Votre panier est vide

Rubriques :
Vidéo du jour

Thylacine, pas si classique

Par Smaël Bouaici |

Pour son album "Timeless", le producteur électronique angevin remixe des oeuvres de Satie, Debussy, Verdi, Mozart, Beethoven, Fauré et Schubert...

Toujours à la recherche de nouvelles idées pour animer le train-train du musicien, Thylacine s’était lancé ces dernières années dans des road trips, à bord d’un train justement, sur Transsiberian en 2015, ou dans une caravane en Amérique du Sud sur les deux volumes de Roads.

Immobilisé dans un chalet de haute montagne en Suisse au printemps dans un monde figé par le confinement, le producteur électronique français a donc décidé d’entamer un voyage vers le passé pour son nouvel album, Timeless, qui revisite les hymnes des grandes figures de la musique classique, de Satie à Debussy, en passant Verdi, Mozart, Beethoven, Fauré ou Schubert.

Si la plupart des projets liant les deux styles ces dernières années tentaient une superposition conceptuelle des codes liés à chaque genre, William Rezé emprunte une voie plus directe et présente une série de remix des “tubes” de la musique classique.

Il sample ainsi les premières notes de Gymnopédie n° 1 de Satie pour les envoyer sur un beat house aérien, Gnossienne 1 est revisitée avec une guitare acoustique, tandis que le Dies Irae de Verdi est soutenu par un beat techno appuyé, tout en conservant la dramaturgie brutale du morceau d’origine, permettant de créer un lien inattendu entre le compositeur italien et l’EDM américaine.

Fin 2015, Qobuz rencontrait Thylacine à l'occasion de la sortie de Transsiberian, son premier album conçu et enregistré à bord du train légendaire reliant Moscou à Vladivostok :

ÉCOUTEZ "TIMELESS" DE THYLACINE SUR QOBUZ

 Lire aussi

À découvrir autour de l'article