CD9,99 €

Musique de chambre - Paru le 7 avril 2014 | Wigmore Hall Live

Il y a les artistes qui remportent l'unanimité et d'autres qui divisent. Dans le cas du ténor anglais Ian Bostridge c'est la deuxième solution qui semble prévaloir. Certains fuient ses Schubert et d'autres les adorent. Nous aimons sa vision de Schubert, un peu maniérée et si musicale. Ce récital, enregistré dans la légendaire salle de Wigmore Hall à Londres, nous permet de partager le moment si intime d'un "Liederabend" avec un bouquet adroitement composé de Lieder choisis pour leur mélancolie profonde, leur nostalgie et, d'une manière générale, leur introspection. Avec un partenaire aussi raffiné que Julius Drake, le ténor anglais est à son meilleur comme conteur des jardins secrets de Schubert. FH
CD14,99 €

Classique - Paru le 18 octobre 2010 | Warner Classics

Livret
Dans son nouvel album, le ténor Ian Bostridge rend hommage à trois célèbres ténors officiant en Angleterre au XVIIIe siècle, John Beard (1717-1791), Francesco Borosini (1690-1747), Annibale Fabri (1697-1760). Le grand héros de cet album demeure la musique de Haendel, qui composa des airs magnifiques pour cette tessiture (Haendel), où la voix de Bostridge s'épanouit.
CD14,99 €

Classique - Paru le 15 octobre 2010 | Warner Classics

Livret
Dans son nouvel album, le ténor Ian Bostridge rend hommage à trois célèbres ténors officiant en Angleterre au XVIIIe siècle, John Beard (1717-1791), Francesco Borosini (1690-1747), Annibale Fabri (1697-1760). Le grand héros de cet album demeure la musique de Haendel, qui composa des airs magnifiques pour cette tessiture (Haendel), où la voix de Bostridge s'épanouit.
CD14,99 €

Classique - Paru le 25 novembre 2005 | Warner Classics

L'interprète

Ian Bostridge dans le magazine
  • L’Opéra de quat’sous passe aux Champs
    L’Opéra de quat’sous passe aux Champs Le 14 juin, HK Gruber réunira Dorothea Röschmann, Angelika Kirchschlager et Ian Bostridge au Théâtre des Champs-Elysées pour un alléchant Opéra de quat’sous de Kurt Weill.