Votre panier est vide

Rubriques :
News

The Kills, la malle aux trésors

Par Marc Zisman |

Faces B, raretés et reprises, Alison Mosshart et Jamie Hince vident leur cave pour une compilation essentielle !

Quand on a seulement cinq albums studio au compteur, le best of est un brin présomptueux. Sans doute conscients de ça, l’Américaine Alison Mosshart et l’Anglais Jamie Hince ont préféré opter pour une compilation de faces B et de raretés qu'ils ont baptisée Little Bastards.

Dans ce grand foutoir capté entre 2002 et 2009, le duo le plus sexy de la planète rock’n’roll a même glissé quelques reprises à 360°. Des relectures très bien vues de chansons d’Howlin’ Wolf (Forty Four), Screamin’ Jay Hawkins (I Put a Spell on You), Dock Boggs (Sugar Baby) et Serge Gainsbourg (I Call it Art alias La Chanson de Slogan) qui pimentent Little Bastards. Ce titre est un clin d’œil au Roland 880, l’instrument fétiche du duo qui l’a surnommé Little Bastard. « Ce n’est pas une boîte à rythmes à proprement parler », explique Hince. « Plutôt un séquenceur et un enregistreur 8 pistes avec une boîte à rythmes intégrée avec lequel on enregistre tous nos beats ».

Ce son minimaliste est un élément clef de l’ADN des Kills composé de guitares étriquées mais incandescentes et de ces sonorités de boites à rythmes vintage qui font toujours leur petit effet. Reste à la voix de Mosshart de rendre encore plus vénéneuse cette potion de rock’n’roll synthétique crue et sans fioriture.

Comme sur Raise Me, belle démo bluesy inédite datant de la période Midnight Boom, ou sur la version cataclysmique de Love is a Deserter enregistré lors d’une session radio XFM. Tout ça a évidemment été remastérisé, histoire de rendre l’expérience encore plus puissante. Bref, même dans cette essentielle grosse heure de fonds de tiroir, les Kills, ça tue !

ÉCOUTEZ "LITTLE BASTARDS" DE THE KILLS SUR QOBUZ

 Lire aussi

À découvrir autour de l'article