Catégories :

Gidon Kremer - Paavo Järvi : duo de titans

Le 10 mars, Paavo Järvi à la tête de l’Orchestre de Paris et le violoniste Gidon Kremer donnent un concert à la Salle Pleyel autour d'œuvres signées Berg et Beethoven. RETIREZ VOS PLACES AVEC QOBUZ EN ÉCRIVANT A : places@qobuz.com.

Par Max Dembo | Sur Scène | 1 mars 2011
Réagir

Le violoniste Gidon Kremer et l’Orchestre de Paris dirigé par Paavo Järvi donnent un concert, jeudi 10 mars à la Salle Pleyel. Ils interpréteront La Consécration de la maison, ouverture en ut majeur, op.124 et la Symphonie n°4 en si bemol majeur, op.60 de Beethoven ainsi que le Concerto pour violon « A la mémoire d’un ange » d'Alban Berg.

Paavo Järvi a muri la musique de Beethoven pendant plusieurs années et enregistré les symphonies, apportant la preuve que les démarches des pionniers de la musique sur instruments anciens peuvent être source d’inspiration pour des orchestres plus polyvalents. Couronné par la critique, ce projet fut une sorte de laboratoire pour le maestro estonien, qui fait maintenant le pari de renouveler la manière pour l’Orchestre de Paris d'approcher le compositeur.

RETIREZ VOS PLACES AVEC QOBUZ EN ÉCRIVANT A : places@qobuz.com.

Le programme de son concert n’aborde pas les œuvres les plus connues de Beethoven, l’ouverture La Consécration de la maison est rarement au programme des concerts, L’Orchestre de Paris ne l’a d'ailleurs interprétée que deux fois dans son histoire ; de son côté, la Quatrième Symphonie est moins célèbre que l’Héroïque ou la Cinquième mais présente les caractéristiques typiques de la musique beethovénienne. Le Concerto de Berg, composé à Vienne un siècle plus tard, en 1935 est une pièce tonale qui se marie convenablement avec Beethoven. Derrière le violon omniprésent, expressif, l’orchestre disparaît.

Gidon Kremer a collaboré avec l'Orchestre de Paris dans les grands concertos classiques, de Beethoven à Sibelius, dans le répertoire du XXe siècle – Berg ou Chostakovitch – et dans des œuvres contemporaines, principalement des compositeurs de l’Est : Schnittke, Arvo Pärt, Giya Kancheli, Sofia Gubaidulina ou encore Valentin Silvestrov. Musicien infatigable, il a fondé un festival de musique de chambre à son image à Lockenhaus, en Autriche et un orchestre de chambre, la Kremerata Baltica, comme tremplin aux jeunes musiciens des Etats Baltes d’où il est lui-même originaire.

Le site de l'Orchestre de Paris

 Lire aussi

À découvrir autour de l'article

Vos lectures


Inscrivez-vous à nos newsletters