Catégories :

Les albums

CD19,99 €

Piano solo - Paru le 5 juillet 2019 | APR

Livret Distinctions Gramophone Editor's Choice
Son nom n’est plus guère connu que par quelques connaisseurs de l’histoire du piano et des pianistes. Il fut pourtant une des grandes figures du piano français du XXe siècle et connu dans toute l’Europe. Né de parents inconnus en 1907, Jean Doyen est entouré de légendes erronées qui ont fleuri sur toutes les notices le concernant. Orphelin, il reçoit son patronyme officiel par un décret de 1949 alors qu’il est célèbre et qu’il a déjà enregistré toutes les œuvres figurant sur le présent album. Jouant essentiellement en France et en Allemagne, il a associé son nom aux compositeurs de ces deux pays à quelques exceptions près. À Paris, il impose le 2e Concerto de Brahms à une époque où on méprise avec hauteur le compositeur allemand. Il se fait aussi le champion de la musique de Saint-Saëns, Fauré, Debussy et Ravel dont il grave le tout premier enregistrement de Gaspard de la nuit, en 1937, quelques mois avant la mort du compositeur. Cette première est certes un document, mais c’est avant tout son intérêt musical qu’on pourra savourer ici grâce au jeu virtuose et imaginatif de Jean Doyen, avec un son très bien restitué. Jean Doyen s’est beaucoup intéressé à la musique française de son temps en jouant des œuvres de Vincent d’Indy, Gabriel Grovlez, Pierre Vellones ou encore d’Odette Fayaud. Sa curiosité ne l’a toutefois pas amené à fréquenter la musique iconoclaste de Satie et du jeune Groupe des Six. Compositeur et, surtout, pédagogue, Jean Doyen a formé de très nombreux élèves ; son mandat de professeur reste un des plus longs de l’histoire du Conservatoire de Paris. Ce volume consacré à des enregistrements réalisés entre 1930 et 1942 propose de la musique française, mais aussi des œuvres de Chopin et notamment ses Variations sur l’air « Là ci darem la mano », pour piano et orchestre, que Doyen fut le premier à exhumer en 1932 et qu’il enregistra quatre années plus tard avec un orchestre français non identifié. © François Hudry/Qobuz
HI-RES13,49 €
CD8,99 €

Piano solo - Paru le 5 avril 2019 | Eloquentia

Hi-Res Distinctions 5 de Diapason
HI-RES29,99 €
CD19,99 €

Piano solo - Paru le 5 avril 2019 | BIS

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
« Le pianiste turc Can Çakmur (prononcer Djahn Tchakmour) [...] a choisi un queue de concert de la prestigieuse série Shigeru Kawai, harmonisé à la perfection par Hidemi Okibo. L'instrument, capté à une distance optimale, baigne dans une acoustique naturelle, à la réverbération idéale. [...] Est-ce ce réalisme sonore qui rend d'emblée l'artiste captivant, dans un long programme judicieusement construit ? Sans doute, mais si une prise de son peut abîmer un jeu, elle ne peut pas lui donner une beauté qu'il n'aurait pas. [...] » (Diapason, septembre 2019 / Alain Lompech)
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Piano solo - Paru le 15 mars 2019 | Rubicon Classics

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
CD19,99 €

Piano solo - Paru le 1 mars 2019 | APR

Livret Distinctions Diapason d'or
Consacré à l’Ecole française du piano, cet album réunit l’intégralité des enregistrements commerciaux entre 1927 et 1955 des deux seuls élèves de Louis Diémer (1843-1919) : Victor Staub (1872-1953) et Lazare-Lévy (1882-1964). Il aura fallu plus de neuf ans de travail pour réunir ces matériaux sonores et biographiques. Aucun disque de Staub n’avait été republié en microsillon. Quant à Lazare-Lévy, sa discographie s’enrichit d’inédits rares (les enregistrements de 1929 et 1951).
HI-RES17,49 €
CD14,99 €

Piano solo - Paru le 8 février 2019 | Nonesuch

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
« [...] Le pianiste américain Jeremy Denk fait le pari de couvrir près de sept siècles de musique en vingt-cinq étapes. Il faut moins de deux heures pour passer de la sobre poésie de Guillaume de Machaut (Doulz amis) à L'Automne à Varsovie, cette étude où Ligeti invite dans son piano les gestes de Chopin. [...] Le jeu profond et subtil de Jeremy Denk transforme cette expérience en une formidable démonstration pianistique. Sa Mort d'Isolde est un modèle du genre, sensuelle, luxuriante, parfaitement construite ; [...] en outre, sa sonorité toujours très soignée permet d'éviter les discontinuités dans ce parcours à travers les siècles, tout en mélangeant quelques constrastes saisissants. [...] » (Diapason, avril 2019 / Jérôme Bastianelli)
CD48,99 €

Piano solo - Paru le 18 janvier 2019 | Universal Music Division Decca Records France

Distinctions 5 de Diapason
Grande figure du piano du XXe siècle, seconde épouse du compositeur Olivier Messiaen dont elle fut la principale interprète après avoir été son élève en classe d’analyse au Conservatoire de Paris, Yvonne Loriod (1924-2010) ne fut pas seulement une pianiste mais aussi une musicienne de haut niveau, capable de réduire pour deux pianos l’opéra de son mari Saint-François d’Assise, d’orchestrer son Concert à quatre et même d’apporter des corrections à ses compositions. « Si Messiaen n’avait pas rencontré Loriod, Messiaen n’aurait probablement pas été Messiaen », n’a pas peur d’affirmer le pianiste Roger Muraro dont elle fut le professeur. Pierre-Laurent Aimard, un autre de ses élèves, ressent lui aussi l’influence musicale qu’elle eut sur son mari : « Avant qu’ils ne se rencontrent, sa musique pour piano parlait de son passé d’organiste : elle était moins virtuose, moins difficile, moins variée. Et tout à coup elle refléta la brillante technique de sa jeune prodige ». Egalement remarquable pédagogue à la forte personnalité, elle a laissé une profonde empreinte sur ses élèves, particulièrement ceux qu’elle aura suivis au fil de ses 22 années d’enseignement au Conservatoire National de Musique de Paris rue de Madrid. Pour marquer le 95e anniversaire de sa naissance (20 janvier 2019), Decca publie pour la première fois l’intégralité de ses enregistrements, réalisés entre 1956 et 1963 pour le label Véga, dont un bon nombre sont inédits en CD. Un bel hommage qui témoigne de l’étendue de son répertoire : Mozart, Chopin, Schumann, Liszt, Albéniz, De Falla, Berg, Barraqué, Webern, Messiaen, Boulez…, parmi lesquels onze enregistrements en première mondiale. (Qobuz / GG)
HI-RES26,99 €
CD20,24 €

Piano solo - Paru le 11 janvier 2019 | audite Musikproduktion

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or - Gramophone Editor's Choice
« Le dernier romantique. En marge de sa discographie officielle (et tardive), une avalanche d'archives enrichit le legs du pianiste cubain Jorge Bolet, maître d'une virtuosité bel cantiste, méticuleuse et flamboyante. Un triple album captivant, venu de Berlin, doublement précieux en ce qu'il documente les années 60, et parce qu'il nous fait entendre, pour l'essentiel, des pièces auxquelles Bolet ne reviendra pas en studio. Au sommet, Schumann/Liszt et Godowsky. » (Diapason, octobre 2019 / Gaëtan Naulleau)
CD27,99 €

Piano solo - Paru le 11 janvier 2019 | Universal Music Australia Pty. Ltd.

Distinctions Diapason d'or
« Eloquence étoffe l’anthologie publiée par Philips dans sa collection « The Early Years » : les 2 CD se concentraient sur les œuvres espagnoles enregistrées par Eduardo del Pueyo dans les années 1950 à Paris. S’ajoutent désormais les Beethoven, Bach et Franck captés à la même époque à Amsterdam, ciselés par le saisissant Del Pueyo. [...] Quant aux Nuits dans les jardins d’Espagne, cette approche directe et sans faux-semblants, partagée avec Martinon, nous vaut un must de la discographie. Ensemble parfois austère mais passionnant, à ne pas mettre entre toutes les mains. » (Diapason, juillet-août 2019 / Laurent Muraro)
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Piano solo - Paru le 23 novembre 2018 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - Gramophone Editor's Choice - 5 Sterne Fono Forum Klassik - 5 étoiles de Classica
Toujours un brin provocante, la star mondiale du piano chinois Yuja Wang donnait en juin 2018 un récital à la Philharmonie de Berlin, avec un programme aux trois-quarts russe et pour un quart hongrois, mais quoi qu’il en soit, ancré dans le XXe siècle. Rachmaninov, dont les Préludes de l’Op. 23 ouvraient le siècle en 1901, encore dans les poétiques nuages à la Chopin. Scriabine et sa Dixième Sonate de 1913, dont les nuages s’éloignent du poétique pour s’aventurer dans le mystère, l’impalpable, l’inquiétant ; ce qui permet à Yuja Wang de nous démontrer combien elle sait aussi caresser le piano de la manière la plus douce qui soit. Prokofiev ensuite, dont la Huitième Sonate de 1944 est sans doute la moins violente des trois « sonates de guerre », mais suffisamment pour exiger des doigts d’acier, et Wang en a à revendre. L’album s’achève cent ans après les Préludes de Rachmaninov, avec quelques Études de Ligeti dont la dernière fut terminée en 2001. Le compositeur hongrois y allie toutes les caractéristiques développées par les trois compositeurs précédents : un certain romantisme tardif, le mystère, la férocité léonine. Voilà un programme d’une grande originalité que Yuja Wang a défendu avec ardeur. © SM/Qobuz
CD29,99 €

Piano solo - Paru le 26 octobre 2018 | APR

Livret Distinctions Diapason d'or - Gramophone Editor's Choice
On garde souvent du grand pianiste allemand Wilhelm Backhaus l’image du vieux maître au front blanchi et figé dans des interprétations un peu sages et austères. Avec sa physionomie de jeune Beethoven farouche, Backhaus donna son premier récital en 1899 et son dernier concert, vieillard respectable, se déroula le 5 juillet 1969, une semaine avant sa mort. Soixante-dix ans d’une carrière éclatante que le miracle du disque nous a préservée, car, contrairement à ses collègues Rubinstein et Schnabel qui renâclaient devant le disque, Backhaus est un des pionniers de l’enregistrement, ayant réalisé ses premiers disques dès 1908. Réalisés pour La Voix de son maître (HMV) entre 1925 et 1935 et restaurés ici avec soin, ces enregistrements sont surtout consacrés à Chopin (premier enregistrement intégrale des Études), Liszt et Schumann. La seconde partie est par ailleurs réservée aux transcriptions qu’on affectionnait tant à cette époque lointaine. Si la technique ébouriffante du jeune Backhaus a de quoi nous étonner aujourd’hui, elle nous renseigne aussi historiquement, car les modes de jeu changent avec les années et plus personne n’oserait sans doute jouer aujourd’hui dans des tempi pris avec cette vitesse hallucinante qui détruit le discours pour ne faire entendre que la performance. Plus encore que de nos jours, le récital de piano était à l’époque une espèce de cirque où la musique ne trouvait pas toujours sa part. C’est après la Deuxième Guerre mondiale que les pianistes se sont un peu assagis et ont commencé à délaisser les sacro-saintes « petites pièces » pour jouer les grandes sonates de Beethoven ou de Schubert, trouvant alors une gravité plus en accord avec l’esprit du temps. Les tempi se sont singulièrement ralentis en même temps que l’invention du microsillon permettait de capter de longues plages de musique, plus propices à l’épanchement de l’expression que ne le permettaient les faces de 78 tours. Il est vraiment touchant de revenir à ses enregistrements symbolisant un monde perdu à tout jamais. © François Hudry/Qobuz
HI-RES18,99 €
CD15,99 €

Piano solo - Paru le 5 octobre 2018 | Sony Classical

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - 4F de Télérama - Gramophone Editor's Choice - 5 Sterne Fono Forum Klassik
Après plusieurs enregistrements consacrés à Bach (Partitas, Variations Goldberg) et Beethoven (dernières sonates et Variations Diabelli), voilà que le pianiste germano-russe sort un nouvel album qui pourrait passer à première vue comme étonnement narcissique si l’on ne creusait pas un peu plus loin ses motivations. Frappé par la mort d’un ami cher il publie, sous le titre : Lifew, un récital en forme de « tombeau » d’autrefois, en hommage à cette cruelle disparition. Le contenu dépasse cet acte amical en proposant une intense réflexion musicale sur la perte, le chagrin, le désespoir et la résignation, débouchant sur le réconfort en compagnie de Bach, revu par de puissants transcripteurs : Liszt, Brahms, Busoni, jusqu’à la Peace Piece de Bill Evans en passant par la Marche solennelle vers le Saint Graal de Parsifal et le Liebestod de Tristan de Richard Wagner. On y trouve aussi une brève pièce extraite des Dreams du compositeur américain Frederic Rzewski, très proche de l’interprète. Pianiste atypique, Igor Levit aime les défis complexes et c’est dans une grandeur sombre et mélancolique qu’il nous invite à le suivre au cours d’un périple personnel qui touche pourtant à l’universel. Des moments contemplatifs mêlés à une sensualité fascinante et assez envoûtante. Un hommage résolument captivant qui abolit les frontières et le temps en nous offrant de nouvelles perspectives. © François Hudry/Qobuz
CD5,99 €

Piano solo - Paru le 28 septembre 2018 | Cascavelle

Distinctions 5 de Diapason
« Le titre ne ment pas : c'est bien "l'art" du maître italien qui resplendit dans ce coffret, [...] montrant l'artiste dans une forme étonnante alors qu'il avait déjà près de quatre-vingt-ans. [...] Un riche complément à la somme éditée en 2009 par Warner. » (Diapason, janvier 2019 / Bertrand Boissard)
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Piano solo - Paru le 21 septembre 2018 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res Livret
On a pu décrire la musique comme un moyen de sauver ce qui a été perdu – une idée simple mais forte dont se nourrit la manière dont Hélène Grimaud définit l’expression artistique. Son nouvel album Memory traite du pouvoir qu’a la musique de faire revivre des images du passé dans le moment présent, de susciter des évocations vives et pénétrantes d’une époque et d’un lieu. Il explore l’essence du souvenir à travers une série de miniatures pour piano pleines de raffinement. Le choix du répertoire est vaste et varié, depuis les rêveries de Chopin et Debussy jusqu’aux mélodies intemporelles, de caractère folklorique, de Valentin Silvestrov. © Universal
HI-RES23,49 €
CD16,49 €

Piano solo - Paru le 31 août 2018 | ECM New Series

Hi-Res Livret Distinctions 4F de Télérama
Depuis que les premiers compositeurs ont donné à leurs pièces des titres tels que « nocturnes » ou « sérénades », il existe de la musique spécifiquement destinée à évoquer le crépuscule ou la nuit. Par contre, ce n’est qu’à partir de l’ère romantique que la nuit a commencé à rimer, musicalement du moins, avec inquiétude, voire terreur. Les Phantasiestücke de Schumann (1837) comportent au moins un mouvement nocturne dans lequel la nuit est présentée sous un jour (ose-t-on dire) quasiment terrorisé : In der Nacht, un des plus grands moments schumanniens, concentré en à peine quatre minutes. Soixante dix ans plus tard, Ravel poussait la terreur encore plus loin avec Le Gibet, le mouvement central de Gaspard de la nuit – encore la nuit –, un gibet où les pendus balancent doucement au son de la cloche nocturne ; tandis que Scarbo qui referme le triptyque évoque un gnome de cauchemar. Enfin, si En plein air de Bartók ne se passe pas forcément la nuit de bout en bout, le quatrième mouvement, Musiques nocturnes, reste l’un des moments les plus inquiétants de toute la littérature pianistique. Né à Budapest en 1968, Dénes Várjon a étudié auprès de György Kurtág et d’András Schiff. Lauréat des prix Liszt ainsi que des concours Géza Anda et Leo Weiner de Budapest, il se produit dorénavant aux festivals de Salzbourg, Lucerne, Davos, ou encore avec l’Orchestre de Chambre de Vienne, la Tonhalle de Zürich, l’Academy of St. Martin-in-the-Fields, la Kremerata Baltica. © SM/Qobuz
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Piano solo - Paru le 29 juin 2018 | Mirare

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
Voilà un programme des plus éclectiques, mais dont la logique architecturale est implacable : Lux, « Lumière », de l’aube à la nuit, un arc partant du chant grégorien – la misa in aurora – jusqu’au clair de lune de la fameuse sonate de Beethoven, en passant par la fulgurante lumière méridienne de la Quatrième Sonate de Scriabine, suivie du prélude postprandial du faune que l’on sait (une réécriture pour piano seul signée du pianiste Matan Porat lui-même), et bien d’autres pièces de Dowland à Thomas Adès évoquant tel ou tel moment du jour. Matan Porat réalise là un assemblage hautement original – la marque de fabrique de ce pianiste, il faut le préciser –, que d’aucuns considéreront peut-être comme trop hardi, que d’autres applaudiront : à chacun de se faire sa religion. On se demande bien où le mènera un éventuel nouvel opus discographique ! © SM/Qobuz
CD8,99 €

Piano solo - Paru le 27 avril 2018 | Passavant Music

Livret
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Piano solo - Paru le 13 avril 2018 | La Dolce Volta

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or - Prise de Son d'Exception
Parmi les nombreux jeunes talents qui naissent sur la scène musicale, il en est quelques-uns dont le petit plus nous captive. C’est le cas de Florian Noack dont la générosité et le rayonnement solaire illuminent dès la première rencontre. Sa vivacité et sa curiosité sont enthousiasmantes. Ses "vingt-cinq" doigts galopant sur le clavier émerveillent. Et surtout… surtout, sa sincérité et son humilité remplissent de respect. Voyager au cœur des folklores des nations, partager la saveur unique de leurs musiques virtuoses ou pudiques, offrir parfois ses propres arrangements en première mondiale… Voici l’étonnante aventure sonore à laquelle nous convie le pianiste Florian Noack pour son premier enregistrement réalisé pour La Dolce Volta, après plusieurs albums pour Ars Produktion et Artalinna. Florian Noack propose un album autour de la danse : Brahms, Grieg, Schubert, Rachmaninov, Szymanowski, Komitas, Janáček, Nín, Martucci, Grainger, pour un parcours virtuose, poétique, intime. Il faut la palette extrêmement variée du talent de Florian Noack pour nous offrir la quintessence de ces pièces qui, sous d’autres doigts, regagneraient le répertoire de salon. Un album plein de charme, qui ne vous laissera pas indifférent, pour sûr ! © La Dolce Volta« Des rythmes jubilatoires de Molly on the Shore selon Grainger à une Danza iberica de Nin, Florian Noack nous scotche une fois encore par son art du toucher et de la transcription. » (Diapason, mai 2018)
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Piano solo - Paru le 23 mars 2018 | Rubicon Classics

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - Gramophone Editor's Choice
HI-RES16,99 €
CD13,99 €

Piano solo - Paru le 23 février 2018 | Melodiya

Hi-Res Distinctions 5 de Diapason

Le genre

Opéra dans le magazine