Votre panier est vide

Catégories :

Artistes similaires

Les albums

HI-RES23,49 €
CD16,49 €

Classique - Paru le 27 mars 2015 | ECM New Series

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or de l'année - Diapason d'or - Qobuzissime - 5 Sterne Fono Forum Klassik
Ah non, vraiment, on n’attendait pas le très avant-gardiste Wolfgang Rihm dans ce genre de langage. Imaginez un ensemble vocal venu du fin fond de la Renaissance, voire du Moyen Âge, accompagné par un quatuor à cordes hypermoderniste ; voilà ce qu’a développé Rihm dans son Et Lux, un ouvrage à consonance spirituelle d’une durée d’une heure, compact et profondément émouvant, et d’un style inclassable, achevé en octobre 2009 et créé un mois plus tard à Cologne par le Hilliard Ensemble et le Quatuor Arditti. Naturellement, l’ensemble ancien et le quatuor moderne échangent parfois les vêtements, dans diverses combinaisons et confusions de genre tout à fait délibérées et fort troublantes. Le Quatuor Minguet et l’ensemble de musique ancienne Huelgas mêlent leurs accents pour laisser éclore ce superbe opus, une méditation moderne sur une messe – des fragments du Requiem traditionnel, en majorité – venue du fin fond de l’époque médiévale. On n’ira pas affirmer que cela s’écoute d’une oreille distraite, mais même les auditeurs les plus rétifs à l’avant-garde ne pourront qu’être subjugués par tant de beauté intérieure.« [...] La création avait profondément impressionné malgré une certaine monotonie lisse. Cette interprétation nettement plus habitée, tant par les (huit) chanteurs de Huelgas, qui ont eu le temps de s'imprégner des suggestions de la partition, que par le quatuor à cordes, dissipe nos réserves et inscrit Et Lux dans la lignée des chefs-d'œuvre à mi-chemin entre profane et sacré, comme le Deutsches Requiem de Brahms. L'exclusion des mots "Deus" et "Dominus" marque une volonté de dépasser la diversité des croyances pour offrir à l'auditeur une méditation sur la Mort, cette grande interrogation de l'existence, et un accès vers une sérénité lumineuse.» (Diapason, juillet 2015 / Gérard Condé)
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Musique vocale profane - Paru le 25 avril 2014 | deutsche harmonia mundi

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or de l'année - Diapason d'or - 4 étoiles Classica
Entre Claude Le Jeune et Roland de Lassus, les points communs ne manquent pas : ils sont quasiment contemporains l’un de l’autre (1530-1600 pour l’un, 1532-1594 pour l’autre) ; l’un est né à Mons, l’autre à peine dix lieues de là à Valenciennes. Les deux connaissaient et appréciaient les œuvres de leur collègue. Non, la différence principale réside dans leur arrière-plan religieux : Mons était catholique, Valenciennes un bastion des Huguenots. De là l’orientation fort différente des œuvres de nos deux compères. C’est ici Le Jeune qui est à l’honneur, avec un florilège de motets sacrés et de chansons profanes, un genre dans lequel non seulement il excellait, mais qui lui servit de support à bien des expérimentations et des nouveautés harmoniques, rythmiques et mélodiques. Hélas pour Le Jeune, les difficultés auxquelles était confronté le protestantisme en France l’empêchèrent de sérieusement diffuser ses œuvres, de sorte que sa renommée resta quelque peu confinée dans les régions d’Europe plus tolérantes. Ajoutons qu’à cette époque les modes italiennes commençaient à se répandre un peu partout – Lassus en profita pleinement, d’ailleurs – mais Le Jeune ne les embrassa que dans une moindre mesure, de sorte que sa musique pouvait alors sembler moins « moderne », malgré ses considérables hardiesses. Bien sûr, de nos jours, toutes ces considérations n’ont plus cours et nous pouvons écouter cette musique sublime, magnifiquement chantée par le Huelgas Ensemble. © SM/Qobuz
HI-RES14,49 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 12 janvier 2014 | Cypres

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or - Choc de Classica - La Clef du mois RESMUSICA
La Oreja de Zurbarán, "L'Oreille de Zurbarán". Le titre choisi par Paul Van Nevel pour illustrer le programme de ce disque indique son intention de faire revivre la musique que le peintre espagnol Francisco de Zurbarán (1598-1664) aurait pu entendre tout au long de sa carrière, de Séville à Madrid. Marquée du sceau de la Contre-Réforme, la production picturale de ce contemporain de Velázquez et Murillo partage avec le répertoire musical d'alors une même volonté : rendre accessible à l'ensemble des fidèles la pensée mystique de religieux tels Sainte Thérèse d'Avila et Saint Jean de la Croix. La musique polyphonique comme les tableaux de Zurbarán deviennent le médium idéal pour rapprocher de Dieu l'auditeur en quête d'extase. Cette instrumentalisation menée par les autorités ecclésiastiques ira de pair avec l'irruption du profane dans la sphère sacrée : la musique d'église se parera en effet peu à peu des atours de la modernité venue en droite ligne d'Italie, nourrie aux sources de la musique populaire. Au travers d'un florilège d'oeuvres sacrées et profanes pour beaucoup inédites, Paul Van Nevel et son Huelgas Ensemble entendent montrer comment musique et peinture procèdent d'une même vision du monde, offrant ainsi les clés de compréhension d'une époque dont « mysticisme » fut le maître-mot.
CD14,49 €

Musique vocale (profane et sacrée) - Paru le 19 juin 2009 | deutsche harmonia mundi

Distinctions 5 de Diapason - 4F de Télérama - Choc de Classica
Michelangelo Rossi (1601-1656) connaissait-il les madrigaux de Gesualdo ? On peut légitimement se demander combien le célèbre compositeur-meurtrier a pu influencer Rossi qui, lui aussi, usa jusqu’aux extrêmes les plus extravagants de chromatisme, de dissonance, de modulations délirantes, une sorte de maniérisme musical dont on pourrait presque croire qu’il est le fruit d’un compositeur du XXIe siècle qui voudrait faire du madrigal à l’ancienne avec des techniques de composition d’avant-garde. Toujours est-il que le Huelgas Ensemble nous livre ici une belle poignée de ces madrigaux d’exception, enregistrés en concert public – c’est dire le niveau d’excellence de l’ensemble, car on n’entend ni couac, ni fausse note, un vrai régal –, peut-être choisis parmi les plus excessifs en termes d’harmonies déviantes, de dissonances hors-la-loi, d’incongruités toutes plus délicieuses et stupéfiantes les unes que les autres. Franchement, il n’est pas vain de dire que Rossi est le digne successeur et l’égal de Gesualdo. Attention, ne pas confondre ce Rossi avec Salomone Rossi et Luigi Rossi, tous deux de cette même époque baroque, et on ne vous parle (surtout) pas d’un certain Tino… © SM/Qobuz
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Classique - Paru le 22 avril 2016 | deutsche harmonia mundi

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - 4 étoiles Classica
Firmin Caron (Fl. 1460–1475) ch'étot un compositeu picard et pi un canteu édch Moïen Âche éd l' Arnaissance. Caron il o foait des musiques sacrées et pi profanes. O connoait chonq messes et pi granmin d'canchons profanes. Ouf… Et le présent enregistrement propose divers moments de ces cinq messes, autant que plusieurs canchons profanes, conservées dans des manuscrits au Vatican ; des chansons pourtant, pour certaines, paillardes voire obscènes (« ramboure luy son bas, foullès cul espuisé, coullies de fer et vit de plomb, et con d’acier… », d’autres empreintes d’amour courtois. De Caron l’on ne sait pratiquement rien, ni lieu ni date de naissance et de mort ; en 1469 il était « maître des petites écoles » d’Amiens, l’année suivante Primus musicus à la cathédrale de la ville, puis magister in artibus en 1472. Nombre de ses illustres contemporains le citent, le louent et le « parodient » (c’est-à-dire qu’ils empruntent certaines de ses mélodies pour en faire des cantus firmus ou les retravailler de diverses manières), parmi lesquels rien moins que Agricola, Tinctoris ou Compère. On perd sa trace après 1475, peut-être en Italie à en juger par le grand corpus de manuscrits italiens comportant telle ou telle de ses œuvres. Les voix du Huelgas Ensemble, basé en Belgique malgré le nom à consonance ibérique, prêtent vie à cette musique venue du fond de la fin du Moïen Âche et du début de l’Arnaissance, comme le diraient les Picards, dont Caron fut l’un des plus illustres musiciens de l’époque. © SM/Qobuz« [...] À partir des cinq messes et de la vingtaine de chansons qui composent son œuvre, Van Nevel a bâti un beau panorama, bien qu’un peu court : une section de chacune des messes, puis trois rondeaux, et une chanson combinatoire (au texte particulièrement salé), interprétés dans diverses versions et configurations vocales qui magnifient le détail de ce contrepoint richement orné, aux phrases interminables. La plénitude des extraits de messe, l’incroyable tapis de sons flûtés pianissimo de la chanson Le despourveu, prouvent que le Huelgas n’a rien perdu de son exigence et de son inspiration.» (Diapason, juin 2016 / David Fiala)
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Classique - Paru le 28 juillet 2017 | deutsche harmonia mundi

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
Le massacre de la Saint-Barthélémy en août 1572 ne fit pas que des morts et des malheureux : le 5 septembre de cette sombre année, le pape Grégoire XIII faisait célébrer la Saint-Barthélemy comme libératrice du royaume de France et fit chanter un Te Deum pour remercier Dieu d’avoir sauvé le Roi Très Chrétien des hérétiques. L’ensemble Huelgas a donc décidé de se pencher sur la musique protestante de cette époque (dont celle de Jacques Goudimel qui fut l’une des victimes des tueries, à Lyon en l’occurrence puisque partie de Paris, la frénésie meurtrière se répandit à travers le royaume pendant un bon mois encore), mais aussi celle des catholiques qui pouvaient faire l’objet de réjouissances anti-huguenottes. Trois volets composent ce superbe tour d’horizon du XVIe siècle : des psaumes mis en musique par plusieurs musiciens huguenots (reprenant les textes du célèbre Psautier de Genève publié par Calvin avec des textes de Clément Marot et Théodore de Bèze), lesdites réjouissances papales dont un Palestrina, et enfin le profane et le sacré dans le milieu huguenot. Les Huelgas nous offrent vraiment un grand tour d’horizon, vocal et instrumental, des deux côtés de la Réforme en cette époque troublée. © SM/Qobuz
HI-RES14,49 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 28 août 2015 | Cypres

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
CD6,49 €

Classique - Paru le 14 juillet 2014 | harmonia mundi

Distinctions Choc de Classica
CD6,49 €

Classique - Paru le 19 janvier 2015 | harmonia mundi

Distinctions Choc de Classica
" En 2002, Erik Van Nevel avait ressuscité 32 Variations (parmi les 125) sur un thème, La Spagna, de Costanzo Festa. Belle découverte d'alors, magnifique de justesse et de beautés sonores." (Classica, mai 2015)
HI-RES14,49 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 1 avril 2020 | Cypres

Hi-Res Livret
Chaque nouvel album de l’Ensemble Huelgas dirigé par Paul van Nevel est attendu comme une gourmandise rare et précieuse grâce à des exécutions extrêmement soignées, dans une intonation chorale quasi parfaite. La découverte d’un répertoire souvent inédit est également la source d’un bonheur aussi intellectuel qu’émouvant. Paul van Nevel continue de nous surprendre avec cette Messe des morts en cinq parties, composée par Simone de Bonefont, tout à fait délectable. L’histoire a retenu très peu d’éléments à propos de Simone de Bonefont (ou Simon de Bonnefond) qui fut chanoine et chantre de la cathédrale de Clermont-Ferrand (capitale historique de l’Auvergne et aujourd’hui chef-lieu du département du Puy-de-Dôme en France). Seuls ont été publiées cette Missa pro mortuis (Paris, 1556) en même temps qu’une anthologie de chansons à quatre voix. L’étonnante richesse de l’écriture polyphonique et l’extraordinaire maîtrise du contrepoint de ce Requiem semblent englober toutes les caractéristiques des techniques franco-flamandes de l’époque et représentent un des points forts du style vocal polyphonique de la Renaissance. La puissance de cette interprétation captée en concert nous offre un instant d’une lumineuse tranquillité. Cette admirable exécution est complétée par quatre compositions de compositeurs franco-flamands que le discret maître de chapelle auvergnat connaissait peut-être. © François Hudry/Qobuz
HI-RES28,99 €
CD24,49 €

Classique - Paru le 28 août 2020 | deutsche harmonia mundi

Hi-Res Livret
Deux heures trente de musique pour couvrir six siècles de musique, c’est le nouveau pari un peu fou de Paul van Nevel et de son Huelgas Ensemble qui ont établi depuis près de cinquante ans un standard très élevé dans l’interprétation de la musique vocale du Moyen Âge et de la Renaissance. La présente « compilation » représente les points forts de six concerts donnés en 2019 lors du propre festival des chanteurs et de leur chef dans le petit village bourguignon de Talant (cela ne s’invente pas !). Située non loin de Dijon, capitale de la Bourgogne historique, l’église romane Notre-Dame offre un cadre unique et une acoustique exceptionnelle pour ce festival prenant place durant la période de Pentecôte. On se baignera avec volupté (le sacré et le profane ne sont-ils pas liés ?) parmi les madrigaux, motets et chansons, comprenant entre autres diverses Lamentations du prophète Jérémie présentées au cours de deux concerts nocturnes. Nicolas Gombert, Cipriano de Rore, Pierre de Manchicourt et Pierre de la Rue font aussi partie des autres grands polyphonistes présentés lors de ces concerts exceptionnels. Ces concerts, d’une stupéfiante beauté, représentent aussi une source de documentation aux multiples facettes sur la grande histoire de l’art polyphonique européen si lié avec l’architecture des époques concernées. © François Hudry/Qobuz
HI-RES21,99 €
CD18,99 €

Classique - Paru le 16 mars 2018 | deutsche harmonia mundi

Hi-Res Livret
Francesca Caccini fut l’une des principales personnalités artistiques à la cour des Médicis au cours de la première moitié du XVIIe siècle. De nos jours encore, il reste inhabituel pour une femme d’être aussi reconnue comme chanteuse professionnelle, compositrice publiée, et professeur de chant. La liberazione di Ruggiero dall’isola d’Alcina était l’objet d’une commande de Marie-Madeleine d’Autriche, qui avait épousé le grand-duc Cosme II de Médicis en 1608 ; il s’agissait de célébrer la visite du prince héritier de Pologne. L’ouvrage ne fut certes donné qu’une seule fois, mais avec un luxe inouï le 3 février 1625, avec en couronnement de spectacle un ballet équestre donné par rien moins que vingt-quatre cavaliers. Comme la majorité des opéras italiens de cette époque, La Liberazione exige de prendre des décisions artistiques délicates, de la part des musiciens d’aujourd’hui. D’une part, l’œuvre comporte deux passages dans lesquels la compositrice exige de la musique… absente de la partition. Les passages manquants ont été complétés par de la musique tirée du Primo libro delle sinfonie e gagliarde de Salomone Rossi, contemporain de Caccini. Une autre décision concerne l’instrumentation. Les documents décrivant la représentation de 1625 comportent nombre de didascalies nous permettant de juger avec une certaine précision de l’effectif disponible – même s’il n’est pas forcément possible de tout suivre à la lettre. Par exemple, on ignore quelques instruments se chargèrent du continuo. Mais au même titre que Caccini attribua une tonalité spécifique à chacun des rôles principaux, l’Ensemble Huelgas a gardé une couleur instrumentale particulière à chaque personnage. Le personne d’Alcina est ainsi accompagné de cordes et virginal, celui de Ruggiero par quatre flûtes à bec, et la ligne de basse doublée d’une lyre de gambe. Neptune se voit allouer un trident de trois trombones, permettant de souligner la force masculine du personnage. La partition de La liberazione di Ruggiero se singularise par de nombreux contrastes entre les récitatifs, très allants et fort diversifiés, et des arias d’une grande qualité mélodique, des passages choraux revigorants sous forme de canzonettas ou encore des madrigaux chantés par des effectifs toujours en mouvement – dames de la cour, démons, arbres enchantés, chevaliers libérés, et dans le madrigal final, toute la petite troupe ; on y trouve aussi des sinfonias, de ritournelles et des intermèdes purement instrumentaux. Enfin, les didascalies de l’époque comportent quelques précisions d’instrumentation, offrant à l’interprète de nos jours la certitude que les récitatifs devaient être réalisés de manière très colorée, richement instrumentée. Quant aux tonalités, elles obéissent à une structure très spécifique, chaque rôle étant pourvu de la sienne propre. Une manière fort moderne de singulariser chacun des personnages. © SM/Qobuz
CD14,49 €

Classique - Paru le 26 mars 2010 | deutsche harmonia mundi

En jouant ainsi sur les deux noms, celui de Praetorius et celui de Bach, pour former l’amusant hapax PraeBachtorius, l’Ensemble Huelgas nous signifie qu’il entend offrir aux auditeurs ébahis les versions que l’un et l’autre ont réalisées d’une trentaine de chorals sacrés luthériens. Dans certains cas, par exemple Ach Gott, vom Himmel sieh darein, on trouve rien moins que trois versions de chacun, écrites pour être insérées dans diverses œuvres – cantates, chorals d’église, passions etc. Naturellement, le fort siècle qui sépare les deux musiciens (rappelons que Praetorius vécut de 1571 à 1621, Bach de 1685 à 1750) implique une sérieuse différence d’écriture et de conception. D’autant que Praetorius reçut de plein fouet les apports mélodiques et harmoniques venus tout droit d’Italie en général, de Venise en particulier avec son écriture polychorale d’une extravagante richesse. Pour Bach, ce seront les chorals luthériens dont on rappellera qu’il en a écrit au moins quatre cent, destinés à des œuvres de plus grande ampleur pour certains, à un usage liturgique tels quels pour d’autres. Pour mémoire, le choral luthérien à la Bach exige qu’il soit écrit à quatre voix mixtes, que le thème original du choral soit confié à la partie de soprano, et que le texte soit distribué de manière homophonique, c’est à dire que tout le monde chante plus ou moins exactement les mêmes paroles en même temps, rythmiquement parlant. Autrement dit, pas d’imitations, pas de lignes verticalement indépendantes etc. Praetorius, lui, n’hésite pas à s’éloigner vers des genres fort différents, allant de la ligne accompagnée du seul continuo jusqu’à la pièce très élaborée. La confrontation, bien sûr, est fascinante. Rappelons ici que les mélodies originales sont reprises de l’immense fonds luthérien, dont certaines sont de Luther lui-même, d’autres de musiciens des quelques décennies suivant la Réforme, mais aucune ni de Bach ni de Praetorius eux-mêmes ; le principe était, justement, de se servir des fonds anciens et bien connus des ouailles. © SM/Qobuz
CD8,49 €

Classique - Paru le 15 avril 2013 | harmonia mundi

HI-RES28,99 €
CD24,49 €

Classique - Paru le 28 août 2020 | deutsche harmonia mundi

Hi-Res
Deux heures trente de musique pour couvrir six siècles de musique, c’est le nouveau pari un peu fou de Paul van Nevel et de son Huelgas Ensemble qui ont établi depuis près de cinquante ans un standard très élevé dans l’interprétation de la musique vocale du Moyen Âge et de la Renaissance. La présente « compilation » représente les points forts de six concerts donnés en 2019 lors du propre festival des chanteurs et de leur chef dans le petit village bourguignon de Talant (cela ne s’invente pas !). Située non loin de Dijon, capitale de la Bourgogne historique, l’église romane Notre-Dame offre un cadre unique et une acoustique exceptionnelle pour ce festival prenant place durant la période de Pentecôte. On se baignera avec volupté (le sacré et le profane ne sont-ils pas liés ?) parmi les madrigaux, motets et chansons, comprenant entre autres diverses Lamentations du prophète Jérémie présentées au cours de deux concerts nocturnes. Nicolas Gombert, Cipriano de Rore, Pierre de Manchicourt et Pierre de la Rue font aussi partie des autres grands polyphonistes présentés lors de ces concerts exceptionnels. Ces concerts, d’une stupéfiante beauté, représentent aussi une source de documentation aux multiples facettes sur la grande histoire de l’art polyphonique européen si lié avec l’architecture des époques concernées. © François Hudry/Qobuz
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Classique - Paru le 16 octobre 2015 | deutsche harmonia mundi

Hi-Res Livret
De Ockeghem (né en 1410) jusqu’à Cabezón (né exactement un siècle plus tard), voici deux bons siècles d’œuvres créées sur le rondeau « Malheur me bat » dont l’origine se perd quelque part dans le fin fond du XVe siècle, mais dont bien des compositeurs se sont bientôt saisis pour l’intégrer dans leur propre travail. Oh, il faut disposer d’une oreille bien entraînée pour déceler la base du rondeau dans certains de ces ouvrages, car c’était l’habitude alors de paraphraser les mélodies connues jusqu’à ce qu’elles en deviennent plus ou moins méconnaissables, ne gardant parfois que quelques mélismes, quelques enchaînements. D’autres gardent la base quasiment intacte, tout en changeant le mode, mais en rajoutant des voix ou des contrepoints cachés, un véritable jeu de piste dont les musiciens d’alors étaient friands… L’Ensemble Huelgas, d’origine belge même si son nom reprend celui d’un célèbre codex espagnol du XIVe siècle, déploie ses délicates voix pour nous faire redécouvrir la richesse de cette fin du Moyen-Âge se métamorphosant en début de la Renaissance. Un "maître-disque" à n'en pas douter. © SM/Qobuz
CD6,49 €

Classique - Paru le 15 mars 2002 | harmonia mundi

"Un des plus grand compositeurs de notre époque", avait écrit Ronsard à propos de Jean Richafort. On ne sait pas grand chose de ce compositeur franco-flamand de la Renaissance, si ce n'est que le Pape Léon X lui a alloué une rente extraordinaire après avoir entendu ses oeuvres à Bologne. Son admirable Requiem a été composé à la mémoire de son maître, le grand Josquin des Prés. Paul van Nevel et son Ensemble Huelgas en donnent une version pleine de sobre et noire grandeur. Un sublime tremplin à toute méditation. FH
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Classique - Paru le 24 mai 2019 | deutsche harmonia mundi

Hi-Res
Sans renfort de percussion tonitruante ni de castagnettes, Paul van Nevel pétri de culture et de bon goût nous donne à entendre la musique que Christophe Colomb pouvait entendre au cours de ses voyages et de sa vie aventureuse. Ce qui nous vaut une sélection rigoureuse d’œuvres a capella, souvent méconnues, de compositeurs italiens et espagnols de la fin du XVe et du début du XVIe siècle. Débutant avec des souvenirs d’enfance de Christophe Colomb (une chanson de carnaval évoquant une blague érotique sur les ramoneurs), l’album prend fin avec des pièces d’Agricola certainement entendues par le navigateur à la fin de son ultime traversée en 1506. Ce voyage musical virtuel part de la Venise du XVe siècle pour arriver à la cour d’Isabelle et de Ferdinand d’Espagne à Madrid, Séville, Cordoue et Valladolid. Programme passionnant bénéficiant de la qualité exceptionnelle des chanteurs de l’Ensemble Huelgas spécialisé dans la polyphonie médiévale et de la Renaissance, fondé en 1971 par Paul van Nevel. © François Hudry/Qobuz
HI-RES14,49 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 10 octobre 2018 | Cypres

Hi-Res
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Classique - Paru le 7 novembre 2014 | deutsche harmonia mundi

Hi-Res Livret
« Prodigieux mystère » en effet que cette histoire du Christ, personnage historique bien réel selon les uns, fils de Dieu selon d’autres, création de toutes pièces par les premiers Chrétiens d’après d’aucuns, et depuis des siècles on s’entretue allègrement à ces sujets. De son côté, la musique, qui adoucit notoirement les mœurs, a chanté la naissance du Christ pour la période de Noël, et depuis qu’existe la notation musicale existent aussi maintes œuvres de la Nativité. Le prodigieux Huelgas Ensemble – ce n’est pas là un mystère prodigieux mais le fruit d’un intense travail musicologique et musical ! – nous propose un éventail de pièces célébrant Noël, en commençant au bas Moyen Âge des années 1350 jusqu’au début de la Renaissance, avec des œuvres soit anonymes, soit signées Jean Mouton. On poursuit avec un large choix de pièces de la Renaissance elle-même, qu’elle soit flamande, française ou espagnole : Sweelinck, Lésbio, Manchicourt, de Weert. A titre quasi-anecdotique, l’Ensemble Huelgas nous offre aussi quelques incursions néo-médiévales, en l’occurrence du côté de l’organiste et musicien d’église britannique Bertram Luard-Selby et, plus singulier encore, de Peter Cornelius, l’auteur de l’opéra comique Le Barbier de Bagdad et d’incroyables quantités de Lieder, mais aussi d’un recueil de chants de Noël, duquel est tiré le présent Trois rois, là aussi écrit dans un style néo-ancien. © SM/Qobuz