Votre panier est vide

Rubriques :
News

Muddy Waters passe en Suisse

Par Stéphane Deschamps |

Sur "The Montreux Years" qui réunit des extraits de ses concerts sur les rives du lac Léman entre 1972 et 1977, le sphinx du Chicago blues est vraiment au sommet de son art.

La première fois que Claude Nobs, futur fondateur du festival de Montreux, est allé aux États-Unis, c'était en 1965 à Chicago, et il s'est retrouvé embringué dès sa descente d'avion dans une tournée des clubs de blues locaux. Sa nuit s'est terminée dans les vapes, après des concerts de Howlin' Wolf, Muddy Waters et des rasades de whisky servies par Willie Dixon. Un grand moment d'histoire personnelle, dont le souvenir a dû resurgir quelques années plus tard sur les scènes de Montreux, honorées par Muddy Waters en 1972, 1974 et 1977.

Paru il y a quelques jours, The Montreux Years, impeccable best-of de ces trois concerts en 16 morceaux, commence idéalement par l’incontestable Nobody Know Chicago Like I Do. Le sphinx du Chicago blues est comme souvent à son meilleur, avec la crème des accompagnateurs (Buddy Guy, Junior Wells, Bill Wyman, Pinetop Perkins...), fidèle au style qu’il a inventé une vingtaine d’années plus tôt.

Muddy Waters interprète tous ses tubes (Mannish Boy, I’m Ready, Got My Mojo Workin’, Rollin’ And Tumblin’, I’m Ready…) et d’autres morceaux moins connus avec une classe de vieux chat qui n’a rien perdu de sa sensuelle souplesse ni de son instinct de fauve. Le bluesman a dû chanter ces chansons mille fois, mais il sait toujours en restituer la dimension magique. L’interprétation est profonde, l’enregistrement parfait de clarté et de densité : cette monstrueuse compilation de ces Montreux Years entre d’emblée dans le top 5 des meilleurs albums live de Muddy Waters.

ÉCOUTEZ "THE MONTREUX YEARS" DE MUDDY WATERS SUR QOBUZ

 Lire aussi

À découvrir autour de l'article