Catégories :

Artistes similaires

Les albums

HI-RES17,49 €
CD12,49 €

Ballets - Paru le 17 mars 2017 | harmonia mundi

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - 4F de Télérama - Gramophone Award - Gramophone Editor's Choice - 4 étoiles Classica
« Au plus près de l'œuvre originale et des instruments qui l'ont créée, l'ensemble Les Siècles révèle le ballet de Ravel dans tout sa magie. Nijinski revit. [...] L'ensemble Les Siècles joue par vocation sur instruments d'épo­que, et son directeur musical, François-Xavier Roth, en digne remplaçant de Pierre Monteux (le chef char­gé de la création), a veillé, comme pour son disque Stravinski (Le Sacre du printemps, Petrouchka) enregistré chez Actes Sud, à ce que la facture des cordes et des vents soit la plus proche possible des instruments de la création, tout en revenant aux sources pour chasser les erreurs d'une partition imprimée trop vite. Le résultat ? Un enchantement. La « symphonie chorégraphique en trois parties » voulue par Ravel fait ici valoir le chatoiement de ses timbres, la beauté et la variété de ses nuances, la précision et la vivacité de ses couleurs. [...] (Télérama, avril 2017 / Sophie Bourdais)
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Symphonies - Paru le 10 mai 2019 | harmonia mundi

Hi-Res Livret Distinctions 4F de Télérama - Diapason d'or / Arte - 5 Sterne Fono Forum Klassik
Retour aux sources. Les Siècles ont travaillé sur les manuscrits de Budapest, Hambourg et Weimar, en étroite collaboration avec les Éditions Universal, la musicologue Anna Stoll Knecht et Benjamin Garzia, pour nous offrir, sur les instruments de la création de l’œuvre et de manière inédite, la seconde version (Hambourg/Weimar 1893-94) de la Première Symphonie de Mahler. Présenté comme un poème symphonique en deux parties et cinq mouvements, cette Titan ne cessera d’essuyer de sévères critiques au fil de ses évolutions. Cette reconstitution passionnante à bien des égards témoigne du génie de l’un des plus grands symphonistes de l’époque moderne ! © harmonia mundi« L'éveil aux sens et à la nature, remis au cœur de la symphonie par François-Xavier Roth et les coloristes des Siècles, fera se soulever de leur siège les mahlériens les plus blasés. » (Diapason, juin 2019)
CD11,49 €

Musique symphonique - Paru le 23 septembre 2016 | Musicales Actes Sud

Distinctions 5 de Diapason - 4F de Télérama - 5 Sterne Fono Forum Klassik
C’est autour du Concerto de chambre (« Kammerkonzert ») de 1970 qu’est construit cet album ; à moins que ce ne soit un enregistrement d’œuvres pour quintette à vents de Ligeti – les Six Bagatelles de 1953 puis les Dix pièces pour quintette à vent de 1968 – avec, au milieu, le Concerto de chambre. Quoi qu’il en soit ledit concerto, conçu pour flûte, clarinette, cor, trombone, clavecin (prenant aussi l’orgue Hammond), piano (prenant aussi le célesta) et quintette à cordes solo, est lui aussi un ouvrage de musique de chambre, quand bien même étendu à onze musiciens, dans lequel chacun tient un rôle soliste. On y retrouve le Ligeti par moments le plus lyrique, alternant avec l’expression la plus « mécanique », en particulier dans le troisième mouvement où chacun joue, mordicus, dans son rythme et son tempo personnel, comme autant d’horloges confinées dans un seul lieu mais tic-tacant obstinément chacune dans son coin. Quant aux deux cycles pour quintette à vents, ils présentent le compositeur dans sa veine intimiste, exploratoire, de vrais grands moments qui ont largement enrichi le répertoire pour quintette à vents contemporain. © SM/Qobuz
HI-RES17,49 €
CD12,49 €

Musique symphonique - Paru le 18 janvier 2019 | harmonia mundi

Hi-Res Livret Distinctions 4F de Télérama - Choc de Classica
De nouvelles formes pour une nouvelle esthétique, c’est tout l’enjeu des deux œuvres proposées ici. Dans Les Nuits d’été, Berlioz invente, bien avant Mahler ou Ravel, la mélodie avec orchestre, dans l’autre, il expérimente le genre du poème symphonique pour grand orchestre avec soliste. Deux interprétations sur instruments anciens que proposent Les Siècles, Tabea Zimmermann et François-Xavier Roth avec le choix, plus rare, du timbre masculin de Stéphane Degout dans les mélodies. Rien de commun. © harmonia mundi