Votre panier est vide

Catégories :

Artistes similaires

Les albums

A partir de :
CD14,99 €

Classique - Paru le 3 juillet 2020 | CPO

Livret Distinctions Diapason d'or
Les trois symphonies de Max Bruch avaient été révélées à la fin des années 1980 par un bel enregistrement de Kurt Masur réalisé à Leipzig, puis au début de la décennie suivante par celui de James Colon avec le Gürzenich de Cologne. La musique germanique de cette époque là étant particulièrement riche, entre Mendelssohn, Schumann, Brahms, puis Bruckner et Mahler, on en a oublié des compositeurs de valeur comme Max Bruch et quelques autres. Résistant à l’évolution musicale de son temps, Bruch est resté un compositeur conservateur rejetant la modernité de Liszt, Wagner, Bruckner et Mahler qu’il avait pourtant côtoyée au cours de ses quatre-vingt-deux ans d’existence. Ami proche de Brahms, il avait finement analysé la situation en prédisant la gloire future de ce dernier alors que la sienne ne tiendrait qu’à la réputation de son Concerto pour violon en sol mineur. Sans atteindre le génie de ses grands contemporains, les trois symphonies de Bruch méritent cependant toute notre attention grâce à leur romantisme mélancolique, une orchestration habile et puissante, une architecture qui se complexifie dès la Symphonie n° 2 et des audaces stylistiques qui culmineront dans la Symphonie n° 3 qui reprend le schéma traditionnel en quatre mouvements débouchant sur un finale particulièrement joyeux. Parallèlement à son intégrale des symphonies de Beethoven avec l’Orchestre Symphonique de Malmö pour Ondine, l’encore jeune chef d’orchestre américain Robert Trevino se penche à son tour sur ce répertoire, à la tête de l’Orchestre Symphonique de Bamberg, orchestre bien connu des discophiles du monde entier. © François Hudry/Qobuz
A partir de :
CD9,99 €

Classique - Paru le 5 juin 2020 | CPO

Livret Distinctions Diapason d'or
C’est une véritable aubaine de pouvoir découvrir le ballet Narcisse et Echo de Nikolaï Tcherepnin un compositeur bien oublié aujourd’hui. Il fait pourtant partie des jeunes Russes, tels Rachmaninov, Glazounov, Medtner ou Taneïev, qui ont succédé à leurs grands aînés du Groupe des Cinq et Tchaïkovski. Il héritera une exceptionnelle science orchestrale de son professeur Rimski-Korsakov, avant d’enseigner lui-même au conservatoire de Saint-Pétersbourg où il aura Sergueï Prokofiev comme élève. Nommé chef d’orchestre au théâtre Mariinsky avant la révolution d’Octobre, Nikolaï Tcherepnin dirigera la saison inaugurale des Ballets russes à Paris en 1909. C’est d’ailleurs pour Serge de Diaghilev qu’il compose son ballet Narcisse et Echo, créé à la hâte en 1911 à la place de Daphnis et Chloé, dont Ravel n’avait pas terminé la composition à temps. Dansé par Nijinsky dans une chorégraphie de Fokine et les décors de Bakst prévus pour Daphnis, l’œuvre a paru ennuyeuse au public parisien. Jugement injuste à l’écoute de cette partition étincelante qui mériterait bien mieux que l’oubli dans lequel elle est tombée. Danse générale, Bacchanale dans une Grèce rêvée, nous voilà pourtant dans le même univers que celui de Ravel, paré d’une orchestration colorée et magique, et dont l’emploi d’un chœur vient encore renforcer de manière assez troublante sa proximité avec le futur ballet de Ravel. C’est peut-être un certain statisme qui a dérouté le public d’alors, habitué aux rythmes échevelés de Borodine, Rimski-Korsakov et du jeune Stravinski. Le bel enregistrement de Łukasz Borowicz vient opportunément rappeler la musique de ce grand compositeur russe établi à Paris où il mourut en 1945, laissant un grand nombre de compositions pour la scène (opéras et ballets), de la musique symphonique, de la musique de chambre, des œuvres vocales et pour le piano. © François Hudry/Qobuz
A partir de :
CD14,99 €

Classique - Paru le 6 janvier 2017 | Tudor

Distinctions 5 Sterne Fono Forum Klassik
A partir de :
CD9,99 €

Classique - Paru le 20 juin 2016 | CPO

Distinctions 5 Sterne Fono Forum Klassik
A partir de :
CD9,99 €

Classique - Paru le 23 juin 2017 | CPO

Livret Distinctions 5 Sterne Fono Forum Klassik
A partir de :
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 22 janvier 2021 | Accentus Music

Hi-Res Livret
Certains orchestres plus que d’autres dévoilent avec une acuité naturelle l’imaginaire sonore et poétique d’un compositeur. Pour Mahler, l’Orchestre Symphonique de Bamberg semble l’instrument idéal. Quelque chose de très profond dans les textures de cet orchestre le distingue invariablement, à tel point que l’espace acoustique parait toujours plus large que ne le laisse envisager notre ressenti du moment ; le son prend le temps de vivre, dans l’instant comme dans son prolongement. La matière intrinsèque de cet orchestre éloigne immédiatement l’univers de Mahler d’un post-romantisme qui l’affadit, comme elle ne le plonge pas dans une modernité excessive. On n’est ni chez Klemperer, ni chez Bernstein, ni chez Boulez. On est dans un monde tout à fait singulier, où la rhétorique se nourrit réellement d’une liberté accordée à chaque timbre, et naturellement du mariage de leurs particularités. En concert, vivre une telle expérience demeure aussi mémorable que bouleversant. Les Parisiens eurent par exemple la chance d’entendre en février 2019 à la Philharmonie la Troisième Symphonie par les mêmes, alors en tournée, soirée enregistrée par France Musique. Directeur musical des Bamberger Symphoniker depuis 2016, l’excellent Jakub Hrůša, toujours soucieux des équilibres, laisse ici l’orchestre s‘épanouir et s’ouvrir comme une plante, aux multiples ramifications, tout en veillant à garder la ligne fluide. À cet égard, le Ruhevoll est un moment de pure beauté, inouïe de sensibilité, par les phrasés, les équilibres polyphoniques – le thème initial ! Si vous aimez vraiment Mahler, vous ne pouvez pas rater cette parution, absolument essentielle, voyage immersif au cœur de la nature. © Pierre-Yves Lascar/Qobuz
A partir de :
HI-RES22,49 €
CD14,99 €

Classique - Paru le 7 juin 2019 | Accentus Music

Hi-Res Livret
Un sacré événement ! Grand interprète des symphonies d'Anton Bruckner devant l'Eternel (aériennes symphonies Nos. 4 et 7 à Dresde dans les années 1970, subtile Symphonie No. 6 à San Francisco chez Decca, intégrale avec le Gewandhaus au cours des dernières années chez Querstand), Herbert Blomstedt nous revient ici, à la tête des Bamberger Symphoniker, avec une 9è de Mahler. Attention, elle sent le soufre, il y a ici quelque chose de profondément malade. Blomstedt semble avant tout s'intéresser à ce qui est intrinsèquement nouveau dans l'univers sonore de Mahler, décortique tout des alliages instrumentaux, accuse le « laid » ou tout ce qui dérange, renforce en tous cas les rudesses de l'écriture ou le caractère éclaté des échanges entre pupitres cordes, cuivres et bois (Im Tempo eines gemächlichen Ländlers) ; même le lyrisme est passé au scalpel (épisode central du Rondo-Burleske). Où est-on ? Où nous emmène-t-on ? Dans un monde totalement nouveau qui éclot ici, inéluctablement, d'autant que les tempos demeurent tout au long de la symphonie d'une allure très modérée, et permettent de vivre tout, intensément, dans l’instant : la fin du Rondo-Burleske devient un premier cataclysme. La symphonie pourrait se clore ici. Puis vient un postlude, un Adagio, énorme, de vingt-cinq minutes, dont on se demande s’il a jamais été aussi morbide, triste. Les couleurs s’éteignent, les timbres eux-mêmes s’effacent inexorablement, et les entrelacs polyphoniques s’amenuisent. Les émotions s’envolent aussi. Avec cette 9è, enregistrée en juin 2018 dans la Joseph-Keilberth-Saal de la Konzerthalle de Bamberg, Herbert Blomstedt revient à ce qui est finalement le propre de Mahler : l’abstrait. L’amour – mystique, cosmique ou humain –, l'espérance même, n'existent pas. Le XIXe siècle de Bruckner s'est évaporé. Fascinant. © Pierre-Yves Lascar/Qobuz
A partir de :
HI-RES59,99 €
CD39,99 €

Classique - Paru le 17 septembre 2021 | Accentus Music

Hi-Res Livret
Cet ambitieux projet n’intéressera peut-être qu’une poignée de fins connaisseurs, mais, même sans avoir les partitions en mains, il est passionnant d’entendre les trois versions, fondamentalement différentes, de cette Symphonie n° 4 d’Anton Bruckner, une des plus souvent remaniées par un compositeur peu sûr de lui et en proie aux critiques les plus acerbes qui le contraignirent sans cesse à revoir ses œuvres. Affublée du titre de « Romantique », cette symphonie achevée en 1874 eut une genèse particulièrement laborieuse d’une année entière, avant d’être complètement revue quatre ans plus tard avec, notamment, un tout nouveau mouvement, le Scherzo aux cors de chasse, si célèbre aujourd’hui. En 1880, Bruckner compose un nouveau Finale et c’est cette version qui sera enfin créée l’année suivante. Non encore satisfait, le compositeur retouche encore deux fois son travail en 1881, puis en 1886 à l’intention du chef Arthur Nikisch. Une dernière refonte sera envoyée par Bruckner à New York en vue d’une édition américaine qui ne verra jamais le jour. Retrouvée à l’Université de Columbia, cette copie a servi de base pour l’édition critique définitive. Et nous ne parlons pas des autres modifications effectuées par de médiocres mains anonymes. C’est au XXe siècle qu’on commença à se préoccuper d’une édition satisfaisante mise au point par Haas (1936), puis par Nowak (1953) et il a fallu attendre 1975 pour retrouver la toute première version, si différente et si émouvante dans ses maladresses, qui ouvre le présent coffret réunissant toutes les versions. Jakub Hrůša dirige avec ferveur ces différents aspects de cette Symphonie n° 4 qui reste une des plus populaires d’Anton Bruckner. Afin d’aider le mélomane dans les méandres compliqués de ce véritable « work in progress » (bien avant celles de Boulez), Jakub Hrůša propose également l’écoute successive de quelques bribes significatives des différentes versions, pour mieux comprendre les modifications effectuées par Bruckner. L’expérience est édifiante.
A partir de :
CD9,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2021 | CPO

Livret
A partir de :
CD9,99 €

Classique - Paru le 19 juillet 2019 | Tudor

A partir de :
CD9,99 €

Classique - Paru le 3 mars 2015 | Tudor

A partir de :
CD14,99 €

Classique - Paru le 7 décembre 2018 | Tudor

C’est le cumul des mandats pour le jeune et talentueux chef tchèque Jakub Hrůša qui vient de prolonger son contrat à la tête de l’Orchestre symphonique de Bamberg, tout en étant premier chef invité du Philharmonia Orchestra et de la prestigieuse Philharmonie tchèque. En réunissant Brahms et Dvořák sur son dernier CD, Jakub Hrůša veut sceller l’histoire d’une amitié et d’une admiration réciproques ; il veut aussi souligner cette conjonction de « la tête et du cœur » qui est propre aux deux compositeurs. Si Dvořák fait partie du « lait maternel » de Hrůša, comme il l’avoue lui-même, son amour pour Brahms le pousse à le faire cohabiter presque inconsciemment dans ses programmes aux côtés du grand compositeur tchèque. C’est ainsi que l’intégrale Brahms en cours comprendra toujours des œuvres de Dvořák et vice versa. Né en 1981 à Brno, Jakub Hrůša a étudié le piano et le trombone avant d’apprendre la direction d’orchestre auprès de Jiří Bělohlávek à Prague et de remporter plusieurs concours internationaux. Chef associé du Philharmonique tchèque, il a ensuite occupé le même poste auprès de l’Orchestre philharmonique de Radio France, à Paris. Sa discographie, en majorité pour le label Supraphon, est principalement consacrée aux compositeurs de son pays comme Dvořák, Janáček, Smetana et Martinù. Cette nouvelle version associant la 4e de Brahms et la Nouveau Monde de Dvořák confirme la santé exceptionnelle de l’Orchestre symphonique de Bamberg, une des plus célèbres phalanges allemandes, fondé en 1946 à la suite de l’éphémère Orchestre philharmonique allemand de Prague qui avait traversé les années de guerre sous la direction de Joseph Keilberth. C’est ensuite sous la direction du grand Eugen Jochum que l’orchestre a commencé à acquérir une réputation internationale, qui s’est perpétuée avec ses chefs permanents successifs comme Witold Rowicki, Horst Stein et Jonathan Nott. © François Hudry/Qobuz
A partir de :
CD9,99 €

Classique - Paru le 30 avril 1989 | BIS

A partir de :
CD9,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 1997 | Vox

A partir de :
CD14,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2016 | Orfeo

A partir de :
CD9,99 €

Classique - Paru le 30 avril 1989 | BIS

A partir de :
CD19,99 €

Musique symphonique - Paru le 1 juillet 2003 | BIS

A partir de :
CD9,99 €

Classique - Paru le 7 novembre 2006 | Arts Productions Ltd

A partir de :
CD16,49 €

Classique - Paru le 3 mai 2019 | Bella Musica Edition

A partir de :
CD9,99 €

Classique - Paru le 7 février 2017 | Tudor