Votre panier est vide

Rubriques :
Chers disparus

George Duke est mort

Par Jean-Michel Proust |

A 67 ans, George Duke, pianiste, claviériste (spécialiste des synthés en tous genres), chanteur, compositeur, producteur, est mort des suites d’une leucémie. Son nom est associé à la fusion, au jazz rock, à la soul, au funk et au R’n’B. Touche-à-tout extrêmement doué, Duke a trouvé sa place auprès des stars (Jean-Luc Ponty, Frank Zappa, Miles Davis, Al Jarreau, etc.) où sa virtuosité, son insatiable désir d’innover sur toutes sortes de claviers, ses trouvailles sonores, sa perfection du son, sa mise en place rythmique, l’ont imposé comme un incontournable des années 70 et 80.

Talent précoce au piano, c?est pourtant au trombone et à la composition que le musicien George Duke, né le 12 janvier 1946, se fait remarquer. En 1967, il est diplômé dans ces deux catégories au Conservatoire de San Francisco. Mais déjà, depuis 1965, il forme son premier trio en tant que pianiste et se produit dans les clubs locaux dont le Half Note qui accompagne le jeune chanteur Al Jarreau. En 1966, il enregistre, avec son trio, un premier 33-tours.

Il poursuit ses études à l?Université de Californie. Jusqu?en 1970, il accompagne un groupe vocal, The Third Wave, dont il écrit l?essentiel du répertoire, et avec lequel il part en tournée au Mexique et participe au festival de Monterey. A San Francisco, on l?entend accompagner Dizzy Gillespie, Bobby Hutcherson, Harold Land, Kenny Dorham, etc. En 1969, la sortie du disque The Jean-Luc Ponty Experience With The George Duke Trio l?impose comme l?une des personnalités avec lesquelles il faut compter dans le monde du jazz rock. Cet enregistrement est l'un des premiers disques de fusion où les thèmes jazzy se mêlent au violon électrique du musicien français. Un album qui attire notamment l'attention du guitariste et compositeur Frank Zappa.

Il joue six mois dans l?orchestre du trompettiste Don Ellis avant que Zappa ne l?invite, en 1970, à rejoindre les Mothers Of Invention, orchestre dans lequel il se produira jusqu?en 1975. Parallèlement, on l?entend en Europe avec le Cannonball Adderley Quartet (1971-72). Prolifique en solo, George Duke signe au moment même de sa collaboration très active avec Zappa et Adderley des albums sous son nom (pour le label MPS), combinaisons entre jazz-rock, funk, pop-soul et éléments de musique brésilienne. Parus entre 1974 et 1976, Faces in Reflection, Feel, The Aura Will Prevail, I Love the Blues, She Heard Me Cry et Liberated Fantasies sont considérés comme des classiques du jazz-funk, et comme les meilleurs de sa production personnelle.

En 1975, il forme un quartet avec le batteur Billy Cobham, le guitariste John Scofield et le bassiste Alphonso Johnson . Le groupe, très démonstratif dans ses soli virtuoses et ses mise en places rythmiques, devient ainsi un sérieux concurrent, aux USA, pour les maîtres du genre Weather Report, Mahavishnu, Return to Forever... Avec la parution de l'album From Me to You, publié début 1977, et surtout de Reach for It, fin 1977, la carrière de George Duke (qui a signé avec l'importante compagnie Epic Columbia Records) s?inscrit dans le sillage de formations disco-funk très populaires comme Earth Wind & Fire, dont il admet l'influence. Ces albums sont moins prisés de la critique de jazz européenne mais l?imposent comme l?une des figures reconnues de la pop-soul. Il tient notamment les claviers sur l'album Off the Wall, de Michael Jackson (1979).

En 1981, il s?associe au bassiste Stanley Clarke. Ensemble, ils fondent le Clarke-Duke Project. Cette période est propice aux collaborations diverses avec Miles Davis, Michael Jackson, Flora Purim ou encore Airto Moreira. Parallèlement, il produit des disques placés dans les charts. En 1986, il joue dans Tutu de Miles Davis pour lequel il compose Backyard Rituals. Les deux musiciens se retrouvent sur scène à Montreux mais aussi sur l?album Amandla dans lequel le pianiste signe un nouveau titre, Cobra.

En 1998 et 2002, George Duke revient à un jazz plus acoustique avec les albums After Hours et Face The Music. Bien que peu cotés par la critique en Europe, ses enregistrements sont une source inépuisable pour les musiciens de rap et de hip-hop, ainsi retrouve t-on sa musique samplée dans les disques de Daft Punk, Common, Madlib, A Tribe Called Quest, MF Doom, Ice Cube etc.

En juillet 2013, George Duke sort ce qui sera son ultime album, Dreamweaver (Heads Up Records). Un disque qui baigne dans une ambiance de ballades pop, ponctué d?éclats funk. On distingue une longue composition, Burnt Sausage, dans laquelle le pianiste-compositeur montre une dernière fois son goût pour le swing et le blues.

George Duke est mort, lundi 5 août, au St. John's Hospital de Los Angeles (Californie).

À découvrir autour de l'article