Étant connecté à Facebook, l'article que vous êtes en train de lire est susceptible d'être partagé au bout de 10 secondes de lecture. Vous pouvez configurer ceci dans vos paramètres de services externes.
Bonne lecture!

Françoise Hardy - La Question

A l'occasion de la sortie de son autobiographie Le désespoir des singes... et autres bagatelles, retour sur l'album le plus emblématique de l'ex-star des yéyés Françoise Hardy, La Question, au charme intemporel.

Discographie | 18 juin 2009
Réagir
Qobuz

Année 1972. 10 ans déjà que le succès Tous les garçons et les filles a mis Françoise Hardy en orbite. Après quelques autres titres sortis chez Vogue dont les déjà mélancoliques Mon ami la rose et Le premier bonheur du jour, l'idole des yéyé jure qu'on ne l'y reprendra plus (encore aujourd'hui, elle refuse d'écouter ses première chansons) et décide d'être seule maitresse à bord. Sortent alors trois albums rivalisant d'élégance et de raffinement, tant dans les paroles que dans leur mise en musique : Ma Jeunesse fout le camp, Comment te dire Adieu (comprenant la chanson éponyme écrite par Gainsbourg et ses fameuses riment en "ex") et Soleil. Sur le plan personnel, le couple qu'elle forme avec le chanteur Jacques Dutronc depuis 5 ans bat de l'aile. Se sentant délaissée, Françoise Hardy connaît les affres de la jalousie et réalise qu'elle n'allait peut-être pas avoir la vie dont elle avait rêvé.







[Françoise Hardy
La Question->http://www.qobuz.com/telechargement-album-mp3/Wolfgang-Amadeus-Mozart-Vincenzo-Righini-Antonio-Salieri-Airs-de-bravoure/Classique-Opera-extraits/Diana-Damrau/Virgin-Classics/default/fiche_produit/id_produit-5099950863952.html]

VF - EMI
9,99 

Femmes au bord de la crise de nerf

C'est alors qu'elle fait la rencontre de Tuca, une compositrice brésilienne, qui chante tous les soirs dans le restaurant parisien La Feijoada, et forme le vœu de faire un album entier avec elle. "Les mélodies trop typées musicalement ne sont pas ma tasse de thé, mais la plupart des siennes avaient une intemporalité qui transcendait les couleurs brésiliennes". Ecrit à 4 mains, La Question est un album de femmes au bord de la crise de nerf : Françoise Hardy, follement amoureuse de Dutronc qui ne lui rendait pas bien, s'occupa d'écrire les textes, et Tuca, éperdument éprise de l'actrice italienne Léa Massari qui ne lui rendait pas du tout, se chargea de la musique. Un album féminin, mais pas féministe ; une bouteille jetée à la mer, ou plus exactement, un SOS, un message personnel envoyé à l'homme qu'elle veut reconquérir. Il y est question des tourments qui la guettent : de la jalousie à la peur de l'abandon, en passant par la volonté de partir quand même, des obsessions SM (mais oui !) et même la possibilité d'en finir ("Mon amour est si lourd à porter, Je voudrais doucement me coucher… dans la mer"), traités sans distance, au premier degré. Les chansons sont enregistrées live, avec Tuca à la guitare et Guy Pedersen, un musicien de jazz, à la contrebasse. Les cordes furent alors ajoutées par Raymond Donnez qui écrivit les arrangements, et les enregistra avec l'Orchestre de Paris, où jouait alors Catherine Lara, dont Françoise Hardy venait de faire la connaissance.

Le résultat : c'est encore la principale intéressée qui en parle le mieux. "Jamais je n'avais été aussi fière de l'un de mes disques. J'adorais et adore encore certaines chansons comme Le Martien, La maison, La question, Chanson d'O, Doigts, que j'avais composé, ou Rêve, une superbe mélodie de Taiguara. Cet album me paraissait plus homogène, plus classieux et sophistiqué que les précédents et si, contrairement à eux, il ne rencontra pas le grand public, du moins ai-je la prétention de croire qu'il en toucha un autre". Et effectivement, non seulement La Question reste encore aujourd'hui comme le meilleur album de Françoise Hardy, mais surtout il initia une trilogie d'excellence avec Et si je m'en vais avant toi et If you listen (albums plus rock produits par Tony Cox), avant que Michel Berger puis Michel Jonasz et autres Louis Chedid ne viennent tout gâcher.

"Tu es le sang de ma blessure Tu es le feu de ma brulure Tu es ma question sans réponse Mon cri muet et mon silence"

Guide d'écoute

1 Viens
C'est le titre qui avait initialement donné son nom à l'album, rapidement supplanté par la chanson suivante, La Question, qui devint alors le titre officieux, puis officiel, de l'album. Souffrant forcément de la comparaison avec celle dernière, Viens se démarque cependant par l'utilisation ambitieuse des cordes, qu'elles soient frottées, pincées, grattées et par la tension véhiculée. Viens est une injonction lancée à l'homme qu'elle va quitter et qu'elle somme de tout réparer avant d'en finir. "Viens / Et fais que tout soit terminé / Lorsque tu devras t'en aller / Moi je pourrais bien t'oublier"



2 La question
Titre éponyme et emblématique de l'album, où l'on sent plus que partout ailleurs son malheur et son incapacité à y remédier. "Je ne sais pas pourquoi je reste / Dans une mer où je me noie / Je ne sais pas pourquoi je reste / Dans un air qui m'étouffera / Tu es le sang de ma blessure / Tu es le feu de ma brulure / Tu es ma question sans réponse / Mon cri muet et mon silence".



3 Même sous la pluie
c'est en écoutant ce titre chanté par Tuca que Françoise Hardy est tombé sous le charme de la compositrice brésilienne et a voulu faire un album entier avec elle. "J'eus un véritable coup de foudre artistique et amical pour elle. J'aurais aimé qu'elle me donne sa chanson Même sous la Pluie, qui me paraissait faite pour moi". L'interprétation qu'elle en donne, uniquement guitare-voix, est magnifique.



4 Chanson d'O
Faisant référence au livre érotique Histoires d'O, racontant l'esclavage sexuel auquel se soumet volontairement une femme, allant jusqu'à marquer au fer rouge les initiales de son propriétaire et percer son sexe de deux anneaux soutenant un lourd disque de métal. Ce Je t'aime moi non plus au féminin est une suite de soupirs, de feulements, de cris de jouissance et de râles, auxquelles Françoise Hardy nous avait peu habitué.



5 Le Martien
Atmosphère surréaliste avec samples de soucoupes volantes pour ce titre où Françoise imagine sa rencontre avec un Martien, qui l'a cherchée à travers l'univers pour lui demander sa main, offre qu'elle déclinera et passera le reste de sa vie à le regretter. Et brode encore une fois autour de son thème favori, le Mister Mystère.



6 Mer
Chanson doucement suicidaire. Les magnifiques arrangements de cordes imitent le ressac des vagues, à la fois menaçantes et accueillantes, comme la possibilité d'en finir. "Je voudrais que la mer / me reprenne pour renaitre / ailleurs que dans ma tête / ailleurs que sur la terre", conclue par "Oh sans mon amour, je ne peux rien faire"



7 Oui je dis adieu
Scène de rupture faisant écho à Viens "Ton théâtre et ton vide / Ta faiblesse et ta fatigue / Ne me disent plus rien/ Avec toi chaque jour passe / Sans avenir ni présent / Ca ne me dit plus rien / Cette perte de mon temps"



8 Doigts
chanson-rêve ; une guitare accoustique, des chœurs discrets et la voix de velours de la chanteuse. 1 minute et 45 secondes de tendresse absolue. Humm Humm. "Que n'es-tu que tes doigts, dont les marques s'effacent"



9 La Maison
La douce rêverie se prolonge ; "Il a ton âge mon chagrin".



10 Si Mi Caballero
Chef d'œuvre méconnu de Françoise Hardy et de cet album, qui peine à se démarquer parmi l'avalanche de titres plus immédiatement aimables. La guitare acoustique et le sifflet arrive main dans la main, puis la voix prend calmement le pouvoir, suivi d'un piano discret. Un western vu du côté féminin, la longue attente, l'ennui, l'envie de partir à deux à l'aventure, et la maison vécue comme une prison. "Si j'étais poussière / Moi je te suivrais / Si j'étais brin d'herbe / Tu m'emmènerais / Si Mi Caballero / Il me suffirait / Sur tes lèvres sèches / D'être goutte d'eau"



12 Rêve
où Françoise Hardy finit son album par le titre rêvé, qui porte si bien son nom. De simples "La La La" rivalisant avec les violons (repris dans un titre de Jay Jay Johanson : A Letter to Lulu Mae), où le réel refait brusquement irruption, pour conclure la chanson et l'album "Tu m'émerveilles comme un rêve qui s'est enfin réalisé / et tu me fais mal comme un réveil dont il va falloir m'éveiller".



:

 Lire aussi

Votre avis

Vos lectures


Inscrivez-vous à nos newsletters