Votre panier est vide

Rubriques :
Vidéo du jour

Anne Sylvestre est partie

Par Marc Zisman |

Poétique, féérique, humoristique et engagée, la grande voix qui touchait petits et grands s'est éclipsée à l'âge de 86 ans...

Bien évidemment, Anne Beugras alias Anne Sylvestre restera comme l’une des plus touchantes troubadours de la jeunesse. Et les mythiques Fabulettes (18 volumes !) de cette Lyonnaise qui s’est éteinte le 30 novembre 2020 ont accompagné plusieurs générations d’enfants…

Pourtant l’art d’Anne Sylvestre ne se résumait pas à ce répertoire et, dès la fin des années 50, elle éclusait les cabarets parisiens avec ses chansons à part, pétries de poésie et d’ironie avant de rencontrer le succès en 1961 grâce à Mon mari est parti. Durant cette décennie et la suivante, sa route croisera celle d’autres grands auteurs comme Georges Brassens, Barbara et Georges Moustaki…

Il faut réécouter sa période Philips durant laquelle elle a longtemps été dirigée par le grand Jacques Canetti, directeur artistique à l’oreille avisée, notamment ses albums de 1965, Lazare et Cécile et Berceuse pour moi. La chanson qui donne son titre au premier marque la rencontre inaugurale entre Anne Sylvestre et celui qui deviendra son arrangeur fétiche, François Rauber, collaborateur de Jacques Brel.

Il mettra en avant guitare et hautbois, deux instruments symbolisant à merveille l’univers bucolique et folk de la chanteuse. Une chanteuse de goût. Capable de célébrer Ronsard comme de faire dans le surréalisme. D’être mélancolique ou fantaisiste. Engagée et féministe aussi voire très humoristique. Bref, unique.

ÉCOUTEZ NOTRE PLAYLIST ANNE SYLVESTRE

ÉCOUTEZ ANNE SYLVESTRE SUR QOBUZ

 Lire aussi

À découvrir autour de l'article