Catégories :

Disparition de George Brecht

Chimiste, élève de John Cage et plasticien minimaliste, l’artiste pluridisciplinaire du mouvement Fluxus était âgé de 82 ans.

Par Marc Zisman | Chers disparus | 15 décembre 2008
Réagir

George Brecht est décédé le 5 décembre en Allemagne à Cologne où il vivait depuis 1972. De son vrai nom George MacDiarmid, il fut un artiste minimaliste et un compositeur (si l’on peut parler de composition…) mais aussi un chimiste professionnel qui travaillera pour des compagnies aussi importantes que Pfizer, Johnson & Johnson voire la société pétrolière Mobil.

Membre phare du mouvement Fluxus, il se baptise Brecht en hommage à Bertolt Brecht. Fluxus est un mouvement d'art contemporain né dans les années 60 qui toucha principalement les arts visuels mais aussi la musique et la littérature. Fluxus réécrit à chaque concert sa propre histoire et a certainement marqué de son influence les pratiques contemporaines.

Né à New York le 27 août 1926, George Brecht fait des études de chimie, et des recherches dans plusieurs laboratoires pharmaceutiques jusqu’en 1965. Il est l’auteur de plusieurs brevets. Ayant par ailleurs étudié l’histoire de l’art, il commence une pratique artistique en s’intéressant à l’aléatoire en 1953 ; il écrit Chance Imagery (Imagerie du hasard.

Curieux de l’œuvre de John Cage, George Brecht suit ses cours à la New School for Social Research de New York en 1958-1959.

En 1959, sa première exposition personnelle s’intitule Toward Events (Vers les événements) à la galerie Reuben à New York. En 1963, il organise avec Robert Watts le Yam Festival à New York, un ensemble d’événements multiformes regroupant l’intervention de nombreux artistes. Membre phare du mouvement Fluxus, George Brecht rassemblera ses compositions sur des petites cartes, qui seront éditées par George Maciunas. Les boîtes et l’arrangement d’objets ordinaires prennent alors une grande place dans son œuvre, qui s’organise en 1964 comme les pages et chapitres d’un livre : The Book of the Tumbler on Fire.

Brecht séjourne à Rome, puis revient à New York, organisant avec Robert Watts les Monday Night Letters, performances hebdomadaires au Café Go Go. Il y rencontre Robert Filliou, avec qui il tient entre juillet 1965 et mars 1968 La Cédille qui sourit à Villefranche-sur-mer, près de Nice.

S’installant ensuite à Londres, puis, définitivement, en Allemagne en 1970, George Brecht expose encore quelques années régulièrement, avant de se retirer du monde de l’art.

Vos lectures


Inscrivez-vous à nos newsletters