Catégories :

Artistes similaires

Les albums

CD9,99 €

Classique - Paru le 20 janvier 2017 | Accent

Livret Distinctions 5 de Diapason - 5 Sterne Fono Forum Klassik
La Missa Alleluja de Biber date des années 1690 ; le compositeur exploite toutes les possibilités de la grande distribution baroque des œuvres à plusieurs chœurs : un chœur avec deux sopranos, deux altos, deux ténors et deux basses lui permet de combiner les voix à volonté et de varier constamment les couleurs sonores. Le « chœur » des cordes est écrit à six voix, tandis que les trois trombones et deux cornets à bouquin de l’orchestre se trouvent parfois augmentés en masse sonore, dans certains moments d’éclat, par deux clarinos (une trompette suraiguë typiquement baroque), quatre trompettes et timbales. Une œuvre jubilatoire, ainsi qu’on peut l’imaginer ; qui est ici complétée par un plus court Nisi dominus commençant par un ample passage de violon solo et continuo (il convient de se souvenir que Biber nous a laissé les phénoménales Sonates du Rosaire pour violon, un monument s’il en est), puis deux plus courtes pièces pour violon en scordattura. Avis aux mélomanes : l’album est joué et chanté par les St. Florianaer Sängerknaben, autrement dit une maîtrise de jeunes garçons ; les solos de soprano sont eux aussi tenus par des voix d’enfant, les parties d’alto par des contreténors. Comme il se trouve autant d’amateurs de ce genre de voix que de détracteurs, mieux vaut être informé. © SM/Qobuz
CD9,99 €

Classique - Paru le 17 mai 2019 | Pan Classics

Livret
CD49,99 €

Classique - Paru le 27 janvier 2015 | Pan Classics

Livret
CD9,99 €

Classique - Paru le 28 mars 2008 | Challenge Classics

CD9,99 €

Classique - Paru le 29 avril 2011 | Challenge Classics

CD19,99 €

Classique - Paru le 23 mars 2018 | Accent

Livret
Plus ou moins contemporain de Corelli ou Pachelbel, Romanus Weichlein (1652-1706) partage le sort de tant de compositeurs : largement reconnu de son vivant, il est tombé dans l’oubli dès sa mort. Mais Weichlein reste quand même dans le souvenir de nombre de monastères dans lesquels il fut employé comme musicien, en plus de ses obligations religieuses puisqu’il était moine bénédictin, en particulier à Salzbourg mais aussi d’autres villes moins connues. C’est pour l’usage liturgique qu’il composa les présentes messes, aux alentours des années 1690 à 1700 ; et comme on se l’imagine, à l’époque les parties de soprano étaient chantées par des enfants. C’est donc exactement le cas pour cet enregistrement qui pousse l’authenticité (du moins on peut l’imaginer) jusqu’à prononcer le latin avec un brin d’accent autrichien, assez éloigné de ce que l’on a l’habitude d’entendre dans les liturgies données « à l’italienne » dans la prononciation. L’auditeur est informé, bien sûr, que ce sont ici des chœurs de garçons qui officient, en l’occurrence les St. Florianer Sängerknaben (tout le monde n’aime pas les chœurs de garçons…), qu’accompagne l’ensemble Ars Antiqua Austria. On notera aussi que certains numéros sont précédés d’un court moment de plain-chant, sans doute tel que cela se faisait alors. © SM/Qobuz
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 8 novembre 2013 | Challenge Classics

Hi-Res Livret
CD9,99 €

Classique - Paru le 30 octobre 2009 | Challenge Classics

CD9,99 €

Classique - Paru le 30 avril 2015 | Challenge Classics

HI-RES16,99 €
CD10,99 €

Classique - Paru le 6 septembre 2019 | Challenge Classics

Hi-Res
CD9,99 €

Classique - Paru le 7 septembre 2012 | Challenge Classics

CD9,99 €

Classique - Paru le 27 janvier 2015 | Pan Classics

Livret