Catégories :

QIBUZ / Lundi 3 décembre 2012

Chaque lundi, QIBUZ soulève les cartes et interroge l’actualité musicale. Indiscrétions et confidences, décryptages et relectures, révélations et révolution : voici la rubrique coquine de Qobuz.com. la vérité est toujours bonne à lire !

Qibuz Lundi | 3 décembre 2012
Réagir






Nick Cave & The Bad Seeds, le retour

Pour patienter jusqu’au 18 février, Nick Cave et ses Bad Seeds proposent quelques images de l’enregistrement de leur nouvel album. Intitulé Push The Sky Away, il fera suite à Dig !!! Lazarus Dig !!! paru en 2008. Enregistré par Nick Launay à La Fabrique, à Saint-Rémy de Provence, il réunit Warren Ellis, Martyn Casey, Thomas Wydler, Jim Sclavunos et Conway Savage. Quelques images accompagné d’un titre pour découvrir la musique à attendre de cette cuvée 2013 du Sinatra punk australien…







Disparition de Kélétigui Diabaté

Célèbre maître du balafon et ancien membre des Ambassadeurs, le Malien Kélétigui Diabaté s’est éteint à Bamako à l’âge de 81 ans. Né en 1931, il était réputé au Mali et à l’étranger comme un maître du balafon, cette sorte de xylophone à grosse calebasse originaire d’Afrique de l’Ouest, un art qu’il a transmis à son fils Fasséry. Il fut l’un des premiers à avoir accordé cet instrument aux normes occidentales. Kélétigui Diabaté a été membre fondateur d’un groupe historique à l’indépendance du Mali en 1960, Formation A (ou Orchestre national A). Il a joué notamment dans les Ambassadeurs, mythique orchestre dans lequel évoluera également Salif Keïta. Kélétigui Diabaté a également cheminé longtemps avec Toumani Diabaté, virtuose de la kora, avant d’accompagner ces dix dernières années Habib Koité et son groupe Bamada. Il a aussi à son actif un album prisé des puristes, Sandiya.





Le nouveau Beck chanté par… vous ?

Pour son nouvel album, Beck innove. A paraître le 7 décembre chez l’éditeur McSweeney's, le dernier opus du songwriter n’en sera pas vraiment un. Pardon ? Beck propose un kit de vingt nouvelles chansons présentées sous la forme de partitions rassemblées dans un livre intitulé Song Reader. Chacun pourra donc s'approprier ses nouvelles compositions, comme bon lui semble, comme le prouve la vidéo du dénommé Rod ci-dessous… Et surtout, propager sa propre version sur un site à cet effet : http://songreader.net. Dès ce soir, lundi 3 décembre, à Londres, un groupe de musiciens triés sur le volet jouera le jeu : Ed Harcourt, Carl Barât, Steve Mason du Beta Band et Liela Moss de The Duke Spirit.





Des lauriers pour Led Zep et Buddy Guy

Le groupe Led Zeppelin et le bluesman Buddy Guy comptent par les récipiendaires des prix du Kennedy Center pour 2012. Les numéros de l’animateur David Letterman ont été élevés au rang de classiques de la culture américaine alors que le comique de fin de soirée est devenu lui aussi l’un des lauréats des prix en compagnie de deux autres artistes, l’acteur Dustin Hoffman et la ballerine Natalia Makarova. Des stars de New York, d’Hollywood et du monde de la musique se sont jointes au président Barack Obama à la Maison-Blanche, dimanche soir, pour rendre hommage aux célébrés. Les prix du Kennedy Center constituent la plus haute récompense à être décernée à celles et ceux qui ont influencé la culture américaine à travers les arts. Les gagnants seront célébrés par leurs collègues à l’occasion d’un spectacle qui sera diffusé le 26 décembre à CBS. Le président Obama a provoqué des rires chez ses invités en décrivant les récipiendaires comme des «gens extraordinaires que rien ne destine à se retrouver ensemble sur une même scène». Le président a également remercié les membres de Led Zeppelin de s’être bien comportés à la Maison-Blanche, en raison de leur habitude de «dévaster des chambres d’hôtel». Blagues à part, Barack Obama a affirmé que les lauréats avaient aidé les Américains à voir la vie d’une nouvelle manière, à entendre d’une façon différente, à découvrir quelque chose en eux ou à apprécier la beauté du monde.







Une Grosse Pomme pour les Francos 2013

A l'occasion de l'anniversaire de la disparition d'Edith Piaf, les Francofolies partiront à la conquête de l'Amérique en septembre 2013 avec trois jours de concerts à New York, un projet aux airs de « David contre Goliath », a expliqué à l'AFP Gérard Pont, le patron du festival. « L'idée d'exporter les Francos à New York, c'est de la mégalomanie, le goût du risque, un défi. C'est aussi l'idée double de faire valoir notre patrimoine et nos jeunes talents aux Américains… Jadis Maurice Chevalier, Edith Piaf, Aznavour réussissaient bien à conquérir l'Amérique. Je voudrais qu'on arrive progressivement à faire renaître la langue française dans la musique américaine », a-t-il ajouté. Annoncé lors des dernières Francofolies de La Rochelle, le festival, qui se tiendra du 19 au 21 septembre, s'appuie sur le cinquantième anniversaire de la disparition de Piaf, le 10 octobre prochain. Les Francos veulent réunir des artistes français et américains pour une soirée-hommage à celle qui reste la plus grande ambassadrice de la chanson française. Julien Clerc, Catherine Ringer, Jean-Louis Aubert, Patricia Kaas, mais aussi Seal, Liza Minelli, Beth Ditto et Scarlett Johansson ont déjà donné leur accord, et d'autres artistes prestigieux sont évoqués. Toujours selon l’AFP, trois autres soirées seront consacrées à la promotion des jeunes talents français, une autre à la scène électro. Les Francos Juniors, des concerts pour le jeune public dont les Francofolies ont fait l'une de leurs marques de fabrique, seront également de l'aventure. Auparavant, la prochaine édition des Francofolies de la Rochelle, du 12 au 16 juillet 2013, verra l'arrivée d'une nouvelle équipe, après le départ annoncé cet automne du programmateur Kevin Douvillez. Pour le remplacer, Marc Cardonnel venu des Nuits de Fourvière, Florence Jeux chargée des jeunes talents, Clarisse Fieurgant pour les créations. Emilie Yakich (chantier des Francos) et Delphine Lagache (Francos Junior) restent en place. « Il va y avoir des traits de personnalités différents, mais moi je ne bouge pas, donc les Francos resteront dans la fidélité de ce qu'on a fait par le passé », assure Gérard Pont. « Notre ligne, c'est de défendre ce qu'on produit en France, défendre nos artistes et c'est aussi l'originalité: programmer des concerts dans des lieux improbables, des documentaires, les Francos Littéraires », dit-il.





Une Folle Journée franco-espagnole

Du 30 janvier au 3 février 2013, la Folle Journée de Nantes consacrera sa 19e édition à la musique française et espagnole depuis 1850, de Georges Bizet à Pierre Boulez. Des pièces signées notamment Camille Saint-Saëns, Gabriel Fauré, Claude Debussy, Maurice Ravel, Isaac Albéniz, Manuel de Falla, mais aussi d'Erik Satie et Olivier Messiaen seront revisitées par les meilleurs orchestres et chœurs sélectionnés dans le monde. Selon les organisateurs, l'accent sera mis sur ce qui constitue véritablement l'âge d'or de la musique française : des années 1870 aux années 1940. La Folle Journée se déclinera aussi en région Pays de la Loire du 25 au 27 janvier, mais aussi à Bilbao en Espagne du 1er au 3 mars, au Japon du 26 avril au 9 mai, à Montréal au Canada en mai, Rio de Janeiro au Brésil et Varsovie en Pologne en septembre et en Chine en décembre 2013. La billetterie de cette cuvée 2013 ouvrira samedi 5 janvier aux guichets de la Cité, centre des congrès, et le 6 janvier sur internet sur le site www.follejournee.fr.


Vous aimez QIBUZ ? Vous pouvez nous adresser vos tuyaux pas percés, informations, commentaires ! Écrivez-nous à : qibuz@qobuz.com

À découvrir autour de l'article

Vos lectures


Inscrivez-vous à nos newsletters