Les albums

13,49 €
8,99 €

Pop indé - Paru le 19 avril 2019 | December Square

Hi-Res
Depuis plus d’une décennie, Orouni est un établissement « de qualité », expert en orfèvrerie pop. Loin des modes Kleenex, la boutique tenue par Rémi Antoni perpétue une tradition de la pop song parfaite, parfois mouchetée de folk ou lardée de rock, et osant l’instrumentation inattendue… Lo-fi ici, chambriste là, l’art de ces gens de goût qui semblent cajoler tant les albums baroques des Kinks que ceux de Stereolab, Belle & Sebastian ou des High Llamas prend une nouvelle ampleur avec Partitions. On évitera le slogan tarte à la crème “d’album de la maturité”, mais cette cuvée 2019 offre un savoir-faire bluffant et une manufacture brillante évidemment là pour ne servir qu’une chose : les chansons. Cédant parfois le micro à Emma Broughton, le lauréat 2011 des Inrocks Lab excelle surtout dans la mélodie qui fait mouche, fredonnable sous la douche et qu’il coiffe d’une trompette, de cordes, ou même d’un balafon, c’est selon. « Comme son nom l’indique, Partitions est un album de séparations, dans les thèmes traités comme dans sa conception, explique le cerveau d’Orouni. Si mon objectif est plus que jamais de produire des chansons pop, mélodiques et accessibles, j’ai tenté de m'éloigner des codes de la composition. En dissociant ligne mélodique et suite d’accords, en cassant la structure habituelle intro, couplet, refrain. J’ai également illustré ce concept en dessinant un schéma chromatique pour chaque morceau. Ces diagrammes permettent de visualiser ces fameuses dissociations et inversions et constituent des partitions toutes personnelles des chansons. » Ce mode d’emploi n’empêche pas d’attraper ces Partitions sans se poser de questions. C’est la force de ce disque : masquer sa structure ambitieuse pour ne laisser apparaître que sa beauté charmeuse. © Marc Zisman/Qobuz
7,99 €

Pop indé - Paru le 12 avril 2019 | Paris Tapes

10,99 €

Pop indé - Paru le 15 octobre 2018 | Elbroar

17,99 €
13,49 €

Pop indé - Paru le 20 octobre 2017 | Mobile Ethnic Minority

Hi-Res
1,07 €

Pop indé - Paru le 20 octobre 2017 | Waterfall of Colours

11,99 €

Pop indé - Paru le 2 juin 2017 | Heavenly Recordings

1,39 €
1,07 €

Pop indé - Paru le 7 avril 2017 | ALIVE Vertrieb und Marketing Entertainmentbranche AG

Hi-Res
11,99 €
7,99 €

Pop indé - Paru le 17 mars 2017 | Domino Recording Co

Hi-Res Livret
Toujours lovée dans une pop seventies douce mais jamais niaise, la musique de Real Estate trouvait avec Atlas, troisième album publié en 2014, une épaisseur d’écriture inédite. Comme chez ses aînés des Byrds, des Smiths, de Yo La Tengo, Galaxie 500 ou des Shins, le groupe du New Jersey peaufinait ici ses arpèges et ses mélodies dans une quête effrénée de la pop song parfaite. De prime abord, l’exercice pouvait sembler vain mais au fil des écoutes, les compositions de cet Atlas s’immisçaient dans l’inconscient de l’auditeur pour ne plus en bouger. Car derrière sa simplicité de façade et ses airs de ne pas y toucher, ce disque était de toute beauté… Trois ans plus tard, on retrouve Martin Courtney, Alex Bleeker, Jackson Pollis, Matt Kallman et Julian Lynch (qui remplace désormais Matt Mondanile) pour cet In Mind tout aussi délicieux. Enregistré à Los Angeles avec le producteur Cole M.G.N. (Beck, Snoop Dogg, Julia Holter), ce quatrième album est un nouveau sommet d’arrangements élégants et de mélancolie réfléchie. Sans remettre en question ses valeurs, Real Estate s’applique à les peaufiner. © MD/Qobuz
8,99 €

Pop indé - Paru le 17 février 2017 | Secretly Canadian

Même si les clichés ont la peau dure, tout le monde sait qu’il n’y a pas qu’Abba dans la vie des Suédois. Même quand ces derniers ressemblent à s’y méprendre à des Anglo-saxons. Il a beau avoir vu le jour dans une banlieue de Göteborg durant l’hiver 1981, ce génial songwriter qu’est Jens Lekman a fait pousser son art d’essence totalement pop dans le terreau d’une pop totalement… anglo-saxonne ! Chaque mélodie est chérie d’un bout à l’autre, peaufinée dans ses moindres recoins, épurée aussi. Chaque mot est soupesé, choisi avec une redoutable précision. Tout comme l’instrumentation, raffinée et jamais superflue. Drapé dans ses propres tourments mais non sans une bonne dose d’ironie, Jens Lekman ose des mises à nue introspectives dignes d’un Morrissey. Des cambrures dandy à souhait, portées par un organe empreint de mélancolie et de grandiloquence comme seul l’ancien leader des Smiths sait lui aussi en proposer. En cela, l’élégant Suédois est le digne héritier de ces chanteurs romantiques décalés, flamboyants solitaires armé d’un glaive de cynisme délicieux. Stephin Merritt des Magnetic Fields, Jonathan Richman, Scott Walker ou Morrissey donc, tous maîtrisent comme Lekman cette autodérision, un regard de biais savamment calculé qui ne les fait jamais sombrer dans le larmoyant ou un quelconque pesant quinzième degré de l’ironie. L’équilibre parfait… Des études de linguistique. Est-ce là que Jens Lekman a craqué pour cette passion des mots justes ? Mots assemblés autour de mélodies maison qu’il encage dans des démos envoyées de sa Suède natale au label américain Secretely Canadian qui, assez bluffé, le signe en 2004. Il étoffe sa quincaillerie guitare/claviers par des instruments parfois inattendus (ukulélé, kalimba, violons) et surtout de nombreux samples piochés dans les disques d’occasion qu’il achète de manière effrénée, avec une passion particulière dans l’assemblage d’influences éclectiques pour ne pas dire opposées, allant de Glen Campbell à TV Personalities ! Avec Life Will See You Now, le dandy qui venait du froid poursuit son pèlerinage sur un sentier pop certes déjà connu mais dont le tracé est d’un tel calibre qu’il ne peut que rafler les suffrages. Chaque chanson de ce quatrième album est un bain de soleil avec sa touche nécessaire de décalage. Enfin, en guise de cerise sur ce gateau jamais trop sucré, Lekman a convié Tracey Thorn d’Everything But The Girl sur Hotwire The Ferris Wheel. © MZ
10,79 €

Pop indé - Paru le 10 février 2017 | Onevalue Records

8,99 €

Pop indé - Paru le 2 décembre 2016 | Artisan

Quand certains déballent truelle, marteau et rythmique de déménageur, d’autres préfèrent le fil de soie, les copeaux de bois et la plume d’oie. Marc Morvan est de ceux-là. Artisan discret d’une pop folk gauloise raffinée récitée en anglois qu’il livre avec 3 Guys Never In ou en duo avec Ben Jarry, il donne de ses nouvelles quand bon lui chante. Une pop folk dont on peut délimiter le territoire à coup de bon vieux name dropping : Neil ‘Divine Comedy’ Hannon, Nick Drake, Bill ‘Smog’ Callahan, Stephin 'Magnetic Fields' Merritt, Nick ‘Gravenhurst‘ Talbot, bref des experts de la mélodie qui fait mouche, des diplômés es-harmonies 5 étoiles et des pontes de la prose lettrée. Le nom de Marc Morvan est cette fois le seul à orner la pochette de The Offshore Pirate, belle farandole de ballades marchant sur les brisées des épées citées plus haut. C’est sensible, délicat, mélancolique et rêveur, jamais complaisant, niaiseux ou touche-pipi. La voix du capitaine Morvan prend par la main pour mieux traverser ses tempêtes de l’intime. Plus qu’à fermer les yeux et se laisser porter… © MZ/Qobuz
14,49 €

Pop indé - Paru le 28 octobre 2016 | Columbia

Ce qui ne semblait être qu’un sympathique side-projet est finalement devenu… une institution ! Zooey Deschanel et M. Ward semblent en effet s’être pris au jeu de leur duo sépia un brin rétro She & Him au point d’aligner déjà cinq albums en dix ans ! Voilà donc le sixième, mais surtout le second qu’ils consacrent à Noël. Avec Christmas Party, le tandem a convié à sa fête l’excellente Jenny Lewis, les Chapin Sisters ainsi que Steve Shelley de Sonic Youth. Côté répertoire, le goût de She & Him étant plus que sûr, on slalome ici entre Frank Sinatra et Bing Crosby, Mariah Carey et Chuck Berry, les Chipmunks et Darlene Love. Savoureux ! © MD/Qobuz
9,99 €

Pop indé - Paru le 7 octobre 2016 | FatCat Records

La voix rêveuse de Christopher Duncan ! Un vrai fil d’Ariane que le jeune Ecossais sait moduler tout au long de ce second album. Après Architect qui fut nommé pour le Mercury Prize de 2015, Duncan réoriente sa pop aérienne vers davantage de textures électroniques. Mais de cette électro vaporeuse et comme en apesanteur. Tout au long de The Midnight Sun, il superpose des couches synthétiques atmosphériques en s’appliquant à rendre l’ensemble très organique et jamais froid. Les séquences planantes s’enchainent dans une grande fluidité, magnifiées par ces harmonies vocales de toute beauté et des mélodies renversantes. Fils de musiciens classiques et ayant lui-même étudié au Royal Conservatoire of Scotland, ce multi-instrumentiste né à Glasgow en 1989 revendique des influences aussi variées que The Knife, les Carpenters, Burt Bacharach et Arvo Pärt. C’est sans doute cet éclectisme, comme sa culture musicale mais aussi son étude de la composition savante qui fait de ce Midnight Sun bien plus qu’un énième disque anonyme de pop électro. C Duncan est très doué (il est aussi peintre, expose régulièrement ses œuvres et signe toutes ses pochettes d’albums) et la dream-pop pastorale et habitée qu’il propose ici est là pour durer… © MZ/Qobuz
1,39 €
1,07 €

Pop indé - Paru le 5 août 2016 | earMUSIC

Hi-Res
10,79 €

Pop indé - Paru le 29 juillet 2016 | Loob

10,79 €

Pop indé - Paru le 29 juillet 2016 | Loob

1,39 €
1,07 €

Pop indé - Paru le 8 juillet 2016 | earMUSIC

Hi-Res
13,49 €

Pop indé - Paru le 26 février 2016 | Soulfire Artists

1,07 €

Pop indé - Paru le 15 mai 2015 | GAEA Records

4,99 €

Pop indé - Paru le 3 mars 2015 | Cracki Records

Expert en découvertes singulières et belles, Cracki a craqué pour Ménage à trois. Derrière ce sobriquet se cache un groupe composé de Joseph Louis Harland Manning' (ex-batteur de Wu Lyf, Los Porcos), Jonathan Flanders, Craig Langton et Ryan Doyle. Après plusieurs morceaux prometteurs finement distillés sur la toile depuis plus d'un an, l'union de ces Mancuniens a enfin donné jour à cet Australia Part 1, EP subtile fusionnant l'indie de Manchester et le R’n’B de R. Kelly. Cinq titres inspirés de l'océan, du soleil australien et des profondeurs abyssales. Hédonisme et volupté garantis ! © CM/Qobuz

Le genre

Pop indé dans le magazine