Catégories :

Artistes similaires

Les albums

HI-RES16,99 €
CD11,99 €

Classique - Paru le 22 juin 2018 | Channel Classics Records

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
Si le Divertimento pour orchestre à cordes de Bartók, écrit en 1939 chez et pour Paul Sacher en Suisse, est bel et bien conçu pour un ensemble de cordes, le Quintette Op. 111 de Brahms, de 1890, est initialement destiné à cinq solistes, mais l’Amsterdam Sinfonietta le joue ici en formation d’orchestre de chambre. Sans doute est-ce là pour en souligner l’aspect orchestral et la richesse d’écriture, et en effet l’ensemble le prouve avec brio. La juxtaposition de ces deux chefs-d’œuvre n’est pas due au hasard : Brahms déroule un idiome « faux-hongrois », hérité des tziganes des cafés de Vienne et souvent en empruntant de véritables mélodies glanées, tandis que Bartók déroule – du moins dans les premier et dernier mouvements – un véritable idiome hongrois, si ce n’est que son folklore est largement imaginaire. La deuxième partie de ce Divertimento, lui, est l’une des choses les plus abyssalement tristes qui se puisse imaginer, avec cette lente et inexorable marche emplie de lourdes harmonies et de plaintes du fond de l’âme. On remarquera que le Sinfonietta, mené du violon par Candida Thompson, n’hésite pas à transformer la fin des trilles en glissandos, ce que la partition ne demande certes pas, mais qui offre un stupéfiant surcroît de lamentation au passage. Bartók, quelques semaines avant qu’éclate la Seconde Guerre mondiale, laissait-il libre cours à sa tristesse de quitter la Hongrie, l’Europe et bientôt la vie ? Le mouvement ultime, certes gai et dansant, semble presque une fuite en avant. © SM/Qobuz
HI-RES18,00 €
CD11,99 €

Classique - Paru le 10 septembre 2018 | Channel Classics Records

Hi-Res Livret Distinctions Hi-Res Audio
HI-RES18,00 €
CD11,99 €

Classique - Paru le 10 septembre 2018 | Channel Classics Records

Hi-Res Livret Distinctions Hi-Res Audio
HI-RES18,00 €
CD11,99 €

Classique - Paru le 10 septembre 2018 | Channel Classics Records

Hi-Res Livret Distinctions Hi-Res Audio
HI-RES18,00 €
CD11,99 €

Classique - Paru le 10 septembre 2018 | Channel Classics Records

Hi-Res Livret Distinctions Hi-Res Audio
Un disque étrange qui est aussi comme un clin-d'oeil. Amoureux fou de la musique de Brahms, Schönberg avait orchestré son Quatuor avec piano no 1 pour grand orchestre symphonique. Ici on trouve bien le nom de Schönberg associé à celui de Brahms, mais pour une autre raison : la Verklärte Nacht (La Nuit transfigurée) est une pièce d'un romantisme hypertrophié qui rend hommage au compositeur allemand et qui cite même un motif de sa Symphonie no 1. Mais, qu'on ne s'y trompe pas, le Quatuor no 1 qui est accolé à l'oeuvre de Schönberg sur cet album est en fait le Premier Quatuor à cordes de Brahms, joué par l'ensemble des cordes, soyeuses et virtuoses, de l'Amsterdam Sinfonietta, sous la direction voluptueuse de Candida Thompson. FH
HI-RES18,00 €
CD11,99 €

Musique symphonique - Paru le 27 septembre 2019 | Channel Classics Records

Hi-Res Livret
CD9,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2008 | BIS

Livret
HI-RES18,00 €
CD11,99 €

Classique - Paru le 10 septembre 2018 | Channel Classics Records

Hi-Res Livret
CD19,99 €

Classique - Paru le 31 août 1998 | BIS

Livret
HI-RES18,00 €
CD11,99 €

Quatuors - Paru le 10 septembre 2018 | Channel Classics Records

Hi-Res Livret
HI-RES16,00 €
CD11,99 €

Classique - Paru le 17 février 2017 | Channel Classics Records

Hi-Res Livret
Il est vrai que le répertoire romantique de lieder avec accompagnement d’orchestre reste, hélas, très modeste. Il fallut attendre Wagner, Mahler et Strauss pour que le genre explose. Rien de plus tentant donc que d’orchestrer des Lieder de Schubert, Wolf ou Brahms : voilà ce que nous propose le baryton Thomas Hampson, accompagné par l’Amsterdam Sinfonietta. Mais attention, ce ne sont pas là de lourdes orchestrations à la postromantique, avec force forces orchestrales. David Matthews, qui signe les adaptations, se borne à l’orchestre à cordes (avec adjonction d’un chœur dans le cas de Ständchen de Schubert). D’aucuns regretteront le caractère percussif du piano, d’autres seront interloqués des richesses cachées dans les partitions, car le piano reste toujours un peu limité en termes polyphoniques ; la chose est encore plus frappante dans les Quatre chants sérieux de Brahms, d’une écriture ramassée et dense si typique de l’ultime production du compositeur. L’auditeur aura donc la véritable sensation de redécouvrir des œuvres qu’il croyait connaître… D’autant que la tendre voix de Hampson se marie à merveille avec la fluidité des cordes. © SM/Qobuz
CD9,99 €

Musique symphonique - Paru le 30 novembre 1994 | BIS

CD11,99 €

Classique - Paru le 19 juin 2007 | Challenge Classics

CD9,99 €

Musique symphonique - Paru le 31 mars 1997 | BIS

CD5,99 €

Classique - Paru le 19 juillet 2011 | Channel Classics Records

CD9,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2007 | Channel Classics Records

CD9,99 €

Classique - Paru le 14 août 2009 | Channel Classics Records

CD9,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2008 | Channel Classics Records

CD9,99 €

Musique symphonique - Paru le 31 juillet 1996 | BIS