Votre panier est vide

Catégories :

Artistes similaires

Les albums

A partir de :
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Piano solo - Paru le 7 avril 2017 | ARTALINNA

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - 4F de Télérama - 4 étoiles Classica
C'est un voyage au pays de la lumière que nous propose Aline Piboule. Pour son premier album en solo, elle regroupe trois partitions fondamentales du piano français, la Ballade et Thème et Variations de Fauré ainsi que la Sonate de Dutilleux, devenue l'une de ses œuvres de chevet. Ce programme compose une succession de variations entêtantes autour de la lumière, confrontant des esthétiques qui oscillent bien souvent entre les ombres et la clarté, le son et les silences. Il y a dans le jeu d'Aline Piboule un charme assez typiquement français, entre ferme vigueur et douce sensualité. © Artalinna« [...] S'il n'existe pas d'école française de piano, il existe bien une musique française par-delà les siècles et les esthétiques, les emprunts et le caractère sui generis de thèmes ou de couleurs harmoniques. On est en terrain connu avec la Ballade [...] Piboule y joue large, avec des phrases tenues jusqu'au bout, des nuances travaillées mais une allure naturelle. Elle va droit son chemin, sans fadeur, sans manières. [...] On songe toujours à cette musique française en écoutant la Sonate de Dutilleux délivrée avec une majesté et une sonorité voluptueuse, un sorte de calme intérieur [...] Disque splendide.» (Diapason, juin 2017 / Alain Lompech) 
A partir de :
HI-RES13,49 €
CD8,99 €

Classique - Paru le 11 mars 2021 | Printemps des Arts de Monte-Carlo

Hi-Res Livret
Après son premier album solo chez Artalinna consacré à des œuvres de Fauré et Dutilleux, la pianiste Aline Piboule sort des autoroutes balisées de la musique pour nous offrir un choix d’œuvres françaises inconnues et toutes très attachantes. Alice Piboule aime, dit-elle, « décloisonner les genres et les époques pour entrevoir des liens souvent ignorés, faire goûter l’esprit de nouveauté, d’actualité qui se cache sous le nom de compositeurs oubliés, voilà en quoi cette exploration des répertoires me passionne ». Ami de Fauré et de Ravel, proche de Richard Strauss, Gustave Samazeuilh laisse un tout petit catalogue d’œuvres finement ciselées, d’une subtilité d’écriture très personnelle. Son travail d’arrangeur et de journaliste, en particulier comme critique musical, a pris le pas sur sa carrière de compositeur. Aline Piboule a exhumé son très beau Clair de lune au large, deuxième partie du recueil Le chant de la mer qu’elle met en regard des quatre Clairs de lune composés par Abel Decaux, un compositeur normand élève de Massenet. Organiste du Sacré-Cœur de Montmartre, il s’installe aux États-Unis pendant plus de dix ans avant de succéder à Louis Vierne comme professeur d’orgue à l’École César-Franck. Sa suite Clairs de lune annonce le langage atonal d’Arnold Schönberg. Le compositeur lyonnais Pierre-Octave Ferroud reste connu pour avoir fondé à Paris, au début des années 1930, les Concerts du Triton consacrés aux œuvres de musique de chambre avec une approche internationale qui virent la création d’œuvres de Stravinski et de Prokofiev. Sa mort atroce à l’âge de trente-six ans, un terrible accident de la route en Hongrie, a privé la musique française d’un de ses compositeurs les plus prometteurs. Ami de Maurice Ravel, qui lui demanda de créer ses Valses nobles et sentimentales, Louis Aubert s’est essayé à tous les genres avec succès. Brillant orchestrateur, on lui doit cinq ballets, des pièces orchestrales et de la musique de chambre. Son triptyque Sillages, Op. 27, considéré comme son chef-d’œuvre, est quelquefois comparé aux meilleurs œuvres de ses contemporains Debussy et Ravel. Alice Piboule sait en traduire tout le mystère et l’attrait des grands espaces. © François Hudry/Qobuz