Votre panier est vide

Rubriques :
News

L'hallucination Tirzah

Par Marc Zisman |

Avec "Colourgrade", la Britannique signe un intrigant deuxième album de soul & blues avant gardiste et imbibé de trip-hop...

Devotion était le plus fascinant des ovnis de 2018. Tirzah, protégée de son amie d’enfance Mica Levi alias Micachu, également productrice de ce premier album, déboulait comme une intrigante endormie. Une sorte de funambule slalomant avec sensualité entre R&B mélancolique, néo-trip hop, la soul chloroformée, post-grime et pop expérimentale.

Ces notes de piano ivre, ces boucles floutées, ces basses épaisses, ces couinements louches, ces grincements de porte et surtout cette voix troublante et changeante, sont à nouveau de la partie pour Colourgrade. Micachu également.

Mais ce deuxième opus est viscéralement moins soul que le précédent et encore plus avant-gardiste. Le cerveau de Tirzah reste un intrigant labyrinthe stylistique dans lequel on peut se perdre (Crepuscular Rays) mais où il fait toujours bon s’abandonner (Hive Mind). Et si Tirzah venait d’inventer la soul blues des années 2020 ?

ÉCOUTEZ "COLOURGRADE" DE TIRZAH SUR QOBUZ

 Lire aussi

À découvrir autour de l'article