Les albums

314 albums triés par Date : du plus récent au moins récent et filtrés par Opéra et Depuis 1 an
19,99 €

Opéra - Paru le 16 novembre 2018 | Glossa

Livret
Voilà qui change radicalement du Verdi tel qu’on l’entend toujours : Fabio Biondi est à la tête de son orchestre Europa Galante jouant sur instruments d’époque et selon les équilibres alors en usage. Les habitués de versions lourdement philharmoniques en seront pour leurs frais, car Biondi « nettoie » la partition de toutes ses surcharges pondérales pour la restituer dans sa clarté originale. Il faut dire qu’il reprend ici la version originale florentine de 1847, à la faveur de la version que Verdi avait concoctée, avec force rajouts et modifications, les pires étant l’obligatoire ballet – et traduction en français au passage – pour l’Opéra de Paris, puis que l’usage avait finalement repris en italien avec lesdits rajouts. La version initiale, bien plus directe et « profilée » – on va à l’essentiel, sans se perdre dans les conventions imposées par le Grand opéra à la française. Les coloris orchestraux d’Europa Galante, d’une étonnante richesse, offrent un tout autre éclairage sur la partition, que l’on croit presque redécouvrir. A redécouvrir, donc ! © SM/Qobuz
14,99 €
9,99 €

Opéra - Paru le 16 novembre 2018 | Delos

Hi-Res Livret
1,19 €

Opéra - Paru le 16 novembre 2018 | Cedille

19,98 €

Opéra - Paru le 16 novembre 2018 | Melodiya

19,99 €

Opéra - Paru le 16 novembre 2018 | Dynamic

35,96 €
23,96 €

Opéra - Paru le 16 novembre 2018 | PentaTone

Hi-Res Livret
Enregistrée en public en version de concert, donc sans bruit scénique parasite, cette Chauve-souris, ou plutôt Fledermaus (puisque l’ouvrage est chanté en allemand avec option accent viennois et hongrois) de Strauss rassemble un éblouissant plateau en tête duquel le ténor Nikolai Schukoff, la soprano Laura Aikin, le baryton Jochen Schmeckenbecher, la mezzo-soprano Elisabeth Kulman et le ténor Christian Elsner. Ils sont soutenus par un orchestre de la NDR de Hanovre électrisé par Lawrence Foster, vieux routier du grand répertoire, roué à toutes les finesses de cette truculente partition. Inutile de redonner l’argument, quelque peu loufoque et entrelacé de rebondissements tous plus boulevardiers les uns que les autres, avec faux-semblants, marquis et comtes bidons, quiproquos et cocufiages potentiels ; précisons que les dialogues sont bien sûr donnés en allemand, mais les aficionados auront loisir soit de les écouter pour s’amuser des accents, soit les supprimer dans leur liste de lecture afin de ne garder que les numéros chantés. Car la partie musicale est des plus réussies, et il serait bien dommage de s’en priver à cause de quelques dialogues… © SM/Qobuz
29,99 €
19,99 €

Opéra - Paru le 16 novembre 2018 | Rondeau

Hi-Res Livret
19,99 €

Opéra - Paru le 16 novembre 2018 | Bongiovanni

35,99 €
23,99 €

Intégrales d'opéra - Paru le 16 novembre 2018 | naïve classique

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
Lorsque, dans les années 1920, on découvrit les manuscrits autographes de Vivaldi, aucun de ses opéras n’était connu, pas même des spécialistes. Les manuscrits ouvraient de nouveaux horizons dans le domaine baroque et n’attendaient que d’être ressuscités, ce qui devait quand même attendre quelques années. Ses opéras (écrits entre 1713 et 1739) appartiennent au genre du « drame musical » alors très en vogue en Italie, et qui deviendrait plus tard l’« opera seria ». Le genre est caractérisé par des histoires hautement émouvantes et morales, traitant d’amour, de plaisir, de pouvoir, de mort. L’action se déroule généralement au milieu d’un somptueux appareil scénique qui la situe dans un contexte historique particulier ou dans des contrées lointaines. Vivaldi compositeur d’opéras s’attachera à donner un fort impact dramatique à l’action et aux situations, à se concentrer toujours plus sur les sentiments et les caractères de ses personnages. Le compositeur avait quitté sa Venise natale en 1722 pour tenter fortune à Rome. Giustino y fut créé pendant le carnaval de 1724. Dans les États pontificaux, interdiction était faite aux femmes d’apparaître en public sur scène. Les rôles féminins de Giustino furent donc confiés à des castrats, mais pour le présent enregistrement, Ottavio Dantone et son Accademia Bizantina préfèrent faire appel à des voix de femmes plutôt que des contreténors, eu égard au grand nombre de rôles féminins très différenciés. L’ouvrage comporte nombre de scènes spectaculaires telles que la cérémonie avec chœur qui ouvre le premier acte, le combat contre l’ours, la tempête en mer, la lutte contre le monstre marin, le tombeau « parlant » de Vitaliano l’Ancien. L’intrigue se noue autour de l’empereur Justin Ier (450-527), d’extraction très modeste, et dont l’accession au trône de l’Empire attira mille jalousies et cabales. Vivaldi déploie tout son talent pour offrir à l’auditeur un opéra d’une richesse infinie, faite de musique originale et de quelques recyclages d’ouvrages antérieurs. © SM/Qobuz
17,99 €
11,99 €

Opéra - Paru le 13 novembre 2018 | Naxos

Hi-Res
14,99 €
9,99 €

Opéra - Paru le 9 novembre 2018 | Jube Classic

Hi-Res
2,54 €
1,69 €

Opéra - Paru le 9 novembre 2018 | naïve classique

Hi-Res
2,54 €
1,69 €

Opéra - Paru le 9 novembre 2018 | naïve classique

Hi-Res
2,54 €
1,69 €

Opéra - Paru le 9 novembre 2018 | naïve classique

Hi-Res
35,96 €
23,96 €

Opéra - Paru le 9 novembre 2018 | Naxos

Hi-Res Livret
La Tétralogie en Chine, même Wagner n’en aurait pas rêvé dans ses plus grandes fantasmagories de conquête planétaire, armé de son Gesamtkunstwerk. Et c’est pourtant ce que le Hong Kong Philharmonic vient de finir d’enregistrer en janvier 2018 avec ce Crépuscule des Dieux, sous la direction de son directeur musical Jaap van Zweden, tout au long de quatre années de représentations publiques – enregistrement en direct, donc, ce qui ne gâche rien pour la vivacité et la continuité de la conception. Et sans doute si Wagner avait eu à sa disposition un orchestre d’un tel niveau, peut-être aurait-il fait construire Bayreuth sur l’estuaire de la Rivière des Perles, car en Orient, on rend plus que pleinement justice à son chef-d’œuvre… Le plateau lui-même, assez peu oriental il est vrai (l’orchestre, lui, est très majoritairement composé de musiciens du cru), rassemble quelques-unes des voix les plus aguerries du moment. Les « versions de référence » ont dorénavant bien du souci à se faire avec cette nouvelle intégrale : le Philharmonique de Hong Kong n’est pas chargé de certaines « traditions » parfois assez pesantes, il joue cette musique comme si elle venait d’être composée… © SM/Qobuz
2,54 €
1,69 €

Opéra - Paru le 9 novembre 2018 | naïve classique

Hi-Res
14,99 €
9,99 €

Opéra - Paru le 9 novembre 2018 | Prima Classic

Hi-Res
2,54 €
1,69 €

Opéra - Paru le 9 novembre 2018 | naïve classique

Hi-Res
26,99 €
17,99 €

Opéra - Paru le 9 novembre 2018 | Naxos

Hi-Res Livret
Peut-être le public ne connaît-il pas trop l’opéra Maometto II de Rossini, créé à Naples en 1820 ; mais si on lui dit que la version française de 1826 s’intitule Le Siège de Corinthe… Cela dit, la réécriture française était telle que l’on peut aisément y voir deux ouvrages différents ; ne serait-ce que parce que Maometto II traite de la guerre turco-vénitienne au XVe siècle (Mehmet II est un personnage historique, sultan ottoman), Le Siège de Corinthe est transposé lors de la guerre gréco-turque en 1820 ! Voici enregistrée la version originale, de 1820, et non pas l’un des nombreux traficotages que connut l’ouvrage au cours des décennies. On y découvre un Rossini tout à fait inhabituel : peu de numéros de bravoure, et une écriture quasiment continue, très proche du livret et de ses incessants rebondissements dramatiques. Il n’est guère étonnant qu’à l’époque de la création des diverses reprises italiennes, Rossini ne rencontra guère de succès. Une œuvre trop moderne, en quelque sorte, et qui osait dévier radicalement des standards alors attendus par tout un chacun. On entend ici une captation réalisée en direct – excusez donc les quelques bruits parasites de la scène – lors du Festival Rossini de Wildbad, millésime 2017, avec les Virtuosi Brunensis (un orchestre composé des meilleurs musiciens de la scène de Brno) et le chœur de la Camerata Bach de Poznan, et un plateau de belle tenue. © SM/Qobuz
8,99 €

Opéra - Paru le 19 avril 2017 | Germanpop Oldies

Le genre

Opéra dans le magazine