Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Gustavo Dudamel



Phénomène dans tous les sens du terme, le chef d’orchestre vénézuélien Gustavo Dudamel, né à Barquisimeto en 1981, se produit sur les scènes internationales dès la petite vingtaine — il faut dire qu’il a été nommé directeur musical de l’Orchestre des jeunes Simón Bolívar à Caracas à l’âge de dix-huit ans, ce qui lui a donné une considérable avance en termes d’expérience et en a fait en même temps une vraie rock-star du classique dans sa patrie.



Tout commence pourtant dans un pays pauvre, le Vénézuéla, où Gustavo Dudamel apprend les premiers rudiments de la musique avec son père tromboniste et sa mère professeur de chant. À six ans, il est capable de déchiffrer la partition de la Cinquième Symphonie de Beethoven et dirige un orchestre imaginaire devant ses parents. On lui met un violon dans les mains à dix ans, grâce au célèbre "El Sistema", un programme dont il a l'extraordinaire chance de pouvoir profiter, fondé vers 1975 avec l’objectif de retirer les enfants des rues en les intégrant dans des orchestres pour les soustraire à la drogue et à la violence qui fleurissent hélas à travers l’Amérique Latine. De la sorte, des centaines de milliers de gamins se retrouvent avec une clarinette plutôt qu’une mitraillette, un violon plutôt qu’un sac de colle à sniffer… très digne entreprise qui a fait des petits à travers le monde. Les dons évidents du jeune artiste — outre la mémoire, une direction enthousiaste, galvanisante et magnétique — l’ont rapidement mené aux plus hautes sphères orchestrales du monde, surtout grâce au grand coup de pouce de Simon Rattle qui le repère en 2003 et le prend comme assistant. Lauréat du Concours de direction d’orchestre « Gustav Mahler » l’année suivante, il est suivi par Claudio Abbado et Daniel Barenboim qui lui prodiguent leurs conseils.



Puis tout s’enchaîne très vite pour le jeune chef. De l’Orchestre Bolívar, il passe à l’Orchestre de Göteborg en Suède à la suite de Neeme Järvi, fait ses débuts à la Scala de Milan avec Don Giovanni avant de prendre à 28 ans la succession de Esa-Pekka Salonen à la tête de l’Orchestre Philharmonique de Los Angeles.



L’expérience qu’il a vécue grâce au programme social El Sistema lui a donné la conviction que l’accès à la beauté peut changer une vie et que l’art, aussi vital que la nutrition et la santé, ne doit pas être vécu comme un simple divertissement mais comme un langage qui touche le cœur. De cet enseignement il a retenu aussi ce que son fondateur, le chef d’orchestre José Abreu, lui a dit un jour : « Les musiciens doivent sentir qu’ils peuvent te faire une confiance aveugle ». De là découle une grande exigence dans la préparation de ses programmes. Quand, par ailleurs, on lui parle de sa gestuelle démonstrative, il répond qu’elle n’est rien d’autre que le reflet sincère de ses émotions en ce qu’elle exprime sa façon à lui de vibrer à la musique et de la faire partager.



© Qobuz 2015


Lire plus

Discographie

18 album(s) • Trié par Meilleures ventes

1 sur 1
1 sur 1

Mes favoris

Cet élément a bien été <span>ajouté / retiré</span> de vos favoris.

Trier et filtrer les albums