Catégories :

Le Concours Rostropovitch va-t-il disparaitre ?

Bras de fer entre la Mairie de Paris et l'Association pour la création et la diffusion artistique, organisatrice du Concours International Rostropovitch censé se dérouler du 27 octobre au 8 novembre.

Par Marc Zisman | Nominations et Prix | 23 septembre 2009
Réagir

Christophe Girard, adjoint au Maire de Paris chargé de la Culture, a répondu à l'organisateur du Concours International de Violoncelle Rostropovitch qui menace de l'annuler en raison d'une baisse annoncée de sa subvention, qu'on « n'est plus à l'époque du tout argent public ».

Claude Samuel, président de l'Association pour la création et la diffusion artistique (ACDA), organisatrice des sept Concours internationaux de la ville de Paris dont le concours Rostropovitch, avait déclaré à l'AFP être « au bord de l'annulation craignant que le Conseil de Paris ne vote la semaine prochaine une subvention réduite à 250.000 euros contre 520.000 euros en 2001 ».

L'adjoint au Maire de Paris a souligné, toujours auprès de l'AFP, qu'en 2001 l'Association avait reçu « 520.000 euros alors que la municipalité précédente allouait 370.000 euros pour l'organisation des deux concours annuels » sur les sept que gèrent l'association.

« L'an dernier, pour l'organisation des deux concours Rampal et Laskine, l'ACDA avait reçu 300.000 euros. Cette année, il avait été convenu qu'il n'y ait qu'un seul concours, ce que Monsieur Samuel avait accepté, et il est prévu que l'association reçoive 250.000 euros », a-t-on précisé par ailleurs à la mairie. « Cela fait des années que je dis à Claude Samuel « vous devez trouver du mécénat » », a dit Christophe Girard à l'adresse de l'organisateur du prestigieux Concours Rostropovitch, qui doit avoir lieu à Paris du 27 octobre au 8 novembre.

« Cela m'inquiète que cette association ne sache pas trouver des mécènes privés. Pourquoi Claude Samuel n'approche pas Pierre Bergé qui défend la musique partout ou des grandes sociétés qui soutiennent la musique, d'autres organismes et des grands patrons qui font la même chose ? », demande-t-il. « On n'est plus à l'époque du tout argent public », a-t-il dit en ajoutant qu'il s'agit d'un « mauvais procès en période de crise ».

Christophe Girard « met en garde » également Claude Samuel affirmant qu'il conditionnera devant le Conseil de Paris le versement de la subvention à l'organisation effective du concours.

Pour Claude Samuel, « à terme, la mairie veut complètement arrêter les concours ! La municipalité a engagé beaucoup de nouvelles dépenses culturelles mais a supprimé tout ce qui relève d'une culture peu ou prou classique »

Le site officiel du Concours Rostropovitch

 Lire aussi

À découvrir autour de l'article

Vos lectures


Inscrivez-vous à nos newsletters