Votre panier est vide

Rubriques :
News

Fleet Foxes, live céleste

Par Stéphane Deschamps |

La bande de Robin Pecknold publie un "live confiné" enregistré l'an passé dans le cadre magique de la St. Ann & the Holy Trinity Church de Brooklyn...

Plus rien ne sera jamais comme avant vous savez quoi. Avant, les musiciens enregistraient des albums en studio, puis les jouaient sur scène en tournée et parfois concluaient le cycle avec un album live, pour restituer l’énergie et l’émotion de la rencontre avec le public. Et puis, au temps du Covid, les musiciens ont été privés de public (et inversement). Faute de mieux, ils ont fait des concerts confinés, diffusés en direct sur internet. Comme les Fleet Foxes, réduits à leur chanteur-compositeur Robin Pecknold qui, en décembre 2020 et alors que New York se confinait, jouait ses chansons tout seul et sans public en livestream dans une église de Brooklyn. Paru il y a quelques jours, A Very Lonely Solstice est l’enregistrement de ce concert. Pourquoi éditer un an après cet ersatz de concert, une performance qui ne restituera aucun échange avec le public, dont personne ne pourra dire en l’écoutant, « j’y étais » ?

Peut-être, tout simplement, parce qu’elle est très bonne et mérite le partage. Après une céleste introduction par la chorale Resistance Revival Chorus (qu'on retrouvera sur quelques morceaux, dont une reprise de Nina Simone), Pecknold reste seul très en altitude, chantant à la guitare acoustique des morceaux de l’album Shore et d'autres plus anciens. Adeptes en collectif d'un folk-prog hallucinogène, les Fleet Foxes se retrouvent ici en version concentrée. Rien à jeter dans le songwriting de Robin Pecknold, ni dans la solennité émue de son interprétation, comme un écho à la mélancolie qui étreint tous les amateurs de musique depuis le début de l’année 2020.

ÉCOUTEZ "A VERY LONELY SOLSTICE" DE FLEET FOXES SUR QOBUZ

 Lire aussi

À découvrir autour de l'article