Artistes similaires

Les albums

9,99 €

Musique vocale (profane et sacrée) - Paru le 6 avril 2018 | Sterling

Livret Distinctions 5 de Diapason
« [...] Apprécié de ses concitoyens en Suisse romande, à peu près ignoré des nations alentour, Emile Jaques-Dalcroze pourrait être l'équivalent de notre Déodat de Séverac [...] l'intense Tragédie d'amour (1906) est un monodrame en sept mouvements qu'on situerait entre la Symphonie lyrique de Zemlinsky, les Gurrelieder de Schönberg, le Poème de l'amour et de la mer de Chausson et Louise de Charpentier, avec cette aisance à fédérer l'hétérogène qui fait penser à Elgar. Rien d'excessivement personnel mais une partition captivante de bout en bout. [...] Vivante et colorée sous la direction d'Adriano, l'interprétation rend justice à cette première discographique. [...] Elena Moşuc, habitée par son personnage, en révèle toutes les facettes. [...] La pièce la plus inspirée, Farfadets, le doit à son sujet, prétexte à des facéties instrumentales délectables. C'est une perle.[...] » (Diapason, septembre 2018 / Gérard Condé)
19,99 €

Opéra - Paru le 23 mars 2018 | CPO

Livret
Cette Hirondelle (La Rondine) est sans aucun doute l’opéra le plus méconnu de Puccini à cause d’un malentendu de départ : commandé en 1912 par un théâtre viennois, on a trop vite cru que Puccini voulait écrire une opérette, s’écartant ainsi de ses canons habituels. Pourtant, à y regarder de plus près et même si les rythmes ternaires abondent, il n’en est rien. Son langage est bien celui que l’on connaissait, dans cette action légère qui se passe sous le Second Empire à Paris et sur la Côte d’Azur. La Première Guerre mondiale s’éternisant, c’est en territoire neutre, à Monte-Carlo que l’œuvre fut finalement créée en 1917. Saluée avec succès, l’œuvre de Puccini tomba pourtant rapidement dans l’oubli et fut enterrée par le retentissement de ses deux opéras suivants, Il Trittico (Il Tabarro, Suor Angelica, Gianni Schicchi) et Turandot, ce dernier laissé inachevé par le compositeur. Enregistré en 2015 lors d’une version de concert donnée au Prinzregentheater par la Radio de Munich, ce nouvel enregistrement, dans une excellente prise de son, est dominé par la Magda inquiète et blessée de la soprano roumaine Elena Mosuc, dont le nom est inséparable de l’Opéra de Zurich où elle a été longtemps en troupe. Nommé « Femme de l’année » en Roumanie, elle chante dans de nombreux festivals et sur les grandes scènes internationales. Distribution totalement non italienne, mais d’un bel équilibre, c’est une alternative bienvenue à la version Gheorghiu-Alagna-Pappano (Warner) que l’on croyait pourtant indétrônable : le deuxième acte est ici particulièrement réussi. © François Hudry/Qobuz
14,99 €
9,99 €

Opéra - Paru le 15 juin 2018 | Solo Musica

Hi-Res Livret
Certes, on peut ne pas trop aimer ces albums-carte-de-visite dans lesquels de jeunes solistes font leur shopping dans le répertoire pour en donner nombre de grands tubes, généralement éculés au possible. Mais la soprano roumaine Elena Moşuc a eu le flair : son choix d’héroïnes de Verdi propose, il est vrai, quelques incontournables (Traviata, Trouvère), mais on l’entend surtout dans des raretés d’Attila, d’Aroldo, de I due Foscari, des Vêpres siciliennes, des ouvrages dont tout le monde connaît bien sûr l’existence, mais quelle scène les produit avec une raisonnable régularité ? Elena Moşuc a largement consolidé sa carrière à l’Opéra de Zurich où elle incarna bon nombre des grandes héroïnes que sont La Reine de la Nuit, Gilda, Violetta, Lucia, Mimì, Marguerite, Donna Anna, Konstanze, Zerbinetta, Norma, Nedda, Lucrezia Borgia, Anna Bolena, Maria Stuarda ou encore Desdemona – un net penchant donc pour les personnages de l’opéra italien. © SM/Qobuz
14,49 €

Classique - Paru le 15 novembre 2013 | Sony Classical

14,49 €

Classique - Paru le 31 décembre 1999 | ARTE NOVA Classics

14,99 €
9,99 €

Classique - Paru le 4 novembre 2016 | Solo Musica

Hi-Res Livret
14,49 €

Classique - Paru le 17 juin 2002 | ARTE NOVA Classics