Votre panier est vide

Rubriques :
News

Le monde à l’envers

Par Marc Zisman |

A l’heure où chacun s’amuse à faire la liste de ses albums préférés de l’année 2008, un nom revient régulièrement chez les amateurs de rock en tous genres : Fleet Foxes !

Une belle bande de babas made in Seattle, fief pluvieux, mais surtout électrique, peu enclin aux harmonies vocales luxuriantes et feux de camps… Et des harmonies vocales luxuriantes, les Fleet Foxes en ont des wagons ! Bien installé entre l’esprit de Crosby Stills Nash & Young et celui des Beach Boys, ce gang accouche d’un folk baroque à l’écriture époustouflante. Un truc mystique, un machin tout en harmonies, bref un bel ovni qui donne envie de se laisser pousser les cheveux en se promenant dans une cathédrale déserte… On peut également l’écouter, rasé de près, chez soi dans son canapé… Et puis un groupe utilisant un tableau de Bruegel (Le monde à l’envers ) sur la pochette de son disque ne peut pas être foncièrement mauvais, n’est-ce pas ?

 Lire aussi