Votre panier est vide

Rubriques :
Bancs d'essai

Test Hifi ROSE RA180 : un amplificateur rétrofuturiste à la sonorité puissante et chaleureuse

Par Alban Amouroux |

Pour les amoureux de la belle mécanique un peu rétro, l’amplificateur intégré stéréo RA180 suscite un fort intérêt pour son design. Avec ce très bel objet, Hifi ROSE nous propose une relecture de l’appareil Hi-Fi où classicisme et technologies modernes font bon ménage. Néanmoins, le fonctionnement reste simple et ce sont finalement les performances sonores qui mettent tout le monde d’accord.

La société sud-coréenne Hifi ROSE est encore jeune avec seulement cinq années d’existence. Elle a réussi dans ce laps de temps à construire une image de marque sérieuse. Les premiers produits étaient principalement des streameurs avec un parti pris déjà fort en termes d’esthétique. ROSE a choisi de remplir la totalité de la façade de ses appareils connectés avec un écran tactile au format CinemaScope dont l’identité est résumée par la signature « Audio with screen » (le son avec un écran). Cette interface graphique adaptée, similaire aux déclinaisons des smartphones, offre chez ROSE un accès à l’ensemble des fonctionnalités de façon très simple. Nous avions testé le modèle RS201E avec étage d’amplification intégré qui nous avait déjà fait forte impression.

Actuellement, le RS150 est le streameur haut de gamme de la marque. Dans la largeur typique d’un appareil Hi-Fi, il présente et donne accès à la musique de façon pratique et élégante, avec, entre autres, l’intégration native de Qobuz. ROSE a décidé de créer le parfait complément avec l’amplificateur RA180 dont les dimensions sont visuellement identiques. Quand le streameur joue dans le monde du numérique avec un large écran tactile comme seule interface, le RA180 est purement analogique, aussi bien dans sa connectique que dans la façon de le piloter à travers ses multiples boutons, contacteurs et potentiomètres. Il nous tardait de pouvoir mettre la main – et les oreilles – dessus.

Caractéristiques

● Amplificateur intégré stéréo
● Prix : 5 999 €
● Puissance : 4x200 watts ou 2x400 watts sous 4/8 ohms
● Facteur d’amortissement : >150
● Distorsion : 0,006 % @ 50 watts
● Rapport signal/bruit : 108 dB (symétrique)
● Connectivité : 1x entrée symétrique XLR, 4x entrées asymétriques RCA dont 1x phono (MM/MC), 1x sortie subwoofer, 8x borniers haut-parleurs, entrées IR & trigger
● Autres : filtrage actif 2 voies complet, télécommande IR
● Dimensions (l x h x p) : 430 x 110 x 350 mm
● Poids : 16,7 kg

Présentation générale du ROSE RA180

Le design appliqué par ROSE au RA180 est assez exceptionnel dans le monde actuel de la Hi-Fi. Non pas qu’elle soit la seule marque à oser le style rétro/vintage, mais on l’a rarement vu poussé aussi loin. Pour ce qui est des commutateurs et des vumètres, il y a un petit côté Nagra des années 60 et leurs fameux enregistreurs à bandes. Toutefois, on a rarement vu autant de commandes sur la façade d’un appareil audio, surtout aussi haut de gamme.

Car le haut de gamme actuel vise plutôt la sobriété, si l’on écarte les quelques fabricants ayant choisi la voie de l’ostentatoire. L’amplificateur ROSE RA180 parvient finalement à rester simple grâce à l'usage d’un coloris argent unique pour le châssis et toutes les commandes. Il n’y a aucune couleur ni inscription qui ressortirait trop. En revanche, les engrenages motorisés liés au bouton de volume peuvent paraître un peu too much, mais c’est aussi ce qui fait le charme de cet appareil, le petit plus que l’on aura envie de montrer à ses amis.

Le rétroéclairage de couleur jaune se retrouve sur la plupart des commandes. Il est aussi utilisé pour les vumètres et le témoin du niveau de volume. Certaines fonctions peuvent être désactivées, dans ce cas, les boutons correspondants ne sont plus éclairés. Le niveau d’éclairage global est réglable sur trois paliers. Cet éclairage doux est bien adapté au design de l’appareil. Il fait écho au cercle doré des pieds amortissants sur mesure fabriqués par Hifi ROSE. Sur le principe du tripode, ils ne sont que trois : un à l’avant au centre et deux à l’arrière.

La connectique est originale pour un amplificateur intégré stéréo. Habituellement, on va trouver un grand nombre de prises correspondantes aux différentes sources. Ici, elles sont réduites à quatre entrées analogiques asymétrique et une entrée asymétrique. Il n’y a pas d’entrée numérique et donc aucun DAC dans le RA180. Cette fonction devra être prise en charge en amont par un autre appareil : le streameur lui-même ou un DAC externe dédié. Notons la présence d’une sortie mono pour caisson de basses.

Ce qui étonne, ce sont ces huit borniers pour autant de sorties haut-parleurs qui occupent les deux tiers de la face arrière. Habituellement, il y a deux borniers pour deux enceintes. Parfois, quatre borniers servent à relier deux paires d’enceintes en mode A, B ou A+B. Mais ici, il y en a encore le double. Tout simplement parce que le RA180 est un amplificateur à quatre canaux. Il délivre 4x200 watts sous 4 ou 8 ohms, qui peuvent être envoyés à une ou deux paires d’enceintes en bi-amplification. Un bouton pour ponter les canaux permet de passer à 2x400 watts si c’est ce dont vous avez besoin, toujours avec la possibilité d’utiliser deux paires d’enceintes.

Sans rentrer dans les détails, le RA180 utilise une technique d’amplification baptisée “classe AD” par ROSE. Elle marie la qualité et la richesse de la classe A à la puissance et à la rapidité de la classe D. Elle utilise à cet effet des transistors GaN FET (nitrure de gallium) plutôt que des modèles au silicium. Le résultat se caractérise par un temps de réaction divisé par dix et une linéarité en sortie quasiment parfaite. Ces circuits savent également couvrir une très large bande passante, jusqu’à 100 kHz, pour reproduire la totalité des fréquences des fichiers haute résolution en correspondance avec des enceintes équipées de super-tweeters.  

Utilisation du ROSE RA180

La façade du RA180 se découpe en différentes zones bien définies nécessitant de se pencher un peu dessus pour connaître leur action. Tout à gauche, un gros commutateur rotatif sert à sélectionner la source, c’est-à-dire l’une des cinq entrées ligne. A droite, le bouton de mise en et hors fonction surmonte un commutateur pour passer en mode pure direct, c’est-à-dire le signal le plus court évitant les différents étages de réglage sonore. En dessous, vous pouvez choisir entre les sorties A ou B, pour une ou deux paires d’enceintes qui ne peuvent pas être actives simultanément. C’est ici que se trouvent aussi le filtre subsonique et l’atténuateur général.

La zone hexagonale contient une seule commande : le volume. Le potentiomètre fait tourner un premier engrenage qui entraîne deux autres engrenages plus petits correspondant chacun à un canal de sortie. Le tout est également lié à un autre engrenage pour indiquer le niveau de volume. Juste à côté, les deux vumètres indiquent le niveau en entrée. Cela permet de vérifier qu’il y a bien du son qui arrive sur l’entrée sélectionnée avant de commencer à augmenter le volume.

La partie centrale haute correspond à la partie préamplificatrice. Les commandes classiques agissent sur les graves, l’aigu et la balance. Un actionneur à gauche permet d’activer ces réglages ou de passer outre. Il en va de même en bas au centre avec les réglages liés à l’entrée phono. Le préamplificateur MM et MC est intégré. Le choix entre les deux modes s’effectue en face arrière. Les deux commandes à l’avant permettent de sélectionner l’égalisation variable : d’une part la fréquence d’action, d’autre part l’atténuation au-dessus de 10 kHz.

Enfin, la dernière zone en bas à gauche concerne le filtrage actif. Il agit sur les sorties amplifiées. Il permet de couper les basses fréquences en dessous d’un certain point, de 600 à 6 000 Hz, et de régler le gain. L’objectif est ainsi de pouvoir pleinement utiliser un caisson de basses via la sortie dédiée et pour lequel il faudra effectuer les réglages de coupure directement sur le caisson. Ce filtrage actif n’est pas différencié entre les quatre sorties haut-parleurs, elles reçoivent la même bande de fréquence. Ce sont les filtres dans les enceintes qui s’occuperont de séparer les fréquences.

Hifi Rose fournit une petite télécommande légère en aluminium. Les commandes principales sont reprises pour un accès à l’essentiel. Vous pouvez allumer et éteindre l’amplificateur, actionner l’atténuateur, choisir directement l’une des cinq entrées et piloter le volume. On constate avec joie que le potentiomètre de volume est motorisé, tout comme le sélecteur de sources, et on assiste à leurs mouvements à distance, confortablement installé dans le canapé. 

A l’écoute

Le RA180 a pris la place centrale dans notre ensemble de test. Nous avons utilisé en tant que source une carte Raspberry Pi équipée de la distribution Ropieee le transformant en lecteur Roon Endpoint compatible Hi-Res via sa sortie USB. Un DAC devait entrer dans la danse, c’est un Mytek Brooklyn DAC+ qui a pris ce rôle en s’intercalant entre le lecteur et l’ampli ROSE. Nos enceintes bibliothèque Dynaudio ont été raccordées au RA180.

La nouvelle version augmentée de l’album KEYS II d’Alicia Keys a un son très chaud, très rond. Le piano remplit la pièce en s’établissant sur toute la largeur de la scène sonore. La voix d’Alicia Keys s’élève bien en hauteur afin d’offrir une verticalité importante à la reproduction de l’image sonore. Les fréquences basses viennent supporter l’ensemble avec une sensation de profondeur impressionnante. L’ensemble forme un tout à la fois condensé et aéré, mais surtout indissociable, tout fonctionne parfaitement ensemble avec un centre solide.

Le jazz de Kokoroko aux accents créoles plutôt calme et posé sur certains titres de l’album Could We Be More nous rappelle que le RA180, avec sa puissance démesurée, possède une main de fer dans un gant de velours. A ce propos, la puissance arrive vite, dès les premiers crans. Attention donc à bien monter le volume progressivement pour protéger vos enceintes comme vos oreilles. Il n’y a aucune mise en avant volontaire mais une reproduction zen et détendue des différents instruments avec une précision bienvenue au niveau des timbres pour une lisibilité sans critique aucune. A nouveau, nous faisons face à une écoute où l’osmose est palpable, sans l’effet chirurgical d’autres appareils Hi-Fi qui tendent à désincarner la musique.

La maîtrise du grave est totale, aucun doute sur ce point. Tout ce que ROSE a mis en œuvre techniquement pour reproduire l’ensemble de la bande passante de façon linéaire et naturelle fait merveille sur l’album Hummingbird de Black Party. La basse puissante est accompagnée d’un impact rare qui tient sur la durée, sans jamais s’écrouler, même lorsque le message devient plus complexe. On pourrait presque croire que nous avons allumé le caisson de basses en plus de nos enceintes Dynaudio, mais après vérification, il n’en est rien. L’articulation et la profondeur participent à la véracité et entraînent un plaisir d’écoute non feint.

Terminons avec la Symphonie No. 7 en ré mineur d’Anton Dvorak par le Los Angeles Philharmonic. La sensation de profondeur de la formation orchestrale est correctement restituée avec un étagement et un placement des pupitres aisés à percevoir. La scène se matérialise en arrière des enceintes et fait tomber la cloison qui se trouve derrière elle dès que l’on ferme les yeux. Les montées dynamiques profitent de la réserve de puissance importante du RA180 pour apporter de la force et de la prestance à chaque envolée. Les instruments se répondent avec du liant sans aucune occultation des fins de note. Nous avons atteint les limites de nos enceintes avec cet amplificateur qui n’aura aucun mal à tirer le meilleur de modèles bien plus prestigieux.

Les + :
Une sensation de puissance acoustique sans limite
Une présence palpable
La capacité d’alimenter toutes les enceintes
Une bi-amplification active originale et pratique
Des réglages bien pensés

Les - :
Des mécanismes de commande un peu trop bruyants dans leurs mouvements

Conclusion

L’amplificateur intégré Hifi ROSE RA180 fera date sans aucun doute. Tout d’abord par son style inimitable qui identifie immédiatement le produit à la marque. Les choix ont été osés mais cela paye car les discussions sont nombreuses et l’intérêt grandissant autour du RA180. Ensuite, les fonctions sont complètes malgré un fonctionnement intégral dans le domaine analogique : préampli phono configurable, filtrage actif, quatre canaux d’amplification polyvalents. Enfin, les résultats audio dépassent les attentes. La qualité de conception et de fabrication associée au choix de la classe « AD » nous offre une reproduction haute-fidélité d’un niveau très élevé. L’image sonore est à la fois concentrée au centre et ouverte sur l’extérieur. Les timbres dans le médium-aigu sont sublimes sans jamais aller jusqu’à l’extrême définition pour un rendu chaleureux et néanmoins rempli de micro-détails. Quant à la maîtrise du grave, elle est à citer en exemple tellement le RA180 a de l’énergie à revendre. En s’écartant de sa spécialité qui est la lecture audio en réseau, Hifi ROSE sort un amplificateur stéréo intégré visuellement désirable aux performances acoustiques de haut vol.