Votre panier est vide

Rubriques :
Sur Scène

Montmartre jazzy

Par Eva Sauphie |

Le festival parisien Les Arènes du Jazz se déroulera du 20 au 25 juillet aux Arènes de Montmartre.

Pour sa 6e édition, le festival Les Arènes du Jazz représentera des musiciens phares des scènes américaine et française et des artistes plus discrets du 20 au 25 juillet.

Ainsi, l’ouverture du festival sera assurée par le quintet Contact, avec cinq grands improvisateurs et compositeurs, ayant énormément contribué à l’expansion du jazz au cours des 40 dernières années : David Liebman, John Abercrombie, Marc Copland, Drew Gress, et Billy Hart.

Liebman est l’un des maitres du saxophone contemporain, improvisateur hors pair et épris de liberté.

Abercrombie, compagnon de route des frères Brecker, et grand guitariste, a marqué de son empreinte le label ECM.

Quant à Copland, il est considéré comme le pianiste le plus prolifique du siècle (22 albums enregistrés comme leader en dix ans !).

Gress, bassiste connu pour sa grande dextérité, maîtrise autant l’assise rythmique que la pratique de l’instrument en soliste. Il a notamment joué avec Mark Feldman et Ravi Coltrane.

Enfin, Billy Hart, batteur légendaire, a côtoyé Otis Redding, Shirley Horn, Jimmy Smith, ou encore Joe Zawinul.

Suivront ensuite des concerts qui seront tous au service d’un jazz aux couleurs actuelles, avec Martial Solal, plutôt discret alors qu’il est un grand pianiste reconnu dans la totalité du globe, Norma Winstone pionnière de l’improvisation vocale au sein du trio Azimuth avec John Taylor et Kenny Wheeler, trop peu programmée en France, et le clarinettiste Thomas Savy, virtuose malgré son jeune âge et dont le dernier album a été salué par la critique (French suite).

Enfin Christophe Marguet et le Quartet Résistance Poétique présenteront leur dernier album Buscando la luz. Plus souvent invité comme batteur sideman, Marguet est pourtant un rythmicien hors pair, qui pourra s’affirmer pour l’occasion en mélodiste leader.

Enfin, Les Arènes du Jazz s’achèvera par la rencontre au sommet de la fine fleur du jazz français, Michel Portal (sax, clars, bandonéon), Daniel Humair (batterie), Louis Sclavis (sax, clars) et Jean Paul Céléa (basse), quelques monstres sacrés, qui ont su élever et confirmer le talent et l’inventivité du jazz en France.

Renseignements :

Le site de Paris Quartier d’été

Le site de Paris Ateliers