Les albums

29,99 €
19,99 €

Opéra - Paru le 14 juin 2019 | Oehms Classics

Hi-Res Livret
Composé en 1832 sur un livret refusé par Mendelssohn qui le trouvait trop proche du Freischütz de Weber, le Hans Heiling de Wolfgang Marschner n’a jamais reçu hors d’Allemagne le succès escompté. Cet opéra romantique possède en germe tous les ingrédients qui seront ensuite développés par Wagner, mais Marschner ne dépasse pas, selon Piotr Kaminski, une relative banalité d’inspiration que le livret ne parvient pas à masquer. Au-delà de ses qualités et défauts propres, Hans Heiling reste d’une grande importance historique pour l’opéra allemand. Il est, avec Le Vampire du même compositeur, le trait d’union entre le premier romantisme de Weber et les œuvres accomplies de Wagner. On y trouve déjà le destin tragique du héros romantique maudit et impuissant à concilier sa nature humaine et ses pulsions de mort. Cet enregistrement, réalisé en scène lors de représentations à l’opéra d’Essen en février 2018, vient donc apporter une précieuse information sur une période relativement oubliée et montre combien Marschner voulait concilier l’ancien (fête au village, chanson à boire, duos d’amour) et le moderne (un prologue précède l’ouverture jouée rideau ouvert pendant le changement de décor). Certains airs, dont celui de la Reine, « O bleib bei mir », sont fort bien troussés et Wagner s’en souviendra en citant plus tard un thème de Hans Heiling au deuxième Acte de sa Walkyrie. © François Hudry/Qobuz
29,99 €
19,99 €

Opéra - Paru le 14 juin 2019 | Oehms Classics

Hi-Res Livret
14,99 €
9,99 €

Opéra - Paru le 14 juin 2019 | Jube Classic

Hi-Res

Opéra - Paru le 14 juin 2019 | Prima Classic

Téléchargement indisponible
21,99 €
18,99 €

Extraits d'opéra - Paru le 7 juin 2019 | deutsche harmonia mundi

Hi-Res Livret
Voilà un projet discographique qui ne laissera personne indifférent. Alors que de beaux esprits se battent autour de la « théorie du genre », la cantatrice Vivica Genaux, le contre-ténor Lawrence Zazzo et le chef fondateur du Lautten Compagney de Berlin, Wolfgang Katschner viennent fort à propos nous rappeler que l’opéra baroque offrait le spectacle permanent de la confusion des genres, des sexes et des sens. Sur la scène de l’opéra aux XVIIe et XVIIIe siècles, les femmes étaient souvent des hommes et les hommes, surtout des castrats, étaient des femmes. C’est cette confusion génératrice de tant de chefs-d’œuvre redevenus aujourd’hui à la mode qui est illustrée dans ce double album consacré à des airs et des duos d’opéras baroques de Haendel, Hasse, Galuppi, Vivaldi, Wagenseil, Lampugnani, Porpora et Traetta. Vivica Genaux est tour à tour « primo uomo » ou « prima donna » au même titre que Lawrence Zazzo avec lequel elle échange ses rôles. Elle brille ainsi en Roi de Perse alors qu’il assume le rôle de l’épouse de Serse. Cet album, qui pourrait s’appeler « Vivica et le grand Zazzo », au-delà du délire baroque qu’il nous apporte, nous rappelle que le théâtre n’a jamais assigné un rôle précis à chaque sexe, mais qu’il est au contraire un espace de liberté et de créativité. © François Hudry/Qobuz
37,48 €
24,98 €

Opéra - Paru le 7 juin 2019 | Halle Concerts Society

Hi-Res Livret

Opéra - Paru le 7 juin 2019 | Nimbus Records

Téléchargement indisponible
Passionné par l’opéra depuis son adolescence, le compositeur britannique George Benjamin avoue avoir mis trop de temps pour en composer et souhaite avoir le temps d’en écrire encore beaucoup. À près de soixante ans, il commence, de son aveu même, une course contre le temps pour mener tous ses projets opératiques à leur terme. Commandé par le Royal Opera House en collaboration avec six maisons lyriques internationales, dont l’Opéra de Lyon, Lessons in Love and Violence, créé à Covent Garden en 2018, a confirmé le talent de Benjamin déjà remarqué dans ses deux opéras précédents, notamment Written on Skin, écrit pour le Festival d’Aix-en-Provence de 2012. Composé sur un livret de Martin Crimp d’après la célèbre tragédie de Marlowe, l’ouvrage s’inspire du théâtre élisabéthain avec son inventivité et la fulgurance des personnages, le tout porté par une distribution splendide. Complots, passion, violence, l’histoire parle d’un roi, Edouard II d’Angleterre, s’opposant à son épouse et à son propre fils, et tiraillé par l’amour qu’il voue au jeune chevalier gascon Piers Gaveston. Située dans notre univers contemporain, cette terrible histoire de pouvoir et de politique provoquant une violence extrême prend des résonnances terriblement actuelles. Après la parution en DVD de la création londonienne, voici une nouvelle version audio enregistrée sous la direction du compositeur lors du Festival de Hollande 2018. Cette captation permet de retrouver certains interprètes de la création, tels la phénoménale Barbara Hannigan incarnant la reine Isabelle de France et Stéphane Degout dans celui du roi qui trouve là un de ses plus grands rôles. Cette oeuvre dense et puissante a obtenu un immense succès à Londres, un enthousiasme toujours renouvelé après les productions de Lyon, Hambourg et d’Amsterdam où cet album a été enregistré. © François Hudry/Qobuz
21,99 €
18,99 €

Extraits d'opéra - Paru le 7 juin 2019 | deutsche harmonia mundi

Hi-Res Livret
Voilà un projet discographique qui ne laissera personne indifférent. Alors que de beaux esprits se battent autour de la « théorie du genre », la cantatrice Vivica Genaux, le contre-ténor Lawrence Zazzo et le chef fondateur du Lautten Compagney de Berlin, Wolfgang Katschner viennent fort à propos nous rappeler que l’opéra baroque offrait le spectacle permanent de la confusion des genres, des sexes et des sens. Sur la scène de l’opéra aux XVIIe et XVIIIe siècles, les femmes étaient souvent des hommes et les hommes, surtout des castrats, étaient des femmes. C’est cette confusion génératrice de tant de chefs-d’œuvre redevenus aujourd’hui à la mode qui est illustrée dans ce double album consacré à des airs et des duos d’opéras baroques de Haendel, Hasse, Galuppi, Vivaldi, Wagenseil, Lampugnani, Porpora et Traetta. Vivica Genaux est tour à tour « primo uomo » ou « prima donna » au même titre que Lawrence Zazzo avec lequel elle échange ses rôles. Elle brille ainsi en Roi de Perse alors qu’il assume le rôle de l’épouse de Serse. Cet album, qui pourrait s’appeler « Vivica et le grand Zazzo », au-delà du délire baroque qu’il nous apporte, nous rappelle que le théâtre n’a jamais assigné un rôle précis à chaque sexe, mais qu’il est au contraire un espace de liberté et de créativité. © François Hudry/Qobuz
14,99 €
9,99 €

Opéra - Paru le 7 juin 2019 | Toccata Classics

Hi-Res Livret
1,49 €
0,99 €

Opéra - Paru le 31 mai 2019 | Halle Concerts Society

Hi-Res
9,99 €

Opéra - Paru le 28 mai 2019 | Xobe Records

17,49 €
12,49 €

Opéra - Paru le 24 mai 2019 | harmonia mundi

Hi-Res Livret
Grand admirateur du génial peintre Francisco de Goya en qui il voyait un des plus dignes représentants du caractère espagnol, Enrique Granados composa en 1911 un cycle de pièces pour piano, les Goyescas, en hommage au peintre madrilène. « Je suis amoureux de la psychologie de Goya », écrivait Granados, « de sa palette, de sa personne, de sa muse, la duchesse d'Alba, des disputes qu'il avait avec ses modèles, de ses amours et de ses liaisons. Ce rose blanchâtre des joues qui contraste avec le velours noir ; ces créatures souterraines, les mains perle et jasmin reposant sur des chapelets m'ont possédé. » C’est à la demande de l’Opéra de Paris que Granados compose ce bref opéra sur la base de ses propres pièces pour piano qu’il orchestre et amplifie. La Première Guerre mondiale va compromettre le projet, et c’est finalement le Metropolitan Opera de New York qui verra, en 1916 et avec l’assentiment de l’Opéra de Paris, la création de cet opéra riche en couleurs, d’une écriture élégante et raffinée. On y trouve nulle trace de musique andalouse ou arabo-andalouse, mais plutôt une inspiration provenant de la culture et de la musique du Madrid de l’époque de Goya, entre la fin du XVIIIe siècle et le début du XIXe. Granados met au point un style populaire idéalisé en revitalisant les modèles historiques. Enregistré en public lors d’un concert donné au Barbican Center de Londres en janvier 2018, sous la direction de Josep Pons auquel on doit tant de remarquables enregistrements de musique espagnole, cet opéra si plaisant bénéficie d’une distribution ibérique et d’un orchestre anglais, celui de la BBC. On admirera une fois de plus la versatilité des formations londoniennes capables de s’adapter à tous les styles avec aisance et virtuosité. © François Hudry/Qobuz
14,99 €
9,99 €

Opéra - Paru le 24 mai 2019 | Jube Classic

Hi-Res
1,49 €
0,99 €

Opéra - Paru le 24 mai 2019 | Halle Concerts Society

Hi-Res
1,49 €
1,19 €

Opéra - Paru le 24 mai 2019 | Navona

Hi-Res Livret
17,99 €
11,99 €

Opéra - Paru le 17 mai 2019 | PentaTone

Hi-Res Livret
14,99 €
9,99 €

Opéra - Paru le 17 mai 2019 | Delos

Hi-Res Livret

Le genre

Opéra dans le magazine