Catégories :

Les albums

CD19,99 €

Opéra - Paru le 4 octobre 2019 | Cameo Classics

Livret
HI-RES29,99 €
CD19,99 €

Opéra - Paru le 4 octobre 2019 | Jube Classic

Hi-Res
CD9,99 €

Opéra - Paru le 4 octobre 2019 | Gega New

CD9,99 €

Opéra - Paru le 4 octobre 2019 | Gega New

HI-RES14,49 €
CD9,99 €

Opéra - Paru le 20 septembre 2019 | Odradek Records

Hi-Res
CD19,99 €

Opéra - Paru le 20 septembre 2019 | Bongiovanni

CD13,49 €

Opéra - Paru le 12 septembre 2019 | Menuetto Classics

HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Opéra - Paru le 6 septembre 2019 | Glossa

Hi-Res Livret
Avec « The Farinelli Manuscript », Ann Hallenberg, accompagnée par Stefano Aresi et Stile Galante, offre une lecture étincelante des arias chantées par le castrat Carlo Broschi, durant ses ving-trois années passées en Espagne (et recueillies dans un volume envoyé à l’impératrice Marie Thérèse d’Autriche). Décrite comme « une force de la nature », dotée d’une colorature impeccable et d’une pureté de timbre hors pair, la mezzo-soprano suédoise nous offre une représentation fougueuse de la musicalité de Farinelli qui émerveilla l’audience de la cour espagnole. Invité à résider à Madrid alors qu’il était à l’apogée de ses facultés en 1737, Farinelli donnait régulièrement des concerts pour les reines d’Espagne, Elisabetta Farnese et Maria Barbara de Bragança ainsi que leurs époux respectifs, Felipe V et Fernando VI, en chantant quelques huit ou beuf arias durant ces soirées. Selon l’état des recherches actuelles, nous pouvons reconnaître parmi les différentes calligraphies des partitions du manuscrit celles de musiciens actifs à Madrid : Niccolo Conforto, Giovanni Battista Mele ainsi que Farinelli. Le recueil contient aussi des arias d’autres compositeurs italiens éminents de l’époque : Giay, Latilla et Giacomelli. Hallenberg chante les ornements ajoutés et les da capo inclus dans le manuscrit de Farinelli, tandis que d’autres embellissements sont fournis par Aresi qui suit l’instrumentation précise, l’effectif et la disposition des interprètes dans l’espace en accord avec les archives de la cour. Aresi est aussi l’auteur de l’essai accompagnant le livret, qui participe à la démystification de la désinformation historique concernant les années madrilènes de Farinelli. © Glossa
CD8,99 €

Opéra - Paru le 6 septembre 2019 | Master Tape Records

CD14,99 €

Opéra - Paru le 16 août 2019 | Broadway Records

CD14,99 €

Opéra - Paru le 10 août 2019 | 401DutchOperas

CD9,99 €

Opéra - Paru le 10 août 2019 | 401DutchOperas

CD9,99 €

Opéra - Paru le 2 août 2019 | Gega New

CD9,99 €

Opéra - Paru le 20 juillet 2019 | 401DutchOperas

CD14,99 €

Opéra - Paru le 19 juillet 2019 | VBI Classic Recording

HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Opéra - Paru le 12 juillet 2019 | Delos

Hi-Res Livret
HI-RES21,99 €
CD18,99 €

Extraits d'opéra - Paru le 7 juin 2019 | deutsche harmonia mundi

Hi-Res Livret
Voilà un projet discographique qui ne laissera personne indifférent. Alors que de beaux esprits se battent autour de la « théorie du genre », la cantatrice Vivica Genaux, le contre-ténor Lawrence Zazzo et le chef fondateur du Lautten Compagney de Berlin, Wolfgang Katschner viennent fort à propos nous rappeler que l’opéra baroque offrait le spectacle permanent de la confusion des genres, des sexes et des sens. Sur la scène de l’opéra aux XVIIe et XVIIIe siècles, les femmes étaient souvent des hommes et les hommes, surtout des castrats, étaient des femmes. C’est cette confusion génératrice de tant de chefs-d’œuvre redevenus aujourd’hui à la mode qui est illustrée dans ce double album consacré à des airs et des duos d’opéras baroques de Haendel, Hasse, Galuppi, Vivaldi, Wagenseil, Lampugnani, Porpora et Traetta. Vivica Genaux est tour à tour « primo uomo » ou « prima donna » au même titre que Lawrence Zazzo avec lequel elle échange ses rôles. Elle brille ainsi en Roi de Perse alors qu’il assume le rôle de l’épouse de Serse. Cet album, qui pourrait s’appeler « Vivica et le grand Zazzo », au-delà du délire baroque qu’il nous apporte, nous rappelle que le théâtre n’a jamais assigné un rôle précis à chaque sexe, mais qu’il est au contraire un espace de liberté et de créativité. © François Hudry/Qobuz
CD9,99 €

Opéra - Paru le 7 juin 2019 | Nimbus Records

Livret
Passionné par l’opéra depuis son adolescence, le compositeur britannique George Benjamin avoue avoir mis trop de temps pour en composer et souhaite avoir le temps d’en écrire encore beaucoup. À près de soixante ans, il commence, de son aveu même, une course contre le temps pour mener tous ses projets opératiques à leur terme. Commandé par le Royal Opera House en collaboration avec six maisons lyriques internationales, dont l’Opéra de Lyon, Lessons in Love and Violence, créé à Covent Garden en 2018, a confirmé le talent de Benjamin déjà remarqué dans ses deux opéras précédents, notamment Written on Skin, écrit pour le Festival d’Aix-en-Provence de 2012. Composé sur un livret de Martin Crimp d’après la célèbre tragédie de Marlowe, l’ouvrage s’inspire du théâtre élisabéthain avec son inventivité et la fulgurance des personnages, le tout porté par une distribution splendide. Complots, passion, violence, l’histoire parle d’un roi, Edouard II d’Angleterre, s’opposant à son épouse et à son propre fils, et tiraillé par l’amour qu’il voue au jeune chevalier gascon Piers Gaveston. Située dans notre univers contemporain, cette terrible histoire de pouvoir et de politique provoquant une violence extrême prend des résonnances terriblement actuelles. Après la parution en DVD de la création londonienne, voici une nouvelle version audio enregistrée sous la direction du compositeur lors du Festival de Hollande 2018. Cette captation permet de retrouver certains interprètes de la création, tels la phénoménale Barbara Hannigan incarnant la reine Isabelle de France et Stéphane Degout dans celui du roi qui trouve là un de ses plus grands rôles. Cette oeuvre dense et puissante a obtenu un immense succès à Londres, un enthousiasme toujours renouvelé après les productions de Lyon, Hambourg et d’Amsterdam où cet album a été enregistré. © François Hudry/Qobuz
HI-RES21,99 €
CD18,99 €

Extraits d'opéra - Paru le 7 juin 2019 | deutsche harmonia mundi

Hi-Res Livret
Voilà un projet discographique qui ne laissera personne indifférent. Alors que de beaux esprits se battent autour de la « théorie du genre », la cantatrice Vivica Genaux, le contre-ténor Lawrence Zazzo et le chef fondateur du Lautten Compagney de Berlin, Wolfgang Katschner viennent fort à propos nous rappeler que l’opéra baroque offrait le spectacle permanent de la confusion des genres, des sexes et des sens. Sur la scène de l’opéra aux XVIIe et XVIIIe siècles, les femmes étaient souvent des hommes et les hommes, surtout des castrats, étaient des femmes. C’est cette confusion génératrice de tant de chefs-d’œuvre redevenus aujourd’hui à la mode qui est illustrée dans ce double album consacré à des airs et des duos d’opéras baroques de Haendel, Hasse, Galuppi, Vivaldi, Wagenseil, Lampugnani, Porpora et Traetta. Vivica Genaux est tour à tour « primo uomo » ou « prima donna » au même titre que Lawrence Zazzo avec lequel elle échange ses rôles. Elle brille ainsi en Roi de Perse alors qu’il assume le rôle de l’épouse de Serse. Cet album, qui pourrait s’appeler « Vivica et le grand Zazzo », au-delà du délire baroque qu’il nous apporte, nous rappelle que le théâtre n’a jamais assigné un rôle précis à chaque sexe, mais qu’il est au contraire un espace de liberté et de créativité. © François Hudry/Qobuz

Le genre

Opéra dans le magazine