Votre panier est vide

Rubriques :
Sur Scène

Festival d’Automne à Paris : une expérimentation artistique

Par Tiphaine de Belloy |

Pour sa 43ème édition, le Festival d’Automne à Paris fait encore une fois la part belle aux expérimentations sonores et artistiques. De 4 septembre au 31 décembre, l’Ile de France recevra des artistes éclectiques dans des disciplines variées.

Fidèle à sa tradition, le Festival d’Automne créé en 1972 par Michel Guy, présentera des œuvres expérimentales d’artistes essentiellement contemporains pendant quatre mois. Aidé par la Fondation Pierre Bergé – Yves Saint Laurent et quelques institutions culturelles de la ville de Paris, le Festival reçoit ainsi l’impulsion nécessaire à cet événement pluridisciplinaire en lui conférant une étonnante vitalité à la fois française et multiculturelle. Du 3 au 18 novembre, le Festival rend hommage au compositeur Italien disparu en 1990, Luigi Nono. La méfiance à l’égard de la musique de Nono en France, tient de la relation ambigüe que peuvent entretenir l’art et la politique. Pourtant et heureusement, le Festival a choisi de dresser le portrait de grand musicien. Inspiré par les sons des dédales de Venise, des cloches de ses campaniles, de ses marchés plein de vie, le représentant majeur de l'avant-garde post-webernienne laisse une œuvre mystérieuse, épurée et fragile.

Luigi Nono- © Karin Rocholl


Infiniment riche, la musique d’un tel artiste ne peut s’écouter qu’en salle de concert pour permettre à l’oreille de percevoir l’éclatement de myriades de détails sonores jusqu’aux confins du silence. Le portrait du «maître des sons et des silences» se fera à travers une série de six concerts dans cinq lieux différents. Il sera accompagné des œuvres des compositeurs-amis Bruno Maderna, Helmut Lachenmann, Karl Amadeus Hartmann et György Kurtág.

Luigi Nono, esquisse pour Risonanze erranti
Archives Luigi Nono, Venise © Ayants droit Luigi Nono


Placé sous le signe du jeu, deux œuvres feront écho à Ambidextre, l’œuvre de Pierre-Yves Macé composé pour les trente-deux élèves d’une classe à horaires aménagés du collège Jean-Philippe-Rameau de Versailles. La commande du Festival d’Automne joue sur les effets stéréos et est ainsi définie par son compositeur : « d’après le “roman avorté” Pas Billy the Kid de Julien d’Abrigeon, Ambidextre prend pour toile de fond le mythe du célèbre hors-la-loi. Montage d’éléments épars (ritournelles, bribes de récit, documents), ce “western sonore” questionne l’histoire plutôt qu’il ne la raconte, abordant en creux des thèmes comme l’émancipation, la sortie de l’enfance. » Le travail musical de celui qui participe pour la troisième fois au Festival fait se croiser écriture contemporaine, composition électroacoustique et art sonore.

CHAM- © Vincent Pontet


La musique dialogue avec la danse et tisse avec elle des liens particuliers que l’américain William Forsythe exploite. Le Festival d’Automne propose la rétrospective d’un Forsythe penseur, à l’origine de la création de véritables objets chorégraphiques. Sera dansé le fameux tryptique Limb’s Theorem créée en 1990 pour le Ballet de Francfort, et pièce phare de William Forsythe. L’oeuvre tourbillonnante est rendue flamboyante à coup de plans inclinés tournants et de contre-jours. Les corps rayonnent dans un espace aux dimensions pulvérisées qui ne laisse entrevoir que l’ombre des mouvements. Un exercice de style et un laboratoire d’expériences sur la lumière et sa réflexion mis en perspective par le scénographe Michael Simon. Une révolution chorégraphique à la tension constante sur les sons obsédants et explosifs de Thom Willems. Les 24 et 25 octobre, le compositeur Jonathan Bepler sera au cœur de la soirée à travers sa collaboration avec Matthew Barney pour River of Fundament, une épopée filmique tournée sur fond de paysages urbains de Los Angeles. Inspiré du roman de Norman Mailer Ancien Evenings qui suivait les étapes de la mort jusqu’à leur réincarnation des deux protagonistes, le film se conçoit comme un opéra mêlant des séquences documentaires et scènes de fiction. Bepler parvient une fois encore à saisir des états transgressifs reflet de pulsions subliminales.

Réservation sur le site du Festival d'Automne à Paris