Catégories :

Trans Musicales 2019 : la planète est à Rennes !

Du 4 au 8 décembres, Rennes accueillera ses 41e Rencontres Trans Musicales avec notamment Etienne Daho, Acid Arab mais surtout plus de 80 groupes venus des quatre coins du monde. Demandez le programme !

Par Max Dembo | Trans Musicales 2019 | 19 novembre 2019
Réagir

« Nous explorons la musique, curieux de tout ce qu’elle peut nous apporter, avec cette conviction que l’inconnu vaut toujours la peine d’être vécu et que le futur se décide au présent. » Depuis 1979, les Rencontres Trans Musicales ne sont pas un festival comme les autres !

En quatre décennies, les plus grands noms se sont arrêtés à Rennes. Parfois inconnus lors de leur escale bretonne, ils sont vite devenus des précurseurs voire des légendes. Et la liste est impressionnante : Nirvana, Massive Attack, Björk, Ben Harper, Lenny Kravitz, Arno, Stephan Eicher, Noir Désir, Mano Negra, Daft Punk, Amadou & Mariam, les Fugees, les Beastie Boys, Justice, Stromae, M.I.A., London Grammar, etc.

Défricher, dénicher, repérer, les Trans sont surtout là pour ça. Et la 41e édition qui se tiendra du 4 au 8 décembre ne dérogera pas à cette règle avec plus de 80 groupes venus de plus de 40 pays. Une édition dédiée à Philippe Pascal, chanteur de Marquis de Sade et figure mythique du rock rennais disparu en septembre 2019.



Dans l'avalanche de p'tits nouveaux qui agiteront ces 41e Trans, certains font déjà pas mal parler d'eux. A l'image de Mush, quartet britannique très agité originaire de Leeds, et qui vient étoffer les rangs de la nouvelle scène post-punk en portant bien haut l'héritage des anciens comme le The Fall de feu Mark E. Smith.



Le funkster rétro-futuristo-world Adrien Peskine alias Gystere risque aussi d'enflammer des corps et des oreilles bretonnes avec son mélange electro-soul. Enfant des années 80 nourri aux dessins animés japonais du Club Dorothée, il est l'artiste protéiforme ultime à écouter et surtout à voir.



Pour les fans de bossa nova et de reggae, les Trans 2019 répondront par un seul nom : Claude Fontaine. Partagée entre son amour des musiques brésiliennes et jamaïcaines, l'Américaine à des airs de chanteuse pop sixties passionnée de musiques tropicales. Comme un jouissif coup de soleil pour faire fondre la neige de décembre.



Nouveau prétendant au trône du R&B expérimental aussi présent à Rennes, Jeremy Nutzman alias Velvet Negroni est le représentant parfait de son temps. Nappes ambient au synthé, percussions downtempo et chant habité, l’Afro-Américain de Minneapolis, adopté par une famille de chrétiens évangéliques blancs, a partagé ses années de formation entre cours de piano et jam-sessions tardives. Une dualité qui a logiquement nourri son univers, lorgnant aussi bien la soul urbaine contemporaine que le rock indé. Et comme Velvet Negroni fusionne l’influence du Prince des 80’s, le R&B futuriste de The Weeknd et l’électro folk façon Bon Iver, on est envoûté par les allures de grand patchwork de sa musique.



Pour rappeler que TOUT ne se passe pas qu'en terre anglo-saxonne, l'Uruguay enverra à Rennes Los Bitchos ! Quand Carolina Faruolo et Agustina Ruiz, deux Uruguayennes expatriées à Londres, ont rencontré l’Australienne Serra Petale, les trois jeunes femmes se sont découvertes une passion commune pour le rock instrumental et la chicha péruvienne de Los Destellos. Cinq sur scène, Los Bitchos tissent avec nonchalance des instrumentaux ensoleillés emplis d’effluves psychées et de chicha. Glamour, fun et militant aussi !



Toujours à la lettre U, l'Ukraine cette fois ! Avec Alyona Savranenko, ex-instit' en maternelle devenue star du hip hop grâce à YouTube. Un clip suffira à lancer cette MC qui rappe en ukrainien avec un flow aussi tranchant que celui de ses consœurs américaines.



Un peu plus au sud, un peu plus chaud niveau températures et tout aussi alléchant dans ses sons, Coco Em rependra dans ses Trans 2019 la bonne parole afro-electro et afro-house. La DJ kényane de Nairobi jongle avec tous les styles d’Afrique centrale et australe (kuduro, kwaito, soukous...) pour accoucher d'un univers bien à elle.



Côté star, on ne présente évidemment pas le régional de l'étape, la gloire rennaise ultime, celui qui traverse les modes sans se démoder : Etienne Daho. Aux Trans cette année, il zoomera sur son album de 1996, Eden, un de ses préférés dans sa vaste discographie, et sur lequel il entamait un virage groovy fleurant bon l'acid jazz, le trip hop, la house et la jungle.



Evidemment, ces quelques noms piochés dans la programmation XXL de ces 41e Rencontres Trans Musicales de Rennes ne doivent pas éclipser tous les autres, consultables ici !

Le site officiel des Trans Musicales de Rennes

Pour suivre tout ce qui se passe sur Qobuz, rejoignez-nous sur Facebook !

À découvrir autour de l'article

Vos lectures


Inscrivez-vous à nos newsletters