Votre panier est vide

Rubriques :
Interview

Tobias Forge de Ghost : “Faire un album, c’est un peu comme travailler dans le cinéma”

Par Maxime Archambaud |

En 2018, les fans de Ghost découvraient “Prequelle”, un quatrième album aux inspirations clairement orientées 80’s. Totalement décomplexé, Tobias Forge, le cerveau du groupe suédois, proposait des mélodies savoureuses nous ramenant au meilleur du rock tout en conservant l’identité mystique d’un groupe qui fascine de plus en plus à chaque sortie. Le Covid aura malheureusement retardé la suite des aventures du Cardinal Copia, devenu Papa Emeritus IV (alter ego de Tobias sur scène) entre-temps. “Impera”, nouvelle offrande un peu plus heavy, mais aussi digne suite de “Prequelle”, débarque alors que les concerts reprennent, parfois dans la douleur. On en parle avec Tobias Forge.

Bonjour Tobias. Dans quel état d’esprit êtes-vous avant le début de l'Impera Tour à Manchester ?

Bonjour ! En ce moment, je suis toujours en Suède. Une des raisons pour lesquelles je suis toujours ici est la même vieille histoire que l'on entend partout ces dernières années : le Covid. Tout est très dépendant des transports, bien sûr, et des autorités de chaque pays. Avec ces retards, tout notre matériel a voyagé depuis que nous avons arrêté la tournée américaine au début du mois de mars, il vient d'arriver au Royaume-Uni aujourd'hui ou hier, à peine quelques jours avant le début des concerts…

Ça doit être compliqué de tout programmer comme vous le souhaitez. Cette tournée sera-t-elle très proche de ce que vous avez fait pour Prequelle ?

Je ne vais pas mentir, tout a pris du retard. Nos équipes sont déjà sur place [au Royaume-Uni] pour que tout soit en ordre. Le show que nous jouerons pendant l'Impera Tour sera plus court comparé à notre dernière tournée européenne. À cette époque, nous jouions deux heures et demie avec un entracte. Pour cette tournée, ce sera plutôt une heure et demie ou quelque chose de similaire, ça correspondra au spectacle que nous avons fait aux États-Unis en janvier, février, mars, mais dans une version allongée.

Impera est un album que l'on peut facilement imaginer être joué entièrement lors des concerts. Avez-vous envisagé cette option ?

A un moment donné peut-être, mais ce ne sera pas tout de suite. Je pense que nous ne sommes pas encore prêts. Il faudra être un peu plus rodés pour faire cela. Honnêtement, entre la tournée américaine et celle-ci, nous n’avons pas pu travailler comme nous le souhaitions. Nous vivons à différents endroits du globe et nous n'avons pas eu l'occasion de reconfigurer la tournée pour en faire quelque chose de complètement différent. Mais nous pourrions le faire à l'avenir, car ce que vous verrez pendant la tournée européenne ne sera pas la même chose que ce que vous verrez plus tard dans l'année, ou l'année prochaine. Nous allons continuer à changer pas mal de choses tout au long du cycle des tournées. Plus que nous ne l'avons jamais fait auparavant.

Hunter's Moon est la première chanson d'Impera que nous avons entendue à la fin de 2021. Nous savions qu'elle faisait partie du film Halloween Kills, mais dans votre esprit, était-il prévu que cette chanson fasse partie d'Impera ?

Pas initialement, lorsque nous avons commencé à enregistrer en 2018. Hunter's Moon était censé être un morceau séparé d’une œuvre entière, mais je n'étais pas satisfait du résultat. J'ai trouvé que la version que nous avions envoyée aux équipes d’Halloween Kills n'était pas totalement à mon goût. J'ai donc voulu la refaire pour Impera car l'impression que c'était une chanson forte qui devait aussi faire partie d'un tout ne me quittait pas. Bien sûr, faire partie d'un album est une chose plus imposante, j’avais donc besoin de la “réparer”. Le seul moyen de diffuser ma version était de l’intégrer. C'est ce morceau optimiste et pop que j'avais en tête lorsque je pensais à Impera.

Est-ce qu'Impera ressemble à ce que vous aviez en tête il y a quelques années lorsque vous avez planifié cet album ?

C'est un peu comme travailler dans le cinéma. Vous pouvez avoir un script, une histoire, etc.. Mais au final, le résultat final prend son identité par rapport aux prises, aux acteurs et aux circonstances. Je pense vraiment que c'est la même chose pour un album et les morceaux qu'il contient. Vous pouvez avoir une idée à laquelle vous vous tenez pendant des années, mais le disque n'est jamais fait avant la dernière étape de l'enregistrement parce que vous êtes toujours en train de modifier quelque chose, un mot, une note ou une chanson. Il ne peut jamais être planifié à 100 % et sortir du four dans l’état exact dans lequel vous l’avez imaginé. Quand je dis que je sais déjà quel est le plan d'un album, il s'agit vraiment du concept et de tout ce qui l'entoure.

Vous avez déjà en tête ce qui viendra après Impera ?

J'ai un concept très clair de ce que je veux pour le prochain album. Je connais le titre. Je sais de quels sujets traiteront les paroles, quel genre de titres de chansons je veux. Je sais comment je veux progresser en partant de ce concert que nous avons et que vous verrez à Paris vers le prochain concert que nous allons faire en 2024 et les différences majeures entre les deux. Bref, j'ai ma feuille de route concernant ce que je veux bâtir, mais je ne sais pas exactement comment je vais le faire. (Rire.)

Pouvez-vous nous en dire plus sur la statue de Papa Emeritus que l'on peut voir sur la pochette d'Impera ? Elle semble incomplète.

L'idée de la statue est qu'elle est encore en construction. Si vous dépliez la pochette, vous verrez la ville pauvre, calme et industrielle à l'extérieur, regardant le grand bâtiment énorme qui est l'église de l'État, dans lequel tout l'or du pays a été investi pour faire une énorme statue du dictateur. Tous les matériaux nécessaires à sa construction ont été retirés du reste du pays.

Le message ne pourrait pas être plus clair !

Il était important qu'elle ne soit pas terminée. Si vous regardez attentivement la statue, vous voyez à quel point les gens qui l'entourent sont petits par rapport à la taille de l'œuvre. Il faut une énorme quantité de richesses, une énorme quantité de main-d’œuvre pour terminer cette statue. Et elle pourrait d’ailleurs ne jamais être terminée.

Pouvez-vous nous en dire plus sur les guitares d'Impera ? Avez-vous changé quelque chose dans le processus d'écriture et d'enregistrement par rapport à Prequelle ?

Tout d'abord, je veux vraiment dire qu’il y a autant de guitares sur Impera qu’il y en avait sur Prequelle, pas plus, pas moins. J'avais enregistré toutes les guitares pour toutes les démos et la préproduction de toutes les chansons. Mais lorsque nous sommes entrés dans le processus d'enregistrement pur, une chose que l'on pouvait faire avec les équipements d'enregistrement modernes était d'utiliser toutes les pistes de démos. Cela nous aurait fait gagner énormément de temps. Utiliser toutes ces guitares qui avaient déjà été enregistrées, c'est un rêve. Malheureusement, elles ont été enregistrées à différents moments de l'écriture et du processus de démo, qui s'est étalé sur un an et demi, en gros. Donc, si vous écoutiez les démos, les guitares sonnaient différemment d'un couplet à un refrain en fonction de la période d'enregistrement. C'était bizarre, et c'était presque impossible de les utiliser. Nous devions les réenregistrer, et pendant les six mois où j'aurais pu le faire, j'avais besoin de faire beaucoup d'autres choses.

C'est probablement le bon moment pour parler de la collaboration de Fredrik Åkesson, le guitariste du groupe Opeth, sur Impera.

Nous avions besoin d'avoir quelqu'un qui puisse lire et suivre toutes les pistes de guitare en un clin d'œil. Fredrik est phénoménal non seulement en tant que musicien virtuose de la guitare, mais aussi pour imiter un son ou un toucher particulier. Il aime jouer pendant des heures et des heures chaque jour. C'est un bon ami à moi et nous sommes quasiment voisins. Désolé, je change un peu de sujet, mais vous savez, habituellement, lorsque tout fonctionne normalement dans le monde, Opeth est généralement en tournée lorsque je suis à la maison et lorsque je suis en tournée, ils sont à la maison. Donc nous nous voyons à peine. Mais pendant le Covid, bien sûr, l'un des grands avantages était que tout le monde était là et que les gens voulaient avoir des choses à faire. C'était très amical comme démarche de l’avoir avec nous, et très simple: “Hé, tu veux venir et faire quelque chose de fun ? Oh et, s'il te plaît, jette un œil aux solos pendant que t'y es et fais en sorte qu'ils sonnent un peu mieux.” (Rire.)

Lors du dernier concert de l'ère Prequelle, le Cardinal Copia est devenu Papa Emeritus IV. Etait-il évident pour vous d'en faire le quatrième Papa ?

Comme je l'ai toujours dit, nous avions besoin de voir son parcours en tant que Cardinal Copia pour savoir s'il méritait de devenir le prochain Papa. Je pense qu'il a réussi !

Il semblait un peu absent dans la vidéo du Chapter 10, un peu triste même. Est-ce qu'il va bien ?

J'espère vraiment que oui…

Le nouvel album de Ghost, Impera, est à découvrir par ici.

Ghost va entamer une tournée européenne intitulée Imperatour qui débutera le 9 avril à Manchester. Ils seront à Paris, à l’Accor Arena le 18 avril. Uncle Acid & The Deadbeats ainsi que Twin Temple seront chargés d’ouvrir les hostilités.

Pour acheter vos billets pour la date française à l'Accor Arena, c'est ici.

9 avril 2022 Manchester, Angleterre, AO Arena
11 avril 2022 Londres, O2 Arena
13 avril 2022 Glasgow, Ecosse, OVO Hydro
15 avril 2022 Birmingham, Angleterre, Resorts World Arena
17 avril 2022 Rotterdam, Pays-Bas, RTM Stage
18 avril 2022 Paris, France, Accor Arena
19 avril 2022 Cologne, Allemagne, Lanxess Arena
21 avril 2022 Leipzig, Arena Leipzig
22 avril 2022 Francfort, Festhalle Francfort
24 avril 2022 Prague, République Tchèque, O2 Arena
27 avril 2022 Tampere, Finlande, Tampere Deck Arena
29 avril 2022 Stockholm, Suède, Avicii Arena
30 avril 2022 Oslo, Norvège, Oslo Spektrum
1er mai 2022 Malmö, Suède, Malmö Arena
3 mai 2022 Bruxelles, Belgique, Forest National
5 mai 2022 Milan, Italie, Mediolanum Forum
7 mai 2022 Badalona, Espagne, Palau Municipal d'Esports de Badalona
8 mai 2022 Madrid, Palacio Vistalegre
11 mai 2022 Vienne, Autriche, Wiener Stadthalle
13 mai 2022 Zurich, Suisse, Hallenstadion
15 mai 2022 Hanovre, Allemagne, ZAG-Arena
16 mai 2022 Munich, Olympiahalle
18 mai 2022 Budapest, Hongrie, László Papp Budapest Sports Arena

Crédits visuels tournée américaine © Ryan Chang

À découvrir autour de l'article