Catégories :

Artistes similaires

Les albums

CD9,99 €

Classique - Paru le 6 janvier 2017 | Tudor

Distinctions 5 Sterne Fono Forum Klassik
CD9,99 €

Classique - Paru le 20 juin 2016 | CPO

Distinctions 5 Sterne Fono Forum Klassik
CD9,99 €

Classique - Paru le 23 juin 2017 | CPO

Livret Distinctions 5 Sterne Fono Forum Klassik
CD9,99 €

Classique - Paru le 5 juin 2020 | CPO

Livret
C’est une véritable aubaine de pouvoir découvrir le ballet Narcisse et Echo de Nikolaï Tcherepnin un compositeur bien oublié aujourd’hui. Il fait pourtant partie des jeunes Russes, tels Rachmaninov, Glazounov, Medtner ou Taneïev, qui ont succédé à leurs grands aînés du Groupe des Cinq et Tchaïkovski. Il héritera une exceptionnelle science orchestrale de son professeur Rimski-Korsakov, avant d’enseigner lui-même au conservatoire de Saint-Pétersbourg où il aura Sergueï Prokofiev comme élève. Nommé chef d’orchestre au théâtre Mariinsky avant la révolution d’Octobre, Nikolaï Tcherepnin dirigera la saison inaugurale des Ballets russes à Paris en 1909. C’est d’ailleurs pour Serge de Diaghilev qu’il compose son ballet Narcisse et Echo, créé à la hâte en 1911 à la place de Daphnis et Chloé, dont Ravel n’avait pas terminé la composition à temps. Dansé par Nijinsky dans une chorégraphie de Fokine et les décors de Bakst prévus pour Daphnis, l’œuvre a paru ennuyeuse au public parisien. Jugement injuste à l’écoute de cette partition étincelante qui mériterait bien mieux que l’oubli dans lequel elle est tombée. Danse générale, Bacchanale dans une Grèce rêvée, nous voilà pourtant dans le même univers que celui de Ravel, paré d’une orchestration colorée et magique, et dont l’emploi d’un chœur vient encore renforcer de manière assez troublante sa proximité avec le futur ballet de Ravel. C’est peut-être un certain statisme qui a dérouté le public d’alors, habitué aux rythmes échevelés de Borodine, Rimski-Korsakov et du jeune Stravinski. Le bel enregistrement de Łukasz Borowicz vient opportunément rappeler la musique de ce grand compositeur russe établi à Paris où il mourut en 1945, laissant un grand nombre de compositions pour la scène (opéras et ballets), de la musique symphonique, de la musique de chambre, des œuvres vocales et pour le piano. © François Hudry/Qobuz
CD9,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 1997 | Vox

CD19,99 €

Classique - Paru le 7 décembre 2018 | Tudor

C’est le cumul des mandats pour le jeune et talentueux chef tchèque Jakub Hrůša qui vient de prolonger son contrat à la tête de l’Orchestre symphonique de Bamberg, tout en étant premier chef invité du Philharmonia Orchestra et de la prestigieuse Philharmonie tchèque. En réunissant Brahms et Dvořák sur son dernier CD, Jakub Hrůša veut sceller l’histoire d’une amitié et d’une admiration réciproques ; il veut aussi souligner cette conjonction de « la tête et du cœur » qui est propre aux deux compositeurs. Si Dvořák fait partie du « lait maternel » de Hrůša, comme il l’avoue lui-même, son amour pour Brahms le pousse à le faire cohabiter presque inconsciemment dans ses programmes aux côtés du grand compositeur tchèque. C’est ainsi que l’intégrale Brahms en cours comprendra toujours des œuvres de Dvořák et vice versa. Né en 1981 à Brno, Jakub Hrůša a étudié le piano et le trombone avant d’apprendre la direction d’orchestre auprès de Jiří Bělohlávek à Prague et de remporter plusieurs concours internationaux. Chef associé du Philharmonique tchèque, il a ensuite occupé le même poste auprès de l’Orchestre philharmonique de Radio France, à Paris. Sa discographie, en majorité pour le label Supraphon, est principalement consacrée aux compositeurs de son pays comme Dvořák, Janáček, Smetana et Martinù. Cette nouvelle version associant la 4e de Brahms et la Nouveau Monde de Dvořák confirme la santé exceptionnelle de l’Orchestre symphonique de Bamberg, une des plus célèbres phalanges allemandes, fondé en 1946 à la suite de l’éphémère Orchestre philharmonique allemand de Prague qui avait traversé les années de guerre sous la direction de Joseph Keilberth. C’est ensuite sous la direction du grand Eugen Jochum que l’orchestre a commencé à acquérir une réputation internationale, qui s’est perpétuée avec ses chefs permanents successifs comme Witold Rowicki, Horst Stein et Jonathan Nott. © François Hudry/Qobuz
CD19,99 €

Classique - Paru le 6 janvier 2015 | Tudor

CD17,99 €

Musique symphonique - Paru le 1 juillet 2003 | BIS

CD16,49 €

Classique - Paru le 3 mai 2019 | Bella Musica Edition

CD9,99 €

Classique - Paru le 30 avril 1989 | BIS

CD9,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2005 | Tudor

CD9,99 €

Classique - Paru le 26 mai 2009 | Tudor

CD9,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2005 | Tudor

CD7,99 €

Opéra - Paru le 5 septembre 2014 | The Art Of Singing

CD14,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 1994 | Deutsche Grammophon (DG)

HI-RES4,99 €
CD4,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 1958 | BnF Collection

Hi-Res Livret