Votre panier est vide

Catégories :

Artistes similaires

Les albums

A partir de :
CD13,99 €

Hip-Hop/Rap - Paru le 1 janvier 1999 | Aftermath

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Le premier opus d'Eminem aura notamment eu pour effet de relancer la réputation de producteur de Dr Dre, générant une énorme attente pour le second opus solo de ce dernier, 2001. Sur ce successeur au classique West Coast que constitue The Chronic, tremplin de la carrière d'un certain Snoop Dogg, Dre repousse ses propres limites, s'ouvrant de nouveaux horizons avec l'utilisation de sources musicales plus variées. Côté vocal, c'est le trio Dre, Snoop et Eminem qui domine largement un album porté par les singles imparables que sont "Still Dre", "Forgot About Dre" ou "The Next Episode". © TiVo
A partir de :
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Hip-Hop/Rap - Paru le 21 août 2015 | Dr. Dre LP3 PS

Hi-Res Distinctions Pitchfork: Best New Music
C’est davantage le businessman que le musicien qui fait finalement parler de lui depuis pas mal d’années. Pourtant, Dr. Dre reste comme un des membres fondateurs de N.W.A et l’auteur de deux albums majeurs de l’histoire du rap : The Chronic en 1992 et 2001 en 1999. Seize années après ce dernier, le Doc se décide à publier son troisième opus. Titillé par le biopic consacré à ses défunts N.W.A, il a mis en boite ce Compton - A Soundtrack By Dr. Dre sur lequel les invités de marque se bousculent au portillon : Kendrick Lamar, Snoop Dogg, Eminem, Ice Cube, DJ Premier, Jill Scott, The Game… Premier constat, le G-funk d’antan, indissociable de son nom, a disparu. Dre propose ici des sons plus contemporains, histoire sans doute de ne pas s’aliéner les fans de rap en culottes courtes… Il montre aussi que son oreille comme ses doigts de fée de producteur sont tout sauf encrassés par les années qui défilent. Même son flow hypnotise toujours autant. On slalome donc dans ce Compton – A Soundtrack By Dr. Dre d’une grande diversité avec un plaisir non dissimulé. Pas sûr pour autant que Dre ait ici signé un disque aussi magistral, essentiel et révolutionnaire que The Chronic. N’empêche, cette cuvée 2015 reste bien au-dessus de la production actuelle… © MD/Qobuz
A partir de :
HI-RES14,99 €
CD12,39 €

Hip-Hop/Rap - Paru le 15 décembre 1992 | Death Row Records

Hi-Res
The Chronic, qui a fait son entrée au printemps 2020 dans les archives de la bibliothèque du Congrès de Washington, est un véritable classique du genre, avec un avant et un après. À peine émancipé du groupe N.W.A., brouillé avec son meilleur ennemi Eazy-E, Dr. Dre fonde Death Row Records avec le controversé Suge Knight. Il ne manque plus qu’un premier album pour lancer la future écurie du rap West Coast. Dre patine mais l’écoute d’une démo de Snoop Dogg, alors inconnu au bataillon et qu'il décrit d'emblée comme "un diamant brut à polir", le décide illico à rameuter le jeune dealer de Long Beach dans sa maison vide de Calabasas. Là-bas, en sous-sol, avec Nate Dogg et Warren G, Dre et Snoop vont élaborer 16 pistes associant gangsta rap des Niggas With Attitude et maîtres funk des 70's. Et lancer le G-funk, en somme.Les samples pleuvent : Adolescent Funk de Funkadelic, Let’s Get Small de Trouble Funk et The Bridge de MC Shan sur la seule clôture Bitches Ain’t Shit avec Dat Nigga Daz et Kurupt. Ou Funky Drummer de James Brown, Mothership Connection et Swing Down, Sweet Chariot de Parliament, Kissing My Love de Bill Withers sur le fameux Let Me Ride.  Et même Led Zeppelin (When the Levee Breaks sur Lyrical Gangbang) y passe. Avec eux, l’association du flow laid back d’un Snoop nonchalant, à contre-courant du rap game, de synthés et basses aux tempos bien ralentis, et des paroles crues oscillant entre scènes de gangs creuses et sexe cru donne un Chronic à contre-pied, décalé et démesuré, qui va définir le son californien de la décennie 90.Les gangs n’ont jamais paru aussi déglingués. Leurs soirées, aussi. A l’instar de la release party du disque au strip club de Century City entre gâteaux émaillés de feuilles de marijuana gelées et stars du X. Mais Dre passe tout de même quelques messages. A Eazy-E, dans le diss passé culte Fuck It Wit Dre Day (« The hood you threw up with, niggaz you grew up with, don’t even respect your ass ») et Bitches Ain’t Shit («Bitch can’t hang with the street»). Ou lorsqu’il évoque dans Niggaz Took Over le passage à tabac de Rodney King qui provoquera six jours d’émeutes et une cinquantaine de morts dans la Cité des Anges en avril 1992, quelques mois avant la sortie de The Chronic. Dans son sillon et toujours chez Death Row qui lancera un paquet de carrières, Snoop Dogg sortira un an plus tard en solitaire son Doggystyle, autre bijou du G-funk. © Charlotte Saintoin/Qobuz
A partir de :
CD14,99 €

Hip-Hop/Rap - Paru le 1 janvier 2008 | Universal Music Mexico

Le premier opus d'Eminem aura notamment eu pour effet de relancer la réputation de producteur de Dr Dre, générant une énorme attente pour le second opus solo de ce dernier, 2001. Sur ce successeur au classique West Coast que constitue The Chronic, tremplin de la carrière d'un certain Snoop Dogg, Dre repousse ses propres limites, s'ouvrant de nouveaux horizons avec l'utilisation de sources musicales plus variées. Côté vocal, c'est le trio Dre, Snoop et Eminem qui domine largement un album porté par les singles imparables que sont "Still Dre", "Forgot About Dre" ou "The Next Episode". © TiVo
A partir de :
HI-RES14,99 €
CD12,39 €

Hip-Hop/Rap - Paru le 15 décembre 1992 | Death Row Records

Hi-Res
The Chronic, qui a fait son entrée au printemps 2020 dans les archives de la bibliothèque du Congrès de Washington, est un véritable classique du genre, avec un avant et un après. À peine émancipé du groupe N.W.A., brouillé avec son meilleur ennemi Eazy-E, Dr. Dre fonde Death Row Records avec le controversé Suge Knight. Il ne manque plus qu’un premier album pour lancer la future écurie du rap West Coast. Dre patine mais l’écoute d’une démo de Snoop Dogg, alors inconnu au bataillon et qu'il décrit d'emblée comme "un diamant brut à polir", le décide illico à rameuter le jeune dealer de Long Beach dans sa maison vide de Calabasas. Là-bas, en sous-sol, avec Nate Dogg et Warren G, Dre et Snoop vont élaborer 16 pistes associant gangsta rap des Niggas With Attitude et maîtres funk des 70's. Et lancer le G-funk, en somme.Les samples pleuvent : Adolescent Funk de Funkadelic, Let’s Get Small de Trouble Funk et The Bridge de MC Shan sur la seule clôture Bitches Ain’t Shit avec Dat Nigga Daz et Kurupt. Ou Funky Drummer de James Brown, Mothership Connection et Swing Down, Sweet Chariot de Parliament, Kissing My Love de Bill Withers sur le fameux Let Me Ride.  Et même Led Zeppelin (When the Levee Breaks sur Lyrical Gangbang) y passe. Avec eux, l’association du flow laid back d’un Snoop nonchalant, à contre-courant du rap game, de synthés et basses aux tempos bien ralentis, et des paroles crues oscillant entre scènes de gangs creuses et sexe cru donne un Chronic à contre-pied, décalé et démesuré, qui va définir le son californien de la décennie 90.Les gangs n’ont jamais paru aussi déglingués. Leurs soirées, aussi. A l’instar de la release party du disque au strip club de Century City entre gâteaux émaillés de feuilles de marijuana gelées et stars du X. Mais Dre passe tout de même quelques messages. A Eazy-E, dans le diss passé culte Fuck It Wit Dre Day (« The hood you threw up with, niggaz you grew up with, don’t even respect your ass ») et Bitches Ain’t Shit («Bitch can’t hang with the street»). Ou lorsqu’il évoque dans Niggaz Took Over le passage à tabac de Rodney King qui provoquera six jours d’émeutes et une cinquantaine de morts dans la Cité des Anges en avril 1992, quelques mois avant la sortie de The Chronic. Dans son sillon et toujours chez Death Row qui lancera un paquet de carrières, Snoop Dogg sortira un an plus tard en solitaire son Doggystyle, autre bijou du G-funk. © Charlotte Saintoin/Qobuz
A partir de :
CD13,99 €

Hip-Hop/Rap - Paru le 1 janvier 1999 | Aftermath

A partir de :
CD1,99 €

Hip-Hop/Rap - Paru le 1 février 2011 | Aftermath

A partir de :
CD17,99 €

Hip-Hop/Rap - Paru le 21 août 2015 | Dr. Dre LP3 PS

Pendant une quinzaine d'années, le successeur tant attendu de The Chronic 2001 devait voir le jour sous le titre The Detox, et aura constitué l'un des serpents de mer les plus insaisissables du business musical avec le Chinese Democracy des Guns 'N' Roses. Au final, c'est sous le titre de Compton: A Soundtrack by Dr. Dre accompagnant la sortie d'un biopic sur N.W.A. qu'apparaît le nouvel effort du célébrissime producteur californien. Musicalement, ce dernier n'a rien perdu de sa faculté à flairer l'air du temps mais ne fait pourtant aucune concession et sait encore ménager ses effets, même si les fans de la prmière heure se tourneront sans doute en premier sur les titres avec Snoop Dogg (le très funky "Satisfiction") ou Kendrick Lamar. © TiVo
A partir de :
CD4,99 €

Hip-Hop/Rap - Paru le 1 janvier 1995 | Priority Records

A partir de :
CD1,99 €

Hip-Hop/Rap - Paru le 1 janvier 2010 | Aftermath

A partir de :
HI-RES19,49 €
CD13,99 €

Hip-Hop/Rap - Paru le 21 août 2015 | Dr. Dre LP3 PS

Hi-Res
Non content d'avoir révolutionné l'histoire du rap en groupe avec N.W.A., à travers l'intemporel Straight Outta Compton de 1988, Dr. Dre a accompli la performance de réussir en solo avec les albums The Chronic (1992) et 2001 (1999), et de découvrir, accompagner ou produire la crème des noms qui comptent (Snoop Dogg, 2Pac, Warren G, Eminem, 50 Cent, etc.). Seize ans après sa dernière apparition notable, l'as de la Côté Ouest revient sur le lieu du crime, à Compton, quartier à haute tension de Los Angeles qui semble hanter le fondateur de Beats Electronics jusque dans sa villa dorée de milliardaire (en outre le premier du rap, annonce-t-il fièrement).Il n'y a pas que les vieux démons qui refont surface sur cette « bande originale » paraissant opportunément, quand le documentaire de F. Gary Gray Straight Outta Compton, diffusé au même moment en salles, bat à plates coutures les blockbusters de l'été 2015. Exit le serpent de mer The Detox et rebonjour aux témoins de son épopée qui peuplent ce quatrième album inspiré du biopic de sa propre légende. Vétérans ou fraîches recrues, ils ne sont pas moins de quinze à avoir répondu à l'appel du « Docteur ».Dernière révélation d'importance en date, Kendrick Lamar, qui a aussi réveillé le fantôme de Public Enemy, apparaît par trois fois dans cet opus éclectique, notamment sur le rap funk plus que jamais agressif de « Genocide », où il est accompagné par Marsha Ambrosius et Candice Pillay, des soul sisters également à l'oeuvre avec Eminem sur « Medicine Man ». Partenaire inévitable d'un opus à l'autre, Snoop Dogg retrouve de sa superbe sur « One Shot One Kill », avec Jon Connor, et « Satisfaction », avec King Mez. Le même Jon Connor s'offre un duo avec Jill Scott (« For the Love of Money »), tandis que King Mez brille au côté d'un autre nom à suivre, celui de Justus, sur « Talk About It ». Ce dernier, qui donne la réplique à BJ the Chicago Kid dans « It's All on Me », se mesure à Kendrick Lamar sur « Deep Water ». Deux autres revenants devisent sur les rythmiques souples et les refrains chaloupés du maître d'oeuvre : Xzibit, dans « Loose Cannons », et surtout Ice Cube sur « Issues », en affaire avec Anderson .Paak, que l'on retrouve dans « All in a Day's Work » et « Animals ». Semblant dans l'ombre mais en fait partout à la fois, Dr. Dre dirige ce beau monde avec poigne et talent. Son style, si reconnaissable, parcourt d'un bout à l'autre ce digne successeur des chefs d'oeuvre précités. S'il fait le constat que rien n'a évolué depuis ses débuts et que les violences policières sont toujours d'actualité (cf. « Talking to My Diary »), son rap fluide, habilement arrangé, demeure inimitable, inégalable. © ©Copyright Music Story Loïc Picaud 2016
A partir de :
CD17,99 €

Hip-Hop/Rap - Paru le 21 août 2015 | Dr. Dre LP3 PS

Pendant une quinzaine d'années, le successeur tant attendu de The Chronic 2001 devait voir le jour sous le titre The Detox, et aura constitué l'un des serpents de mer les plus insaisissables du business musical avec le Chinese Democracy des Guns 'N' Roses. Au final, c'est sous le titre de Compton: A Soundtrack by Dr. Dre accompagnant la sortie d'un biopic sur N.W.A. qu'apparaît le nouvel effort du célébrissime producteur californien. Musicalement, ce dernier n'a rien perdu de sa faculté à flairer l'air du temps mais ne fait pourtant aucune concession et sait encore ménager ses effets, même si les fans de la prmière heure se tourneront sans doute en premier sur les titres avec Snoop Dogg (le très funky "Satisfiction") ou Kendrick Lamar. © TiVo
A partir de :
CD1,99 €

Hip-Hop/Rap - Paru le 1 janvier 2010 | Aftermath

L'interprète

Dr. Dre dans le magazine