Votre panier est vide

Catégories :

Artistes similaires

Les albums

CD33,99 €

Classique - Paru le 6 février 2012 | Warner Classics

Livret Distinctions Diapason d'or
Disparu en 1956, Guido Cantelli avait été adoubé par Toscanini comme son fils spirituel. Ses gravures de studio stupéfient par leur maîtrise technique et la magie des timbres.
CD7,99 €

Musique symphonique - Paru le 17 novembre 2017 | ICA Classics

Distinctions Diapason d'or
« [...] Guido Cantelli disparut tragiquement en 1956 à Orly dans un accident d'avion, alors que lui était offerte la Scala de Milan. Au vieil Arturo Toscanini, qui lui avait ouvert les portes de la carrière états-unienne, on cacha la mort de son protégé. En studio comme en public, tout son legs révèle une maturité qui s'apparente à celle des compositeurs fauchés jeunes, mais qui semblent avoir tout dit. [...] » (Diapason, septembre 2018 / Rémy Louis)
CD7,99 €

Classique - Paru le 4 septembre 2012 | ICA Classics

Livret Distinctions Diapason d'or
Guido Cantelli (1920-1956) figure parmi les chefs les plus talentueux de sa génération. Ces enregistrements live très rares avec le Philharmonia Orchestra proviennent des archives The Music Preserved et n'ont jamais été publiés auparavant. L'enregistrement de La Suite du Martyre de Saint-Sébastien et de La Mer, à Edimbourg le 9 septembre 1954 est largement plus impétueux et captivant que celui du Kingsway Hall réalisé 4 jours plus tard. Un témoignage inestimable sur l'art de ce grand chef trop tôt disparu.
HI-RES8,99 €
CD7,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 1955 | Warner Classics

Hi-Res
HI-RES8,99 €
CD7,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 1957 | Warner Classics

Hi-Res
HI-RES11,49 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 15 mai 2020 | Warner Classics

Hi-Res
HI-RES7,99 €
CD6,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 1954 | Warner Classics

Hi-Res
Les excellentes restaurations de la série d’enregistrements réalisés par Guido Cantelli au début des années 1950, pour His Master’s Voice en Angleterre et RCA Victor à New York, et ici réédités par Warner Classics, viennent remettre les pendules à l’heure pour nous permettre de réévaluer à sa juste valeur le mince legs discographique de ce chef disparu prématurément en début de carrière à l’âge de 36 ans dans un accident d’avion à Paris. Protégé de Toscanini qui l’a introduit aux États Unis pour de mémorables concerts à New York, Cantelli possédait à la fois la flamme et le tempérament de son aîné, augmenté d’une élégance souveraine et d’une grande chaleur d’expression. La grandeur et la fébrilité de la Symphonie n° 4 de Robert Schumann conviennent particulièrement au tempérament bouillonnant de Guido Cantelli qui prend cette symphonie à bras-le-corps, dans un élan romantique comparable aux grandes versions de Furtwängler et de Sawallisch. À l’époque, Cantelli ne pouvait connaître la version originale de cette symphonie, souvent jouée aujourd’hui, et pourtant, sa vision cherche instinctivement à alléger le discours musical, retrouvant ainsi la force vive et l’instrumentation plus légère de la version princeps de 1841. Le plaisir de cette version éloquente et dansante est absolu. © François Hudry/Qobuz
HI-RES8,99 €
CD7,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 1957 | Warner Classics

Hi-Res
C’est un des derniers enregistrements de studio de Guido Cantelli, quelques mois avant l’accident d’avion qui lui a coûté la vie en 1956. Engagé par Walter Legge pour toute une série d’enregistrements pour His Master’s Voice, le jeune chef italien commençait une très brillante carrière à l’instar de ses jeunes collègues Carlo Maria Giulini et Herbert von Karajan qui ont eu la chance de vivre et de diriger jusqu’à un âge avancé. Enregistré à Londres dans les studios d’Abbey Road, ce disque magnifique symbolise triplement la jeunesse et le génie. Mendelssohn a 21 ans lorsqu’il compose sa Symphonie « italienne » et Schubert en a 25 au moment où il laisse les deux premiers mouvements d’une symphonie qui restera à jamais « inachevée ». Elles sont dirigées ici par un jeune chef de 35 ans, dans des versions élégantes, souples et poétiques. Tous les trois seront fauchés par la mort, en pleine jeunesse, entre 31 et 38 ans. Le destin a voulu que ces trois destinées tragiques se retrouvent dans ce disque lumineux où la musique semble aller de soi, avec un mystérieux mélange d’allégresse et de mélancolie. © François Hudry/Qobuz
HI-RES8,99 €
CD7,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 1955 | Warner Classics

Hi-Res
HI-RES8,99 €
CD7,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 1954 | Warner Classics

Hi-Res
Né en 1920 et adoubé par Toscanini qui voyait en lui son successeur, Guido Cantelli aurait pu devenir une des plus grandes figures de la direction d’orchestre au XXe siècle à l’égal d’un Giulini ou d’un Karajan. Un accident d’avion survenu sur le tarmac de l’aéroport d’Orly (Paris) a mis brutalement fin à sa vie à l’âge de 36 ans, laissant le monde musical dans le désarroi. Le jeune chef était beaucoup plus qu’une promesse. Nommé à la direction musicale de la Scala de Milan, il était aussi question de lui confier celle du New York Philharmonic, ce qui aurait changé la carrière du jeune Leonard Bernstein. Il laisse une douzaine d’enregistrements officiels réalisés à Londres pour His Master’s Voice et à New York pour RCA Victor. Ils contiennent des perles comme cette version si enthousiasmante de la Première Symphonie de Brahms enregistrée à Abbey Road en 1954. Solidement charpentée, la conception de Cantelli entraîne les magnifiques instrumentistes du Philharmonia Orchestra sur les cimes. L’expression est ardente, les tempos vifs et nerveux, l’art du chant s’y déploie de bout en bout, laissant de côté la lourdeur et l’excès de solennité qui entachent trop souvent cette symphonie marchant sur les traces beethovéniennes, mais écrite par un homme dans la force de l’âge. © François Hudry/Qobuz
HI-RES8,99 €
CD7,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 1951 | Warner Classics

Hi-Res
HI-RES7,99 €
CD6,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 1956 | Warner Classics

Hi-Res
HI-RES11,49 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 1960 | Warner Classics

Hi-Res
HI-RES8,99 €
CD7,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 1956 | Warner Classics

Hi-Res
HI-RES7,99 €
CD6,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 1999 | Warner Classics

Hi-Res
HI-RES7,99 €
CD6,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 1953 | Warner Classics

Hi-Res
HI-RES11,49 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2012 | Warner Classics

Hi-Res
HI-RES8,99 €
CD7,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 1955 | Warner Classics

Hi-Res
Réalisé le 6 mai 1954 dans le célèbre Studio 8H du Rockefeller Center à New York, c’est l’unique enregistrement stéréophonique de Guido Cantelli, disparu en 1956 lors d’un accident d’avion à Paris à l’âge de 36 ans. À cette date, sa carrière avait déjà pris un essor considérable et le génie interprétatif de Cantelli rivalisait avec celui de Giulini et de Karajan. Comme ses deux collègues, il avait été repéré par Walter Legge, le producteur du label His Master’s Voice, qui lui avait permis d’enregistrer des disques restés légendaires. Dans cet enregistrement, il dirige l’Orchestre symphonique de la NBC, mis à sa disposition par Toscanini qui voyait en Cantelli son digne successeur. La Symphonie en ré mineur de César Franck a toujours été très prisée des chefs d’orchestre du monde entier. Son côté monumental issu de l’orgue symphonique et des influences conjuguées de Brahms et de Saint-Saëns, dont la Symphonie « avec orgue » est exactement contemporaine, produit toujours un effet garanti dès qu’éclate la puissance de son irrésistible crescendo initial jusqu’à son Finale si mélodique. Cantelli en donne une version dramatique et survoltée sans jamais alourdir son orchestration massive. © François Hudry/Qobuz
CD5,49 €

Classique - Paru le 1 janvier 1993 | Warner Classics