Catégories :

Les albums

HI-RES15,49 €21,49 €(28%)
CD10,99 €14,99 €(27%)

Extraits d'opéra - Paru le 1 janvier 2013 | Decca Music Group Ltd.

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - Gramophone Editor's Choice - Diamant d'Opéra Magazine
Cecilia Bartoli nous embarque dans un voyage menant d'Italie en Russie, qui retrace l'apparition de l'opéra à Saint Petersbourg grâce à l'action de trois puissantes tsarines qui réveillèrent la vie musicale alors inexistante de leur pays : Anne Ière (Anna Ivanovna), Elisabeth Ière (Elisabeth Petrovna, fille de Pierre le Grand) et Catherine II (Sophie-Frédérique-Augusta d'Anhalt-Zerbst). Outre des interprètes, elles attireront également plusieurs compositeurs italiens dont le premier sera Francesco Araia suivi entre autres par Manfredini et Cimarosa. Au programme de ce disque à la thématique originale comme les aime Cecilia Bartoli, figurent des trésors cachés d'autres compositeurs oubliés comme Hermann Friedrich Raupach — d'abord claveciniste de la cour puis compositeur à la suite du renvoi d'Araia. C'est grâce aux archives du Théâtre Mariinsky que Cecilia Bartoli a pu rassembler ce florilège d'extraits d'opéra dont la plupart sont inédits.
HI-RES11,54 €16,49 €(30%)
CD7,69 €10,99 €(30%)

Extraits d'opéra - Paru le 28 septembre 2018 | Alpha

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or - Qobuzissime
Premier album en solo du jeune et excellent ténor français Julien Behr, que l’on a déjà pu entendre à l’Opéra de Paris, au Théâtre des Champs-Elysées, à l’Opéra de Bordeaux et de Lyon, à Salzbourg, à Vienne, Londres, Cologne et tant d’autres grandes scènes mondiales ; et au disque dans plusieurs ouvrages lyriques dont L’Enfant et les sortilèges avec la Radio bavaroise. Pour ces débuts discographiques de récital, il a eu le flair de choisir des airs d’opéras français bien moins courus que ceux des sempiternels Don José, Roméo, Faust et autres grands héros, préférant sélectionner dans le répertoire romantique (élargi jusqu’à la Première Guerre, disons) des perles dont la plupart sont bien trop rarement entendues. De Gounod, c’est chez Cinq-Mars qu’il puise ; chez Bizet, dans La Jolie fille de Perth (une des pages les plus exquises de Bizet), chez Thomas dans Mignon ; puis, plus connus mais quand même pas très courus, des airs qu’il va chercher chez Léhar dans La Veuve joyeuse, chez Godard dans Jocelyn, chez Delibes dans Lakmé. Sa diction absolument impeccable, sa voix transparente et aérienne qui n’est pas sans évoquer Heddle Nash ou Jussi Björling, voilà qui sert ce répertoire à la perfection. L’album se referme à quelques encablures au-delà du répertoire romantique, il est vrai, avec Vous qui passez sans me voir de Charles Trenet – enfin, le texte est du Fou chantant, tandis que la musique est signée Johnny Hess et Paul Misraki, une chanson initialement destinée à Jean Sablon – qui témoigne de l’attachement de Behr pour des genres plus légers certes, mais dans des interprétations toujours tirées à quatre épingles. © SM/Qobuz
HI-RES12,59 €17,99 €(30%)
CD8,39 €11,99 €(30%)

Extraits d'opéra - Paru le 4 mai 2018 | PentaTone

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - 5 Sterne Fono Forum Klassik
Un enregistrement exclusivement composé de prologues d’opéras et d’oratorios baroques, voilà qui ne manque pas de piquant. Sachant que les prologues n’ont rien de commun avec les ouvertures – purement orchestrales – des opéras plus tardifs, car à l’époque baroque, après une courte introduction instrumentale, l’on entrait directement dans le vif du sujet, souvent avec une sorte de présentation allégorique chantée de la situation et de l’action. Ce sont ces allégories que rassemblent la soprano Francesca Aspromonte et Enrico Onofri à la tête de l’ensemble il pomo d’oro (sans majuscules, dans le graphisme choisi par l’ensemble), empruntées à la fin du XVIe siècle de Monteverdi et Caccini jusqu’au premier quart du XVIIIe d’Alessandro Scarlatti, en passant par le beau milieu et si riche XVIIe de Cavalli, Rossi, Stradella ou Cesti. À l’auditeur de se faire à l’idée que jamais l’opéra ne commencera vraiment, puisque ce ne sont là que les prémisses, les frémissements, les titillations destinées à captiver le public ; car n’oublions pas qu’à ces époques, on n’avait pas l’habitude de faire grand silence au spectacle, et qu’il fallait bien tout le talent de l’allégorie pour enfin amener les aficionados à un rien d’attention. Gageons que Francesca Aspromonte saura captiver son auditoire d’emblée. © SM/Qobuz
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Extraits d'opéra - Paru le 17 février 2017 | Orfeo

Hi-Res Distinctions 5 de Diapason - Choc de Classica
« [...] Krassimira Stoyanova choisit souvent des pages où s'épanche une langueur douloureuse ou nostalgique, sensuelle aussi [...] La longueur naturelle de sa voix de lirico spinto, la rondeur pulpeuse du timbre, le galbe du phrasé font merveille dans les airs de Manon Lescaut, dont l'agonie garde assez de sobriété pour que l'émotion, comme dès le "Poveri fiori" d'Adrienne Lecouvreur, ne sombre pas dans l'excès. Sa Butterfly émeut parce que son innocence échappe à la mièvrerie, sa Liu aussi [...]. C'est que la technique est souveraine, qui permet de tenir ces longues phrases qu'affectionne un Puccini, notamment dans la prière de Tosca. Quart d'heure à marquer d'une pierre blanche pour l'art de la chanteuse et celui de l'interprète : la magnifique et poignante scène où la Lodoletta de Mascagni meurt doucement dans la neige, à Paris. Bref, du vérisme bien compris [...] L'Orchestre de la Radio de Munich [...] lui offre un chatoyant écrin sonore.» (Diapason, juin 2017 / Didier Van Moere)
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Extraits d'opéra - Paru le 2 avril 2013 | Glossa

Hi-Res Livret Distinctions Gramophone Editor's Choice - Hi-Res Audio
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Extraits d'opéra - Paru le 3 février 2017 | Sony Classical

Hi-Res Livret Distinctions 5 Sterne Fono Forum Klassik
La soprano bulgare Sonya Yoncheva poursuit son ascension fulgurante avec ce nouvel album d’héroïnes de Haendel, des airs tirés d’opéras majeurs tels que Giulio Cesare, Rinaldo, Alcina et quelques autres – car une partie considérable de sa carrière se développe encore et toujours dans le domaine baroque, en particulier avec Les Arts Florissants de William Christie, ce qui ne l’empêche pas de se retrouver aussi dans Rossini, Offenbach, Bizet ou Janáček quand l’occasion se présente. Accompagnée de l’Academia Montis Regalis, elle termine l’album avec un air qui n’a rien d’italien ni de haendelien, puisqu’il s’agit du déchirant lamento de Didon dans Didon et Enée de Purcell, preuve que sa voix lui permet aussi d’aborder des répertoires habituellement confiés à des mezzo-sopranos. © SM/Qobuz
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Extraits d'opéra - Paru le 9 novembre 2018 | Prima Classic

Hi-Res Distinctions 5 de Diapason
« [...] nous entendons ici un authentique soprano dramatique d’agilité, aux registres solides et soudés, capable à la fois d’assumer les passages les plus tendus et d’enfiler des vocalises sans faille. Contrairement à d’autres, la soprano lettone a les moyens de ses ambitions [...] La maîtrise du souffle, fondement du cantabile, est magnifique, avec, jusqu’à l’aigu, des pianissimos de rêve. [...] Marina Rebeka s’impose de nouveau dans un répertoire où elle compte peu de rivales. » (Diapason, mars 2019 / Didier Van Moere)
CD5,99 €

Extraits d'opéra - Paru le 29 novembre 2018 | Les Indispensables de Diapason

Distinctions Diapason d'or
Les Indispensables de Diapason N° 109« Premiers feux d'une artiste qui n'avait pas trente ans, absolument maître de son art et de ses charmes dans un bouquet d'airs baroques et classiques » (Diapason, décembre 2018)
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Opéra - Paru le 4 novembre 2016 | BR-Klassik

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Opéra - Paru le 4 septembre 2012 | ATMA Classique

Hi-Res Livret Distinctions Hi-Res Audio
CD9,99 €

Opéra - Paru le 1 janvier 1990 | CapriccioNR

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Si l’on veut pinailler, l’opéra Der Lindbergflug n’est pas un opéra mais une action scénique sous forme de cantate à la gloire du héros Charles Lindbergh, que l’on trouve ici dans l’enregistrement original de 1930 ; tandis que la version moderne proposée par Jan Latham König est une pièce musicale radiophonique intitulée Der Ozeanflug et non point, comme le laisse entendre la couverture du CD, Der Lindbergflug. Explication : en 1929, Brecht, Weill et Hindemith conçurent un spectacle – une sorte de cantate, si l’on veut vraiment mettre un nom sur cet ouvrage inclassable –, chacun des deux compositeurs écrivant environ la moitié de la partition. C’est cette cantate que le CD propose en seconde partie de programme, dans la version d’origine dirigée par Hermann Scherchen en 1929. Peu après Weill s’attela à finir lui-même l’intégralité de la partition, car l’apport de Hindemith n’était en réalité qu’on coup de main d’ami. La nouvelle version 100% weillienne fut créée peu après, à Berlin, sous la direction d’Otto Klemperer. En 1950, Brecht imposa une condition pour que soit joué l’ouvrage : il devrait être rebaptisé Der Ozanflug (« Le Vol océanique »), et toute mention du nom de Lindbergh serait censurée, remplacée par « l’aviateur », tandis que le chanteur tenant le rôle dudit aviateur devait indiquer que son nom « n’avait aucune importance ». Suivait une imbécile diatribe politicarde, qui ne fait pas grand honneur à Brecht, mais bon, on était encore en plein stalinisme et l’idée de communisme semblait encore attirer certains esprits dont on aurait pu imaginer qu’ils fussent évolués. C’est donc bien les deux versions que propose ce splendide enregistrement : Der Ozeanflug de Brecht et Weill dans une enregistrement moderne, suivi de Der Lindbergflug de Brecht, Weill et Hindemith, dans la version enregistrée en 1930 par le créateur Hermann Scherchen. Il est bien regrettable que ce double chef-d’œuvre de l’Entre-deux-Guerres, le meilleur de Weill et le meilleur de Hindemith, n’apparaisse pas plus souvent au programme des maisons d’opéra française, ne serait-ce qu’en traduction française, ce qui serait parfaitement raisonnable. Entre temps, vous avez là le recueil idéal. © SM/Qobuz
CD9,99 €

Opéra - Paru le 9 juin 2017 | SWR Classic

Livret Distinctions 5 de Diapason
CD9,99 €

Opéra - Paru le 21 mai 2014 | Malibran

Distinctions 4 étoiles de Classica
CD9,99 €

Extraits d'opéra - Paru le 22 octobre 2001 | Delos

Distinctions 5 de Diapason
Airs extraits de Rinaldo et Orlando / Ewa Podles, contralto - Moscow Chamber Orchestra, dir. Constantine Orbelian
CD9,99 €

Opéra - Paru le 4 janvier 2011 | SWR Classic

Livret Distinctions Gramophone Record of the Month
La soprano Juliane Banse interprète ici des airs parmi les plus beaux et les plus redoutables d'un point de vue technique. De Mozart à Bizet en passant par Massenet et Weber, elle fait le tour des grands compositeurs d’opéra et aborde avec la même aisance chaque style. Sa voix chaleureuse envoûte et séduit dans ces évocations de l'amour.
CD8,99 €

Extraits d'opéra - Paru le 10 juin 2015 | INA Mémoire vive

Livret Distinctions Diapason d'or
Œuvres de Verdi, Puccini, Rossini, Bellini / Maria Callas, soprano - Jacques Mars, basse - Albert Lance, ténor - Tito Gobbi, baryton - Jean-Pierre Hurteau, basse - L’Orchestre de l’Opéra de Paris - Georges Sebastian, direction...
CD9,99 €

Opéra - Paru le 8 juillet 2014 | Ondine

Livret Distinctions 4 étoiles de Classica
Voici le premier acte d'un opéra de Rachmaninov d'après un drame de Maeterlinck, resté malheureusement inachevé et dont Chandos avait publié un arrangement. À en juger par le fragment de 37 minutes ici enregistré, cet opéra aurait pu être magnifique. " Vladimir Ashkenazy dirige cet acte de Monna Vanna avec une fougue toute théâtrale [...]. Les jeunes forces du Conservatoire de Moscou se situent au meilleur niveau, les voix promettent, notamment le Guido très sûr de Vladimir Avtomonov, baryton clair, certes encore un peu vert, et le Marco de Dmitry Ivanchey, ténor de caractère à la russe." (Diapason, septembre 2014 / Didier Van Moere). Le reste du programme fait entendre quelques mélodies parmi les plus belles du compositeur dont la "vocalise", chantées par la talentueuse Soile Isokoski, au timbre magnifique et à la technique parfaite.
CD10,99 €

Extraits d'opéra - Paru le 1 janvier 1954 | Universal Music Australia Pty. Ltd.

Distinctions 5 de Diapason
HI-RES12,74 €14,99 €(15%)
CD8,49 €9,99 €(15%)

Opéra - Paru le 4 janvier 2019 | Alpha

Hi-Res Livret
Avec sa pochette décalée qui semble reproduire une affiche d’un film hollywoodien des années 1950, Hervé Niquet et son Concert Spirituel propose en réalité une plongée dans l’opéra des XVIIe et XVIIIe siècles français avec des œuvres de Mondonville, Rameau, Campra, Dauvergne, Francoœur, Leclair, Lully, Charpentier, Marais auxquelles il faut ajouter la redécouverte de compositeurs aux noms fleurant l’Ancien Régime, comme François Colin de Blamont ou Toussaint Bertin de la Doué. Mais derrière cet alignement de noms se cache l’humour facétieux d’Hervé Niquet qui a bâti un opéra imaginaire à l’occasion des trente ans du Concert Spirituel.Laissons le parler avec sa verve inimitable : “Notre histoire [est] des plus simples : un jeune premier, bellâtre courageux, aime une princesse des plus charmantes, mais une méchante sorcière, jalouse de cette idylle, cherche par tous les moyens à nuire à notre duo. Mais bon sang ! C’est bien sûr ! Il s’agit exactement des ingrédients d’une série américaine qui berça les jeudis après-midi de ma jeunesse : Ma sorcière bien aimée ! J’imaginais déjà une couverture avec la photo du trio adoré et la montrais à notre éditeur : éclat de rire général dans les bureaux. Katherine (Watson) alias Samantha, Karine (Deshayes) devenue Endora et Reinoud (van Mechelen) transformé en Jean-Pierre Stevens ont l’habitude maintenant de mes folies et n’ont pas pris ombrage de cette comparaison. Voyez comme les éléments de l’opéra sont simples ! Tout ceci n’est qu’histoire d’amour finalement, et avec Le Concert Spirituel [c’est ] une histoire qui dure depuis trente ans. Alors vive le pastiche, et Ma sorcière bien aimée !” Enregistré en octobre 2017 à l’Opéra royal de Versailles en collaboration avec le Centre de musique baroque de Versailles et Le Concert Spirituel, cet opéra imaginaire reprend tous les codes d’une époque où les pasticci abondaient et où les partitions n’étaient pas figées dans le marbre mais évoluaient au contraire au gré des opportunités et de la personnalité des chanteurs. Bon anniversaire au Concert Spirituel dans toutes les acceptions du terme ! © François Hudry/Qobuz

Le genre

Opéra dans le magazine