Catégories :

Le funambule Patrick Watson

Le merveilleux 5e album de l'orfèvre pop québécois...

Par Max Dembo | Vidéo du jour | 6 mai 2015
Réagir

Au fil de ses albums, Patrick Watson s’est imposé comme un redoutable songwriter que certains tentèrent dès ses débuts, d’encager en Jeff Buckley du troisième millénaire…

Grand fan de Satie et de Debussy, timbré de folk épuré à la Nick Drake, de country façon M Ward et de pop sophistiquée à la Sufjan Stevens, le bon docteur Watson est également un fou de son et de production. D’où des compositions à tiroirs aux trouvailles sonores renversantes, en haut desquelles il pose son organe immaculé. Poilu sur les joues, notre Jésus de Montréal est un vrai Messie de la mélodie comme le prouve une fois de plus Love Songs For Robots, cinquième album qui parait le 11 mai 2015 chez Domino, enregistré aux mythiques studios Capitol de Los Angeles et au studio Pierre Marchand de Montréal avec ses complices Joe Grass (guitare), Robbie Kuster (batterie) et Mishka Stein (basse).

A propos de cette cuvée 2015 dont certains titres sont nés de petits concerts privés, Patrick Watson déclare : « J’ai commencé à réfléchir de façon très mécanique. J’ai trouvé intéressant que nous utilisions nos sens pour créer une réaction émotionnelle. Avec l’âge on apprend à mieux se connaître et je me suis rendu compte que beaucoup de mes réactions émotionnelles étaient des réponses mécaniques ce qui m’a énormément influencé. Je ne voulais pas devenir un robot. Mais la raison pour laquelle nous sommes supérieurs aux ordinateurs est que nous avons des émotions, donc si mes émotions sont mécaniques, la seule chose qui reste entre les robots et nous est la curiosité et l’inspiration. Et ça je ne crois pas que l’on puisse le programmer. C’est vraiment de là que je suis parti lorsque j’ai débuté l’écriture de l’album. »

Une intense année pour Watson qui signe également la bande originale du nouveau film de Wim Wenders, Everything Will Be Fine, dans lequel il interprète d’ailleurs les titres Cynical World et Lighthouse.





Vos lectures


Inscrivez-vous à nos newsletters