Artistes similaires

Les albums

14,99 €
9,99 €

Oratorios sacrés - Paru le 6 mai 2016 | Arcana

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - 4 étoiles de Classica
Edith de Wilton (961–984) était l’une des filles du roi Edgar le Pacifique ; selon la légende, elle se vit offrir la couronne d’Angleterre qu’elle refusa (en 978, après l’assassinat de son demi-frère Edouard le Martyr) pour rester religieuse : le sceptre ira entre les mains de Æthelred le Malavisé puis Edmond Côte-de-Fer. Vraie ou pas, la légende d’Edith intéressa suffisamment un commanditaire inconnu, vers 1675, pour qu’il demandât à Stradella d’en faire un oratorio, Santa Editta, dont voici l’enregistrement intégral. Une seule et unique copie manuscrite nous est parvenue de ce chef-d’œuvre, établie peu après l’assassinat de Stradella, pour une exécution en 1684 : on y trouve des arias solo brillantissimes d’invention mélodique, mais aussi des duos et des trios d’une magnifique facture contrapuntique, preuve que si la mélodie devenait alors rapidement l’élément primordial de la musique italienne, l’art de l’écriture complexe ne s’était pas perdu pour autant. La part du lion de l’ouvrage échoit à Verónica Cangemi qui se charge du rôle-titre, mais il faut quand même un beau plateau de six voix pour maîtriser cet ouvrage d’une intense richesse. Accompagnements assurés aux cordes graves, luth, théorbe, harpe ou clavecin. Ne manquez pas ce sommet de l’art vocal italien flamboyant baroque. © SM/Qobuz
14,99 €
9,99 €

Classique - Paru le 8 septembre 2015 | Arcana

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
La vie dissolue – doux euphémisme – d’Alessandro Stradella (1639 – 1682) a donné naissance à deux opéras de l’époque romantique, l’un de Abraham Louis Niedermeyer, l’autre de Friedrich von Flotow, c’est dire que le bonhomme donnait de quoi moudre aux amateurs de sensations fortes. Et pourtant, malgré ses innombrables maîtresses, et les innombrables maris cocus – l’un réussit presque à le faire assassiner par des sbires, l’autre y réussit parfaitement -, Stradella nous a légué moult œuvres sacrées d’une profonde religiosité, serait-ce une sorte de pénitence ?… Mais l’auditeur, lui, ne sera pas en pénitence s’il choisit d’écouter l’oratorio San Giovanni Crisostomo, écrit aux alentours de 1680 ; l’ouvrage fait appel à cinq voix, pour une dizaine de personnages dont naturellement saint Jean Chrysostome (patriarche de Constantinople, on est plus ou moins dans une vérité historique) et l’impératrice Eudoxie. Si, initialement, l’impératrice soutient le patriarche, elle prend rapidement la grosse tête – luxe et luxure à foison – et finit par s’attirer les foudres du Saint, qu’elle finit par exiler au fin fond de l’Arménie. Stradella voulait-il faire amende honorable en dénonçant la perfide Eudoxie et en louant la vertu du prélat ? Toujours est-il que cet enregistrement présente l’ouvrage avec une forte vivacité théâtrale, accompagnant les voix (uniquement sous-tendues d’une basse continue dans l’œuvre) d’un luxe de sonorités différentes : violes de gambe, violoncelle, archiluth, théorbe, harpe, clavecin et orgue s’alternent, se complètent, se répondent – un véritable feu d’artifice. © SM/Qobuz
14,99 €
9,99 €

Cantates (profanes) - Paru le 5 novembre 2013 | Arcana

Hi-Res Livret Distinctions Hi-Res Audio
9,99 €

Classique - Paru le 28 août 2012 | Alpha

Livret
La Nueva España est le vice-royaume espagnol qui de 1535 à 1821 s’étendait de l’Arizona, la Californie, le Colorado, le Nevada, le Nouveau Mexique et l’Utah (États Unis) jusqu’au Costa Rica en Amérique Centrale, avec pour capitale Mexico. La Nouvelle Espagne non seulement administrait les territoires compris dans ces limites mais aussi l’archipel des Philippines en Asie et différentes îles mineures en Océanie comme Guam. L’Ensemble Mare Nostrum (sous la direction d’Andrea De Carlo), et Nora Tabbush (digne héritière de Montserrat Figueras) exhument les trésors des chansonniers espagnols. Leur approche mêle instruments anciens (viole de gambe, cornet, etc…) et traditionnels, pour restituer les couleurs des chants et danses qui rythmaient la vie de cette Nouvelle Espagne…