Catégories :

Les albums

CD14,49 €

Classique - Paru le 8 novembre 2019 | Sony Classical

HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 25 octobre 2019 | Reference Recordings

Hi-Res
En homme de son temps, Prokofiev a lié son nom au cinéma russe. Il a ainsi travaillé avec Eisenstein au film Alexander Nevski en 1938. Les deux hommes s’inspirèrent réciproquement : certaines séquences ont pour point de départ les images filmées, d’autres la musique. Une situation tout à fait singulière qui fait de la bande originale plus qu’un exhausteur dramatique mais un moteur de l’action à part entière ! Prokofiev en tira une cantate pour mezzo, chœur mixte et orchestre en sept tableaux. L’orchestre, savamment écartelé entre des graves profonds et des aigus scintillants, ménage pour le chœur un espace grandiose parfois inquiétant. Le langage musical de Prokofiev harmonise de façon moderniste, tout en dissonances tendues, des thèmes aux tournures populaires. Les musiciens, choristes et instrumentistes, montrent un très haut niveau d’excellence. Emmenés par Thierry Fisher, un habitué des répertoires aux effectifs imposants, ils délivrent une très belle version. Jamais artificiellement grandiloquents, ils sont au service d’une œuvre aux résonances historiques et politiques. Plus légère, la seconde partie de cet album Prokofiev se penche sur sa première incursion cinématographique, en 1933. Le film d’Alexander Feinzimmer, Lieutenant Kijé, raconte le destin d’un lieutenant imaginaire, né d’une erreur administrative. Il ne fut pas réalisé mais Prokofiev fit de sa partition une suite d’orchestre. D’un humour parfois caustique, elle est animée d’une succession d’atmosphères évocatives. La mise en valeur soignée des vents propose un défilé sonore d’uniformes, fifres et cuivres stylisant l’univers militaire – en particulier dans les premier et troisième mouvements – tandis que le deuxième mouvement fait entendre une Romance qui prend la forme d’un thème et variations. Contrebasse, basson, célesta et flûte s’y relaient pour chanter ce thème nostalgique. Tour de force d’écriture, le finale fait entendre tous les thèmes entendus dans un grand tableau poignant où l’Orchestre symphonique de l’Utah se distingue par sa capacité à multiplier les couleurs et les plans sonores. © Elsa Siffert/Qobuz
HI-RES17,49 €
CD12,49 €

Classique - Paru le 25 octobre 2019 | harmonia mundi

Hi-Res Livret
Avec ce nouvel album consacré à Prokofiev, Bruno Philippe referme en beauté une année discographique consacrée à la musique russe. Après les Sonates de Rachmaninov et Miaskovski avec Jérôme Ducros, il retrouve ici son partenaire de toujours Tanguy de Williencourt au piano, mais aussi son mentor Christoph Eschenbach à la tête du hr-Sinfonieorchester Frankfurt. Au programme, cette (étonnamment ?) romantique Sonate pour violoncelle et piano et la Symphonie concertante, sommet absolu de virtuosité – deux ouvrages destinés au grand Rostropovitch qui les créa toutes deux en 1950 et 1952. © harmonia mundi
CD14,49 €

Classique - Paru le 25 octobre 2019 | Sony Classical

HI-RES17,49 €
CD12,49 €

Classique - Paru le 18 octobre 2019 | harmonia mundi

Hi-Res Livret
"Ce premier volet d’une intégrale s’impose d’ores et déjà dans la discographie", clamait le magazine Classica à réception du volume consacré aux Sonates n° 2, 6 et 8 de Prokofiev (Choc, 2016). Avec ce nouvel opus, Alexandre Melnikov a fait le choix de nous plonger dans trois périodes bien distinctes de la vie créatrice du compositeur, depuis les fulgurances de la 4e, peu jouée, jusqu’au geste ample de la toute dernière. Entre les deux, la 7e ramène une dernière fois l’auditeur dans l’univers inquiet propre aux trois « sonates de guerre ». Richter disait l’avoir apprise en quatre jours ! © harmonia mundi
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 4 octobre 2019 | BIS

Hi-Res Livret
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 4 octobre 2019 | Steinway and Sons

Hi-Res Livret
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Classique - Paru le 4 octobre 2019 | Paraty

Hi-Res Livret
Où se situent les sonates pour violon et piano dans la chronologie du catalogue de Prokofiev ? Les deux sonates datent de la dernière partie de la carrière de Prokofiev, celle de sa période soviétique. En 1918, il avait en effet quitté son pays natal pour les États-Unis, puis pour l’Europe, avant son retour définitif en Union soviétique à la fin de 1932. La première sonate, la Sonate en fa mineur Op. 80, a été ébauchée aux États-Unis en 1938 et terminée en 1946, alors que Prokofiev avait achevé la Seconde Sonate Op. 94 à Moscou trois ans plus tôt, en 1943, dans sa version originale destinée à la flûte. © Paraty
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Classique - Paru le 27 septembre 2019 | Sony Classical

Hi-Res Livret
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Classique - Paru le 20 septembre 2019 | La Dolce Volta

Hi-Res Livret
Dans son second album pour le label français La Dolce Volta – qui vient après le magnifique Album d'un voyageur, ballade traversant l'Europe d'ouest en est, de l'Espagne à la Pologne, des rythmes populaires de Paul Ladmirault (Variations sur des airs de biniou) aux Danses de Szymanowski – Florian Noack revient à la musique russe, un tropisme très fort chez lui depuis son adolescence. Prokofiev le hante depuis cet âge-là, quand il découvre lors des retransmissions télévisées du Concours Reine Elisabeth en 2003 l’interprétation du Second Concerto de Prokofiev par Severin von Eckardstein (futur Premier Prix), date historique dans l’histoire de ce concours. Avec ce nouvel enregistrement, où ne figurent que des œuvres originales, Florian Noack compose un programme alternant relatives raretés (Contes de la vieille grand-mère, Quatre Études, Op. 2) et pages plus célèbres, en l’occurrence deux chefs-d’œuvre absolus du piano de Prokofiev. Écrites entre 1915 et 1917, les Visions fugitives forment un catalogue de vingt miniatures inspirées du poète symboliste Constantin Balmont, à l'imaginaire inépuisable. L’interprétation du pianiste belge y est plus tendre, ou rêveuse, que sarcastique (Raekallio, Ondine 1989), inquiète (Gourari, ECM 2014, d’un lyrisme mélancolique poignant) ou piquante (Mustonen, Decca). Il clôt son récital avec la Sixième Sonate, Op. 82, la première des « sonates de guerre », et en donne une version aux contrastes modérés, mais néanmoins ferme. © Pierre-Yves Lascar/Qobuz
CD13,49 €

Classique - Paru le 9 septembre 2019 | Menuetto Classics

CD1,69 €

Classique - Paru le 23 août 2019 | BAM Beyond Any Music

CD14,99 €

Classique - Paru le 1 août 2019 | Ameritz Music Ltd

HI-RES5,99 €6,49 €(8%)
CD4,99 €5,49 €(9%)

Classique - Paru le 12 juillet 2019 | Warner Classics

Hi-Res
CD19,98 €

Classique - Paru le 4 juillet 2019 | Ameritz Music Ltd

CD5,49 €6,99 €(21%)

Classique - Paru le 7 juin 2019 | Warner Classics

HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Classique - Paru le 3 mai 2019 | Sony Classical

Hi-Res
HI-RES16,49 €
CD10,99 €

Duos - Paru le 5 avril 2019 | Fuga Libera

Hi-Res Livret Distinctions 4F de Télérama
Le titre Masques, en référence au ballet Roméo et Juliette, reflète cette musique visionnaire, pleine d’esprit et de couleurs, souvent théâtrale, exprimant toutes les émotions humaines. Les mille personnages qu’elle fait naître sont tour à tour acteurs puis spectateurs de leur propre vie. La Première Sonate pour violon, véritable épopée, nous mène de la désolation pétrie d’angoisse ou traversée d’un souffle évoquant « le vent sur les tombes » au lyrisme nostalgique – souvenir d’un paradis perdu ? – d'une joie frénétique, elle-même mue par une formidable énergie rythmique : éclatement, dissolution de tous les espoirs, avant un retour à la blancheur glacée du début puis la résignation finale. La Seconde Sonate, d’un pur lyrisme, ponctuée d’humour, est en quelque sorte le pendant lumineux de la Première. © Fuga Libera
CD13,99 €

Classique - Paru le 5 avril 2019 | Deutsche Grammophon (DG)

Le genre

Opéra dans le magazine