Catégories :

Les albums

HI-RES16,49 €
CD10,99 €

Musique de chambre - Paru le 20 mars 2020 | Alpha

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
Le dernier album de l’ensemble Les Basses réunies nous plonge dans le monde fantasmagorique du Trattado de Glosas (littéralement "Traité de la glose") publié par Diego Ortiz, témoignage unique de la musique instrumentale de la Renaissance espagnole mêlant poésie, profondeur, inventivité et virtuosité. Publié en 1553 à Rome à la fois en espagnol et en italien, ce traité propose une série de variations pour plusieurs instruments. Dans le second volume, intégralement enregistré sur cette production, on trouve une succession de Ricercares (forme musicale typique du XVIe siècle basée sur le procédé de l’imitation) d’une rare richesse mélodique et rythmique, qui trouvent leur source dans des pièces de danse alors populaires tels que les passamezzo antico et passamezzo moderno, le ruggiero, la folia et romanesca. L’interprétation de ce deuxième livre alterne les deux musiciens principaux, Bruno Cocset et Guido Balestracci, auxquels viennent se joindre basses de viole, orgue, clavecin et vihuela (guitare baroque espagnole). Le travail de relecture de ce répertoire réalisé par Les Basses réunies est intimement lié à l’organologie, à travers la redécouverte d’instruments disparus et recréés pour l’occasion sur la base de la peinture de l’époque (en particulier les toiles du Greco) et d’un ensemble de gravures représentant des musiciens et des instruments rares et parvenus jusqu’à nous souvent dans un piteux état. L’œuvre pionnière et visionnaire de Diego Ortiz, à la fois instrumentiste, compositeur et théoricien, préfigure l’art de la "diminution" (ornementation d’une mélodie) qui régnera sur toute la musique italienne de la Renaissance. © François Hudry/Qobuz
HI-RES37,49 €
CD24,99 €

Musique de chambre - Paru le 11 octobre 2019 | Ricercar

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or
Royalement ouverte par Jordi Savall, la connaissance de la musique de Marin Marais est désormais au répertoire de tous les violistes. Avec elle, c’est toute la mélancolie du XVIIe siècle finissant qui est représentée par les très nombreuses pièces composées par Marais pour la Chambre du roi, dont il avait la charge. Le Deuxième Livre de pièces de viole présenté dans ce nouvel album, enregistré entre 2015 et 2018, date de 1701, période largement postérieure à la mort du surintendant Lully et correspondant aux tristes années de fin du règne de Louis XIV, devenu alors austère et bigot. Dans ce Deuxième Livre, Marin Marais dresse tout un catalogue de l’âme humaine et rend un émouvant hommage à ses maîtres disparus, Lully et Jean de Sainte-Colombe. Très volumineux, ce Deuxième Livre comporte pas moins de 142 pièces ordonnées par tonalité, permettant aux musiciens de constituer des suites à leur gré. L’esprit général est à la grandeur et au monumental avec des harmonies quelquefois très osées, comme si Marin Marais voulait en imposer à ses jeunes concurrents dans le petit monde parisien de la viole de gambe. François Joubert-Caillet à la viole règne sur l’ensemble belge L’Achéron, constitué d’une basse de viole et d’un riche continuo formé par une harpe, un théorbe, une guitare et un clavecin. © François Hudry/Qobuz
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Musique de chambre - Paru le 13 septembre 2019 | Paraty

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
Au vu de ses évidentes qualités de compositeur, il est étonnant de ne pas trouver d’autres traces de Jacques Morel, compositeur de pièces pour viole(s), et violiste virtuose du XVIIe siècle. Heureusement, certaines de ses pièces nous sont parvenues, chantant la gloire de l'âge d’or de la viole française sous le double signe d’Apollon. Depuis deux décennies, Fuoco E Cenere se veut le théâtre de sensationnelles aventures musicales et ne cesse de cultiver l’audace dans ses choix de répertoire, toujours soucieux d’offrir une expérience unique aux mélomanes. © Paraty
CD14,99 €

Musique de chambre - Paru le 13 septembre 2019 | Decca

HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Musique de chambre - Paru le 3 mai 2019 | Glossa

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or
Certains madrigaux et chansons parmi les plus populaires du XVIe siècle ont servi de modèle à des versions richement ornementées « alla bastarda » pour la viole de gambe. Cet enregistrement présente les œuvres vocales originales aux côtés des versions instrumentales d’une extraordinaire virtuosité, formant une première cime – sans doute jamais surpassée – de la littérature pour la viole de gambe. Paolo Pandolfo est, depuis vingt-cinq ans, l’un des violistes les plus importants de sa génération. Il a défriché en profondeur le répertoire de son instrument et l’a ouvert à de nouveaux horizons. Sa large discographie témoigne d’une connaissance profonde de tous les aspects du répertoire de son instrument. Pandolfo a enregistré non seulement les œuvres les plus importantes pour viole de gambe, mais s’est illustré aussi dans le cadre de projets plus personnels à travers lesquels il mêle son expérience acquise durant sa jeunesse comme contrebassiste et guitariste à des compositions et improvisations influencées par le jazz et le répertoire historique. Avec les diminutions «bastarda», sa virtuosité exubérante et sa sonorité riche, ronde et douce, homogène sur tout son registre, sert une musique d’une grande beauté. Paolo Pandolfo utilise une viole bastarda accordée de façon originale en quartes et en quintes avec des cordes qui font 9 centimètres de plus que la longueur usuelle, permettant de couvrir quatre octaves ; ainsi qu'une autre viole aux cordes plus courtes de 4 centimètres, accordée normalement, offrant une plus grande aisance pour les passaggi. Toutes les deux dotées de cordes en boyau nu (non filetées de métal). Dans ce projet assez particulier, avec des instruments construits ad hoc, Pandolfo s’entoure de certains des meilleurs interprètes actuels dans le domaine de la musique ancienne (Boysen, Granata, Chemin, Pedrini) et d’un ensemble vocal exquis, La Pedrina. © Glossa« [...] Avec le soutien coloré de trois partenaires attentifs et inspirés, Paolo Pandolfo se joue avec brio des effroyables difficultés techniques de ces répertoires, souvent qualifiés "d'athlétiques". [...] Les chansons et madrigaux, avant leur traitement ornemental, sont entonnés a cappella par La Pedrina. Ancor che col partire de Rore, où le soliste déploie par-dessus la polyphonie vocale les diminutions aériennes de Dalla Casa, est un sommet d'intensité expressive et poétique. » (Diapason, juin 2019 / Denis Morrier)
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Musique de chambre - Paru le 29 septembre 2017 | Paraty Productions

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Musique de chambre - Paru le 3 février 2017 | Mirare

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - 4F de Télérama - Choc de Classica - Choc Classica de l'année
Les Sonates en trio de Buxtehude pour violon, viole de gambe et basse continue sont une œuvre de la maturité, dont bon nombre ont été éditées à Hambourg à partir de 1694. La renommée du premier opus semble avoir vite franchi les frontières, à telle enseigne que Sébastien de Brossard en possédait lui-même un exemplaire. Il mentionne ces sonates dans son Catalogue des livres de musique, théorique et prattique, vocalle et instrumentalle de 1724, les qualifiant « d’excellentes pièces mais dont l’exécution me paraît fort difficile. » En effet, ces sonates, d’une grande virtuosité, exigent des musiciens accomplis. Buxtehude semble pourtant les avoir destinées au public amateur de Lübeck et non à des musiciens professionnels particuliers et dans l’Allemagne de Buxtehude, la musique occupe une place non négligeable dans la vie de tous les jours et dans tous les milieux. Le présent album rassemble en majorité des sonates qui n’ont pas été éditées, justement, et dont les manuscrits sont conservés à la bibliothèque municipale d’Uppsala en Suède ; pourquoi Uppsala ? Tout simplement parce que Buxtehude entretenait une correspondance assidue avec le maître de chapelle de Stockholm à qui il envoyait des partitions en quantité ! Sachons donc gré aux postes de la seconde moitié du XVIIe siècle d’avoir bien fait leur travail, car ces œuvres sont d’indispensables échelons dans la grande échelle baroque nord-allemande. Le violoniste Stephan Dudermel et la gambiste Florence Bolton sont accompagnées par divers instruments pour le continuo : orgue, clavecin, théorbe, pour une plus grande diversité de sonorités. © SM/Qobuz« D’une manière générale, La Rêveuse a le chic pour concilier détail de la prononciation et conscience de la grande forme. C’est une marque de fabrique de l’ensemble. La passacaille de la Sonate en sol mineur, illuminée de l’intérieur par une pulsation très large, est un grand moment de ce disque. Sans faire oublier la vie frémissante et l’insolente intelligence de Goebel (d’une invention et d’une énergie inouïes dans la Sonate BuxWV 273), la nouvelle proposition nous comble par des qualités rares, à contre courant d’un baroque consensuel et décoratif. » (Diapason, mars 2017 / Philippe Ramin)« On admirera tout autant la splendeur instrumentale (le violon de Stéphan Dudermel, la viole de Florence Bolton) que la liberté du geste, l’intensité de l’expression, l’équilibre sonore entre des instruments aux timbres si distincts et la mobilité du continuo. » (Classica, novembre 2017)
HI-RES17,49 €
CD12,49 €

Musique de chambre - Paru le 10 juin 2016 | harmonia mundi

Hi-Res Livret Distinctions Gramophone Editor's Choice
La lyra viol ici mise à l’honneur est, en français, la viola all'inglese : une viole de gambe sur laquelle furent ajoutées des cordes sympathiques métalliques, en particulier dans la sphère britannique au cours du XVIIe siècle. Il s’agit d’une petite basse de viole, avec un chevalet assez peu courbé qui permet assez aisément le jeu polyphonique. Parmi les principaux compositeurs ayant contribué à enrichir la littérature pour ce singulier instrument, on peut citer John Cooper, John Jenkins, Christopher Simpson et le présent William Lawes, dont Richard Boothby joue ici l’intégrale du répertoire connu pour lyra viol solo, des pièces datant des années 1630. Malgré l’apparente proximité entre la lyra viol et la viole de gambe, les différences abondent, en particulier dans la sonorité que rajoutent les cordes métalliques « à vide », des cordes que l’on pince parfois comme en pizzicato, une spécificité supplémentaire. Cette musique d’intimité, destinée aux grands amateurs, était suffisamment exigeante et virtuose pour ne s’adresser qu’à des instrumentistes confirmés ; mais malgré l’intérêt évident pour l’instrument et le répertoire, la lyra viol avait plus ou moins disparu de l’horizon avant la fin du XVIIe siècle, bientôt supplantée – et avec elle tous les représentants de la famille des violes – par la famille des violons, altos et violoncelles. © SM/Qobuz
HI-RES19,49 €
CD13,99 €

Classique - Paru le 5 février 2016 | Aparté

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - 4 étoiles Classica
En juin 1747, un encart publicitaire dans le Mercure de France annonçait la parution des Pièces de viole d’Antoine Forqueray, « mises en pièces de clavecin » par son fils Jean- Baptiste. Cette adaptation trahit le manque d’intérêt du public de ce milieu du XVIIIe siècle pour la viole : le clavecin était alors l’instrument-roi de l’amateur mélomane désireux de jouer la musique chez lui. Cependant, Jean-Baptiste Forqueray prit soin de publier en parallèle une seconde version du recueil pour viole et basse continue, avouant tout de même dans la préface que « la viole, malgré ses avantages, est tombée dans une espèce d’oubli », malgré la publication en 1740 de « La défense de la basse de viole contre les prétentions du violoncelle ». La genèse du recueil reste mystérieuse et plus complexe qu’il n’y paraît. À première vue, Jean-Baptiste, possédant les œuvres de son père, décide de les offrir au public en mémoire du virtuose – disparu en 1745, rappelons-le. Mais sous quelle forme se trouvaient initialement les pièces du père ? Jean-Baptiste indique dans la préface du recueil pour clavecin qu’il n’a fait « aucun changement… » mais dans la préface du recueil pour viole, il précise : « j’ai jugé à propos d’en faire la basse très simple, afin d’éviter la confusion qui se trouverait avec la basse des Pièces de clavecin que j’ai ornée autant qu’il m’a été possible ». Il est ainsi bien difficile de déterminer précisément l’implication du fiston dans la composition de ces pièces. Il est évident que certaines pièces montrent une harmonie plus complexe que celle utilisée par les violistes de la génération de Marais, ou que celle des pièces manuscrites d’Antoine. De façon générale, le style semble assez proche du répertoire pour violon de la nouvelle vogue italienne. Certains musicologues se demandent quelle est la part du fils et la part du père mais manifestement Jean-Baptiste a participé à l’écriture plus qu’il ne l’admet. Atsushi Sakai joue sur une basse de viole copie d’après Nicolas Bertrand (1705), Marion Martineau sur une basse de viole copie d’après Michel Collichon (1693), et Christophe Rousset un clavecin copie d’après Ruckers (1624). Enregistrement réalisé en juillet et septembre 2015 à Paris. © SM/Qobuz« [...] Atsushi Sakai, également expert en violoncelle baroque, [...] s'aventure parfois sur les rives d'un jazz improvisé et exigeant. Continuiste admiré des Talents lyriques, il retrouve ici Christophe Rousset et aborde ces pièces avec la hauteur de vue qu'autorise une technique éblouissante. L’exercice ambitieux auquel s’adonnent les chambristes bouscule l’auditeur familier de ces pièces et présente Rousset à son meilleur. Avec l’experte Marion Martineau, à qui incombe la tâche délicate de soutenir l’édifice, le claveciniste fait preuve d’un naturel et d’une réactivité extraordinaires, sur le fil du rasoir.» (Diapason, mars 2016 / Philippe Ramin)
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 7 mai 2013 | Glossa

Hi-Res Distinctions Choc de Classica - Hi-Res Audio
CD9,99 €

Classique - Paru le 26 février 2013 | Ars Produktion

Livret
Première Suite - Deuxième Suite - Troisième Suite / Petr Wagner, viole de gambe - Jacques Ogg, clavecin
CD9,99 €

Classique - Paru le 26 février 2013 | TYXart

Livret
Allemagne et France à l'époque baroque, deux systèmes, deux mondes émotionnels. Le gambiste Jakob David Rattinger trace un parcours entre ces esthétiques, au travers de pièces de Bach, Abel, Marais, Caix d'Hervelois et Forqueray. Un voyage musical plaisant, qui fait suite au concert donné dans le cadre du festival d'Innsbruck.
CD6,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2013 | Naxos

Livret
Après les Sonates pour viole de gambe et clavecin de Jean-Sébastien Bach, Mikko Perkola et Aapo Häkkinen reviennent chez Naxos ! Les Suites pour viole de gambe et clavecin de 1728 de François Couperin sont de parfaits exemples de la richesse expressive d'un style influencé par l'Italie et rendant aussi hommage à Marin Marais, disparu la même année. Le 27è et dernier Ordre de clavecin en si mineur consiste en 4 pièces variées, dont Les Chinois est l'un des premiers témoignages musicaux de l'intérêt pour la Chine.François Couperin, c’est « Couperin le grand », le plus célèbre représentant de la dynastie des CouperinA découvrir, son ultime Suite pour clavier, avec un délicieux morceau qui se dit « chinois » !La musique pour viole de gambe, toute empreinte de solennité, de grandeur et d’aristocratie discrète
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Musique de chambre - Paru le 1 mai 2012 | Glossa

Hi-Res Livret Distinctions 4 étoiles Classica - Hi-Res Audio
Paolo Pandolfo, viole de gambe
CD9,99 €

Musique de chambre - Paru le 6 mars 2012 | CPO

Livret Distinctions 4 étoiles Classica
William Young : Œuvres pour viole de gambe (Sonates, Suites, Fantaisies et Danses) / Hamburger Ratsmusik - Dir. Simone Eckert
CD11,49 €

Musique de chambre - Paru le 28 avril 2011 | Eloquentia

Distinctions 5 de Diapason - 4 étoiles Classica
Dans la lignée de la célèbre performance de Jordi Savall et Hespérion XX, l'ensemble Sit Fast nous propose sa version de L'Art de la Fugue, témoin incontournable et insaisissable de la science du contrepoint du Cantor de Leipzig. Sit Fast partage avec ses prédécesseurs une exigence de la clarté polyphonique, dans une couleur générale plus sombre, moins solaire. Bel album !
CD9,99 €

Musique de chambre - Paru le 1 février 2011 | Accent

Livret Distinctions Choc de Classica
Roland Marais, quatrième de 13 enfants, a étudié avec son père Marin Marais, et fut l'un violistes les plus réputés sous le règne de Louis XV, avec Jean-Baptiste Forqueray. L'ensemble Tourbillon présente son Deuxième Livre (1738), où l'on retrouve la variété du style français, de la sarabande "La Verrière", à l'allemande "La Vandercruisse", dans un langage harmonique singulier, riche et flamboyant.
CD9,99 €

Musique de chambre - Paru le 4 janvier 2011 | Glossa

Livret Distinctions 5 de Diapason
15 ans après sa première intégrale des trois sonates pour viole de gambe et clavecin, Paolo Pandolfo retourne à présent à ce répertoire avec une approche plus forte, tournée vers la "conversation musicale", avec son ami le claveciniste Markus Hünninger. Le programme est complété par des airs des deux Passions de Bach, avec notamment le contre-ténor Michael Chance.
CD9,99 €

Celtique - Paru le 2 novembre 2010 | Alia Vox

Livret Distinctions 4 étoiles Classica
Le second volume de l'épopée que Jordi Savall et son ami musicien de toujours, le harpiste Andrew Lawrence King, ont débuté l'année dernière autour de la viole celtique. Comme l'exprime Jordi Savall dans son texte de présentation (cf. ci-dessous), "ces musiques porteuses de vie et de bonheur sont des musiques vraiment vivantes, qui gardent intégralement tout leur formidable pouvoir expressif et poétique".
CD9,99 €

Classique - Paru le 1 mars 2010 | Accent

Livrets Distinctions Diapason d'or
Forqueray : Troisième Suite - Dollé : Deuxième Suite / Wieland Kuijken, viole de gambe - Sigiswald Kuijken, viole de gambe - Robert Kohnen, clavecin

L'instrument

Viole de Gambe dans le magazine
  • Richard Campbell est mort
    Richard Campbell est mort Membre fondateur de l’ensemble de violes Fretwork, le musicien britannique est décédé à l'âge de 55 ans.
  • Marin Marais à la fête
    Marin Marais à la fête L’édition 2009 du Festival Marin Marais se déroulera du 6 au 29 novembre à Paris le temps de douze concerts avec Jean-Louis Charbonnier, Philippe Foulon et bien d’autres.
  • Un voyage Savall à Gaveau
    Un voyage Savall à Gaveau Le maître de la viole de gambe est à Gaveau le 11 octobre pour un voyage autant géographique que temporel dont il a le secret.