Votre panier est vide

Rubriques :
Chers disparus

La mort de Jim Marshall

Par Marc Zisman |

L’un des plus grands photographes de l’histoire du rock s’est éteint à l’âge de 74 ans.

Jim Marshall est décédé le 24 mars dans un hotel à New York. Le photographe américain était âgé de 74 ans. Le majeur dressé de Johnny Cash face à l’objectif ? C’était lui ! Hendrix brûlant sa Stratocaster à Monterey ? C’était lui ! Toutes ces images entrées dans la mythologie de la musique populaire d'après guerre sont signées Marshall.

Après avoir débuté sa carrière comme photographe professionnel en 1959, Jim Marshall s’est rapidement spécialisé dans les stars de la pop et du rock, couvrant les concerts et les tournées d’artistes comme les Rolling Stones, Bob Dylan, les Who, Miles Davis et Ray Charles. Il fut par exemple le seul photographe accrédité dans les backstages du dernier concert des Beatles à Candlestick Park, le stade de baseball de San Francisco en 1966.

C’est également Jim Marshall qui photographia les Stones lors de leur célèbre tournée de 1972. En entretenant d’excellentes relations avec ses « sujets », il put aisément avoir accès aux événements les plus mythiques de l’histoire du rock durant les années 70...

Né le 3 février 1936 à Chicago, Jim Marshall grandit à San Francisco. Il s’achète son premier appareil photo au collège et s’amuse à immortaliser les artistes de la scène montante locale. Comme dans un conte de fée, il a la chance de rencontrer John Coltrane qui l’autorise à le photographier. Le jeune Marshall en prend pour neuf rouleaux !

Installé à New York, il est rapidement embauché par les labels Atlantic et Columbia qui lui commandent des séances en studio avec leurs artistes. Il shoote ainsi Dylan et Charles notamment. Mais c’est à l’occasion de son retour à San Francisco à la fin des années 60 qu’il accomplit ses travaux les plus mythiques, prenant des centaines d’images du Grateful Dead, Janis Joplin, Jefferson Airplane et Calos Santana.

Jim Marshall a travaillé tout au long de sa vie, jusqu’à récemment encore. De John Mayer à Ben Harper en passant par Lenny Kravitz et Velvet Revolver, ils sont peu nombreux à n’être pas passés devant son objectif. Cependant, durant les années 80, son addiction à la cocaïne l’éloigne de la scène musicale. Au début des années 90, il refait progressivement surface, demandé par les jeunes générations de musiciens d’alors comme les Red Hot Chili Peppers.

Jim Marshall a publié cinq livres de ses travaux et a fait l’objet de nombreuses expositions aux quatre coins du monde. Lui qui n’a jamais eu d’enfants aimait à répéter : « Mes photos sont mes enfants. »

Le site officiel de Jim Marshall

 Lire aussi

À découvrir autour de l'article