Votre panier est vide

Rubriques :
Vidéo du jour

Nicolas Michaux, la poétique politique

Par Marc Zisman |

Qobuzissime pour "Amour colère", le deuxième album - en français et en anglais - du fascinant songwriter belge !

Facile de faire de la bonne musique lorsqu’on est un fan de musique ? Mais vraiment fan ? Nicolas Michaux le prouve avec son deuxième album, Amour colère, disque infusé à un impressionnant nombre de références mais conservant sans cesse un cap et une personnalité uniques.

Trentenaire liégeois installé avec femme et enfant sur l’île danoise de Samsø (3684 habitants), l’ex-leader du groupe Été 67 avait posé les bases de son éclectisme sur un intrigant premier album en solitaire, À la vie, à la mort paru en 2016. Nettement supérieur, Amour colère (un disque Qobuzissime !) pousse le bouchon encore plus loin. In French et en anglais, sa voix porte surtout à bout de bras sa plume affutée et lettrée, poétique parfois, politique souvent, pour tabasser une ère du temps qui tend trop facilement les deux joues.

Sur ce sujet parfois tarte à la crème de « l’artiste engagé », Michaux déballe pour son single Parrot un clip choc tendance uppercut, concocté exclusivement avec des images d’actualités, violentes à l’extérieur comme à l’intérieur.



Cette farandole de références est fascinante. Nicolas Michaux baptiste par exemple Harvester sa première chanson construite sur la même rythmique qu’Out on the Weekend qui ouvrait Harvest de Neil Young. L’instrumental Amour colère semble être un inédit de Mac DeMarco. Et sur le bien nommé Factory Town, il plaque sa voix copiée sur celle de David Byrne des Talking Heads sur un riff minimaliste à la Lou Reed. Et puis ses basses sont souvent gainsbouriennes (A nouveau) et ses guitares ont même des cambrures fifties lorsqu’elles se drapent de réverb’ (Une seconde chance).



Mais on peut heureusement – et surtout – déguster Amour colère de Nicolas Michaux sans jamais penser à ces clins d’œil et ces références. Car le Belge plaque sa patte épurée (il semble adepte de la philosophie less is more) sur tout ce qu’il touche. Et ses textes encagent l'époque avec une rare beauté. Au point que son album, après quelques écoutes, semble avant tout s'inspirer de lui-même. Et de personne d'autre.



ÉCOUTEZ "AMOUR COLERE" DE NICOLAS MICHAUX SUR QOBUZ



Pour suivre tout ce qui se passe sur Qobuz, rejoignez-nous sur Facebook !

À découvrir autour de l'article