Votre panier est vide

Catégories :

Artistes similaires

Les albums

A partir de :
HI-RES13,49 €
CD8,99 €

Classique - Paru le 10 novembre 2017 | Evidence

Hi-Res Livret
En s’associant en un duo violon et piano, Fanny Robilliard et Paloma Kouider sont parvenues à exprimer une cohérence parfaite de leurs deux personnalités, en parallèle de leurs parcours de chambristes au sein du Trio Karénine. Conçu avec un goût subtil teinté d’originalité, leur premier album paru en 2017 présente les sonates phares de Debussy et Ravel venant éclairer, et non écraser, des œuvres formant comme un contrepoint aux chefs-d’œuvre de ces deux géants de la musique française du début du XXe siècle. Composée par un Debussy malade et diminué, qui affirmait alors en pleine Première Guerre mondiale sa francité, la Sonate pour violon et piano rend hommage au XVIIIe siècle par son côté fantasque et rêveur, à travers un langage d’une intense modernité, qui n’a rien à voir avec la parodie ou le pastiche. Lassé de l’étiquette classique qu’on lui accolait, Ravel compose sa Sonate pour violon et piano (n° 2) dans les années 1920 sous l’influence du jazz qu’il avait découvert à New York en compagnie de George Gershwin. Épris de culture classique, Karol Szymanowski conçoit à la même époque ses trois poèmes Mythes, sorte de sonate déguisée, et inspirés par l’impressionnisme ambiant. D’une tout autre facture, le Nocturne de Reynaldo Hahn sert habilement de joint entre l’évocation d’une Antiquité rêvée et la modernité « américaine ». © François Hudry/Qobuz
A partir de :
HI-RES13,49 €
CD8,99 €

Musique de chambre - Paru le 6 mars 2020 | Evidence

Hi-Res Livret
La violoniste Fanny Robilliard et la pianiste Paloma Kouider composent un duo dont le charme parcourt la pochette qui montre les deux musiciennes se poursuivre à travers les fougères. Cette vision, qui pourrait paraître anecdotique, se retrouve dès le début de leur dernier album avec le « Mit leidenschaflichem Ausdruck » (« Avec une expression passionnée ») traversant tout le mouvement initial de la Première Sonate pour violon et piano de Robert Schumann, créée par Ferdinand David et Clara au piano, lors d’une solennelle « Semaine Schumann » à Leipzig en 1852. Cet album lumineux est entièrement conçu et dédié à l’amour et l’amitié qui soudait le couple Schumann et le jeune Brahms, avec la présence d’Albert Dietrich, le troisième larron systématiquement oublié de la célèbre Sonate F-A-E offerte à Joseph Joachim sous l’égide de sa devise « Frei aber einsam » (Libre mais seul). Lors de sa création, avec à nouveau Clara au piano, Joachim dut deviner l’auteur de chaque mouvement, ce qu’il fit sans aucune hésitation. Comme on le sait, Clara était omniprésente au cœur de ces croisements amicaux. Il n’était donc que justice de la retrouver au centre de cette publication avec ses trois splendides Romances pour violon et piano, Op. 22, dont les mouvements sont répartis entre les œuvres de ses quatre admirateurs, qui incluent aussi le bienveillant Joseph Joachim dont le souvenir rayonne évidemment dans toutes les œuvres de ce très bel enregistrement. © François Hudry/Qobuz