Votre panier est vide

Rubriques :
Sur Scène

Café Zimmermann et Sophie Karthäuser se marient

Par Marc Zisman |

Le 22 décembre, l’ensemble Café Zimmermann et la soprano Sophie Karthäuser offriront des Cantates de mariage de Bach au public parisien du Théâtre de la Ville.

Cinq instrumentistes à archet et un clavecin : le miracle Café Zimmermann se produira sur la scène du Théâtre de la Ville, samedi 22 décembre à 20h30. Référence au lieu éponyme de Leipzig où l’on jouait Bach et Telemann au XVIIIe siècle devant quelques privilégiés, cet ensemble baroque dont l’effectif à géométrie variable selon les programmes, incarne aujourd’hui la subtilité de pensée d’un moment exceptionnel dans l’histoire musicale.

Pour sa septième escale au Théâtre de la Ville, Café Zimmermann a convié une voix dont le nom ne cesse de grandir : Sophie Karthäuser. Nouvelle star du chant mozartien, la jeune cantatrice belge est unanimement couverte d’éloges par la critique. « Lumière du timbre, pureté du legato, perfection du style » pour les uns, «merveille de grâce et de sensibilité » pour d’autres, «intensité déchirante dans la nuance piano, ligne de chant et legato qui sont Mozart même » pour d’autres encore…

Ce 22 décembre, Karthäuserchantera des Cantates de mariage de Bach… La plupart des cantates profanes du Cantor de Leipzig étaient des œuvres dites de circonstance, c’est-à-dire destinées à rehausser les événements les plus divers de la vie sociale ou familiale : les cérémonies officielles de l’Université de Leipzig comme les réunions de café, les visites de chefs d’état comme les anniversaires ou encore les funérailles. Elles embrassent donc un large éventail de styles et de climats, du rire aux larmes.

Pour une Mozartienne comme Sophie Karthäuser, avoir chanté sa première Pamina avec René Jacobs, sa première Susanna avec William Christie et Ilia avec Marc Minkowski dans le temple français du chant mozartien qu’est le Festival d’Aix-en-Provence, il y a quelque chose qui relève du Grand Chelem. Mozart est bel et bien le guide spirituel penché sur la carrière de Karthäuser, elle ne le quitte pas et dès qu’elle s’en écarte, la voilà qui l’embrasse à nouveau. Le label Cyprès enregistrait en 2006 une Intégrale des mélodies de Mozart alors qu’elle était en tournée avec ce même programme à travers l’Europe. C’est Mozart qui lui vaut le titre de Reine dans Le Monde, c’est Mozart qui lui vaut les lauriers du Figaro et de Diapason et pourtant Händel, Rameau et Lully mais aussi Boesmans, Mernier et Hosokawa lui valent des succès internationaux. Les Arts Florissants la choisissent pour le rôle titre de Susanna de Händel à l’occasion de leur trente ans, Kurt Masur l’invite au Gewandhaus, Carnegie Hall lui offre son premier récital new-yorkais en 2012 et Paris l’attendra dans pas moins de quatre productions. Quant à son nouveau disque enregistré en octobre 2006, sur la scène de La Monnaie, il livre les prémices d’une carrière qui n’a pas fini de faire parler d’elle.

Grâce à l’appui de la Fondation Belge pour la vocation, Sophie Karthäuser qui naquit à Malmedy, en Belgique, en 1974, complète sa formation à la Guildhall School of Music and Drama de Londres auprès de Noelle Barker. Elle a été entendue en concert avec des ensembles tels que l’Academy of Ancient Music, les Arts Florissants, La Petite Bande, Les Folies Françoises, Die Akademie für Alte Musiek, le Freiburger Barockorchester, le Gewandhaus de Leipzig. Elle a chanté sous la direction de chefs prestigieux tels que Louis Langrée, Sigiswald Kuijken, William Christie, René Jacobs, Marcello Viotti, Kazushi Ono, Christian Zacharias, Thomas Hengelbrock, Riccardo Chailly et travaillé avec les metteurs en scène Willy Decker, Vincent Boussard, Philippe Sireuil, David McVicar, Trisha Brown, Anne Teresa de Keersmaeker…

Récitaliste accomplie, Sophie Karthäuser a remporté en 2003 le Prix du public au Wigmore Hall Song Contest, l’un des meilleurs concours de mélodie du monde. On l’a entendue en récital à La Monnaie aux côtés de José van Dam ainsi qu’au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles, à la Philharmonie de Cologne avec Graham Johnson et aux opéras des Flandres, Lille, Bordeaux, Nantes.

Mozartienne, sa première Pamina en mai 2005 à La Monnaie de Bruxelles, sous la direction de René Jacobs, fait sensation. Sophie Karthäuser a chanté sa première Susanna (Nozze di Figaro) avec William Christie à l’Opéra de Lyon et Ilia (Idomeneo) au Festival d’Aix-en-Provence sous la direction de Marc Minkowski.

Situé rue Sainte-Catherine à Leipzig, le café de Gottfried Zimmermann accueillait au XVIIIe siècle les concerts donnés chaque semaine par les musiciens du Collegium Musicum. Celui-ci, fondé par Georg Philipp Telemann, et dirigé par Jean-Sébastien Bach entre 1729 et 1739, donnait à entendre à un public de mélomanes éclairés des cantates profanes et de la musique instrumentale. De nombreux musiciens, venus de tous les horizons se rendaient alors à Leipzig ou à Dresde sa ville voisine pour y rencontrer le célèbre Cantor ou pour participer à l’exceptionnelle vie musicale qui y régnait. Ainsi, le café de Monsieur Zimmermann nous ouvre-t-il de vastes perspectives de répertoire : la musique de Bach et ses fils, celle de Telemann ou des musiciens de l’orchestre de la Chapelle de Dresde mais aussi celle de nombreux compositeurs européens, connue notamment grâce aux partitions qui circulaient.

C’est en référence à l’esprit ouvert et convivial de ces rencontres entre public, répertoire et musiciens que Pablo Valetti et Céline Frisch ont fondé en 1998 l'ensemble Café Zimmermann. Ils réunissent autour d’eux une formation allant de cinq instruments à archet et clavecin à un orchestre de 25 musiciens en fonction des différents programmes.

Café Zimmermann a été invité à jouer pour des saisons et des festivals spécialisés : le Théâtre de la Ville bien entendu, et la Cité de la Musique à Paris, l’Automne musical du château de Versailles, les festivals de musique baroque de Pontoise, de Sablé sur Sarthe, de Lanvellec, le Printemps des Arts de Nantes, le Grand Théâtre de Bordeaux... L’ensemble a également joué en tournée à travers toute l’Europe, la Turquie, les Etats-Unis et l’Amérique du Sud.

Le site officiel de Sophie Karthäuser

Le site officiel de Café Zimmermann

Le site officiel du Théâtre de la Ville

À découvrir autour de l'article