Catégories :

Les albums

HI-RES11,99 €15,49 €(23%)
CD8,49 €10,99 €(23%)

Classique - Paru le 22 décembre 2014 | Decca Music Group Ltd.

Hi-Res Livret Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Il s’agit bien ici du ballet complet Casse-noisette de Tchaïkovski, et pas de l’habituelle Suite que l’on entend fréquemment en concert. C’est qu’Antal Doráti (1906 – 1988) ne fut pas étranger au monde du ballet, puisqu’il dirigea les Ballets russes de Monte-Carlo de 1933 à 1941, puis du American Ballet Theatre pendant quelques années : c’est dire qu’il savait de quoi il parlait lorsqu’il abordait de telles partitions chorégraphiques, auxquelles il donnait toute leur vigueur dramatique tout autant que la richesse orchestrale. Le présent enregistrement de Casse-noisette fut réalisé en juillet 1962 avec le London Symphony Orchestra, celui de la Sérénade pour cordes qui complète l’album en juin 1958 avec le Philharmonia Hungarica dont Doráti fut Président honoraire dés sa fondation deux ans auparavant. On rappellera que cet orchestre fut créé en Allemagne par des musiciens hongrois ayant fui l’invasion soviétique de la Hongrie, et qu’il servit presque d’outil de propagande anti-soviétique jusqu’à la chute du Rideau de fer ; mais en 2001, l’idée de propagande n’étant plus à l’ordre du jour, les subsides du gouvernement allemand furent coupés et l’orchestre fut tout bonnement supprimé après quarante-cinq ans de bons et loyaux services. Quant à ces deux enregistrements, ils furent réalisés avec un matériel à la pointe de la technologie, la célèbre Mercury Living Presence, pour une sonorité magique de couleurs, de présence et de profondeur. Signalons également – pour Casse-noisette – qu’il s’agit du deuxième des trois enregistrements que Doráti laissa de ce ballet intégral : tous les trois demeurent des indispensables absolus de la discographie. © SM/Qobuz
HI-RES15,49 €
CD10,99 €

Classique - Paru le 20 novembre 1981 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res Livret
HI-RES9,49 €
CD6,49 €

Classique - Paru le 12 février 2008 | LSO Live

Hi-Res Livret
HI-RES11,99 €
CD8,49 €

Classique - Paru le 5 juin 2007 | LSO Live

Hi-Res Livret
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Classique - Paru le 7 avril 2017 | LSO Live

Hi-Res Livret
HI-RES13,49 €
CD9,99 €

Musique symphonique - Paru le 9 octobre 2012 | LSO Live

Hi-Res Livret
HI-RES18,49 €
CD13,19 €

Classique - Paru le 1 mars 2019 | LSO Live

Hi-Res Livret
Le London Symphony Orchestra célèbre en grande pompe les quatre-vingt-dix ans d’un des chefs d’orchestre les plus importants de sa génération : Bernard Haitink. Peu d’artistes ont eu une interprétation aussi claire et intelligente de la musique de Beethoven que le chef néerlandais. Cet album propose un couplage entre le Concerto pour piano No. 2, interprété par la célèbre pianiste portugaise Maria João Pires, et la performance virtuose du Triple Concerto par Lars Vogt, Gordan Nikolitch et Tim Hugh. © LSO Live
HI-RES9,49 €
CD6,49 €

Musique symphonique - Paru le 1 janvier 2003 | LSO Live

Hi-Res
HI-RES9,49 €
CD6,49 €

Musique symphonique - Paru le 14 février 2012 | LSO Live

Hi-Res Livret
HI-RES9,49 €
CD6,49 €

Musique symphonique - Paru le 1 janvier 2000 | LSO Live

Hi-Res
HI-RES11,99 €
CD8,49 €

Classique - Paru le 3 février 2017 | LSO Live

Hi-Res Livret
HI-RES11,99 €14,99 €(20%)
CD7,99 €9,99 €(20%)

Musique symphonique - Paru le 1 mars 2001 | Chandos

Hi-Res Livret Distinctions Gramophone Record of the Year - Discothèque Idéale Qobuz - Hi-Res Audio
Composée en 1913, A London Symphony de Ralph Vaughan Williams demeure l'une des plus grandes partitions orchestrales du compositeur. Richard Hickox ressuscite ici la version originale. Une splendeur! D'une poésie frémissante, l’œuvre retrouve son architecture ample, épique, déployée ici dans cette interprétation du London Symphony Orchestra avec un sens de la grandeur inoubliable, un faste sonore, et un raffinement constant - écoutez les épisodes lyriques du premier mouvement. Une version absolument magistrale, qui surclasse les anciennes références (Boult, Barbirolli, Handley). A découvrir impérativement.
HI-RES8,99 €
CD7,99 €

Classique - Paru le 4 octobre 2019 | Warner Classics

Hi-Res
HI-RES7,99 €8,99 €(11%)
CD6,99 €7,99 €(13%)

Classique - Paru le 10 mai 2019 | Warner Classics

Hi-Res
HI-RES13,49 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 8 mai 2012 | LSO Live

Hi-Res Livrets
HI-RES11,99 €
CD8,49 €

Classique - Paru le 13 octobre 2014 | LSO Live

Hi-Res Livret
HI-RES11,99 €
CD8,49 €

Musique symphonique - Paru le 8 février 2019 | LSO Live

Hi-Res Livret
HI-RES13,49 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 8 mars 2011 | LSO Live

Hi-Res Livret
HI-RES15,49 €21,49 €(28%)
CD10,99 €14,99 €(27%)

Classique - Paru le 6 novembre 2015 | Decca Music Group Ltd.

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or - Gramophone Editor's Choice
Et pourquoi pas, s’il vous plaît, coupler le Concerto pour violon de Brahms avec le Premier de Bartók ? Certes, l’assemblage est probablement une première dans le domaine discographique, mais après tout, Brahms et Bartók partagent une même recherche de filiation magyare – celle de Brahms provient plutôt des traditions tziganes-viennoises que purement hongroises, mais le cœur y est – ainsi, et c’est le plus important, que cette tendance à la phrase mélodique ample, infinie, que le violon est si apte à dérouler, bien plus que le piano par exemple. Par ailleurs, seuls trente petites années séparent les deux ouvrages : 1878 pour l’un, 1908 pour l’autre… Le Concerto de Bartók vient avec sa petite histoire : le compositeur l’avait offert en cadeau d’amour (pas réciproque…) à la jeune Stefi Geyer, qui garda la partition par-devers elle jusqu’à sa mort sans jamais la jouer. Entre-temps, Bartók avait écrit un autre concerto trente ans plus tard, dont un pensa longtemps que c’était le seul et unique dans son genre. Le « premier » concerto ne fut créé qu’en 1958 sous la houlette de Paul Sacher. Pour le présent enregistrement avec Antonio Pappano, la violoniste-star néerlandaise Janine Jansen (*1978), autant à l’aise dans le grand répertoire concertant (on lui doit un autre couplage inédit : le Concerto de Beethoven côtoie celui de Britten !) que dans le monde de la musique de chambre dans lequel elle évolue avec passion ; elle joue un Stradivarius de 1727. Le Brahms a été enregistré en public à Rome en février 2015, le Bartók à Londres en août 2014. © SM/Qobuz« En une seule phrase, celle de son entrée après le tutti introductif du concerto de Brahms, Janine Jansen promet un voyage exaltant. Dès qu'elle prend la parole, on tend l'oreille, attentif à la respiration de son chant. Cet élan naturel, qui ne force jamais le trait, évoque irrésistiblement Milstein, c'est tout dire. Au-delà d'une maîtrise instrumentale princière, et des timbres célestes d'un précieux Stradivarius de 1727 qu'elle exploite dans toutes les tessitures et toutes les nuances, la soliste habite chaque ligne d'un mélange de verve et de grâce qui fait parler le moindre détail. [...] Janine Jansen remet en lumière le Concerto n° 1 de Bartók. [...] Elle s'y montre, là encore, envoûtante, trouvant dans la ferveur et la poésie troublée de cette page un terrain tout aussi propice à l'expression de son tempérament et de son art. Splendide.» (Diapason, mars 2016 / Jean-Michel Molkhou)
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Classique - Paru le 9 novembre 2010 | LSO Live

Hi-Res Livret

Le genre

Opéra dans le magazine